Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le bilan éloquent de l’OSFI en faveur de l’intégration des femmes dans la vie politique nationale

La Commission spéciale sur le NMD se doit d’être à l’écoute des femmes




L’Organisation socialiste des femmes ittihadies (OSFI) a présenté, samedi lors d’une conférence de presse tenue au siège central de l’USFP à Rabat, le bilan des projets mis en œuvre en collaboration avec le Fonds de soutien à la représentativité politique des femmes dont l’objectif est de renforcer les capacités des femmes en vue de faciliter leur intégration dans la vie politique et électorale nationale.
Khadouj Slassi, présidente de l’OSFI, a souligné, en l’occasion,  que ces journées de formation, organisées dans le cadre de ce projet supervisé par le ministère de l’Intérieur, ont atteint leurs objectifs tant au niveau quantitatif qu’au niveau qualitatif.
Sur le plan quantitatif, 350 femmes, dont la majorité sont jeunes, ont bénéficié de ces formations et, fait important, 80 % d’entre elles sont issues du  monde rural.
Sur le plan qualitatif, les femmes bénéficiaires étaient fortement motivées et faisaient part de leur forte volonté de participer à la vie politique et  leur souhait de voir organiser d’autres formations de ce genre.
Khadouj Slassi a également rappelé que l’OSFI a organisé des journées de formation dans quatre régions du Royaume dans le cadre de ce projet. La première à Tanger-Tétouan-Al Hoceima les 18, 19 et 20 octobre 2019 ; la deuxième à Casablanca-Settat les 15, 16 et 17 novembre 2019; la troisième à Souss-Massa les 6, 7 et 8 décembre 2019 ; et enfin la quatrième à Marrakech-Safi les 3, 4 et 5 janvier 2020.  
Ces formations ont été animées par des cadres de l’USFP, des professeurs universitaires, des activistes des droits de l’Homme, ainsi que des spécialistes de la psychologie, de la communication et du développement personnel.
Le rapport présenté par la présidente de l’OSFI a, par ailleurs, mis l’accent sur plusieurs recommandations dont la nécessité d’organiser des formations pour les femmes dans les domaines juridiques, l’augmentation du soutien financier pour que ce genre de projets cible d’autres régions et d’autres couches, la mise en place des mécanismes permettant aux femmes d’accéder aux postes de décisions, et la mise en œuvre effective de la parité.
L’OSFI a, d’autre part, appelé à la révision des lois électorales.
Intervenant lors de cette conférence de presse, Fatima Zahra Chikhi, membre du bureau national de l'OSFI, a souligné que « le Maroc organisera en 2021 des échéances électorales. En ce sens, il faut ouvrir le chantier de la réforme des lois électorales pour remédier à tous les dysfonctionnements du système actuel, notamment en ce qui concerne la sous-représentativité des femmes au sein des instances électives », ajoutant que l’OSFI a appelé au renforcement de la représentativité des femmes dans les collectivités territoriales et l’institution parlementaire.
En outre, elle a mis l’accent sur le timing de cette conférence de presse, en faisant allusion au débat national lancé pour l’élaboration du nouveau modèle de développement, précisant que les femmes ont été particulièrement défavorisées par l’ancien modèle, notamment en matière d’emploi, de soins de santé, etc.
A cet égard, elle a souligné que « les femmes doivent être au cœur du nouveau modèle de développement. Il faut que la Commission spéciale sur le modèle de développement soit à l’écoute des femmes».  
Il convient de rappeler que ces journées de formation ont été lancées en septembre 2019 par le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, qui avait remis sur le tapis la question de la représentativité des femmes non seulement au sein des institutions élues, mais aussi dans toutes les instances de la société. «Nous proposons que le quota des femmes (le tiers des sièges) soit formulé sous forme  d’une règle juridique abstraite, générale et  obligatoire qui s’applique, sous peine de nullité, non seulement aux institutions élues, mais à toutes les organisations de la société (partis politiques, associations, syndicats…)», avait notamment souligné Driss Lachguar lors de la conférence organisée pour le lancement de ce
projet.


Mourad Tabet
Lundi 10 Février 2020

Lu 876 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif