Facebook
Rss
Twitter









Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Serpent: La nouvelle série événement de Netflix avecTahar Rahim





Le Serpent, mis en ligne vendredi 2 avril sur Netflix, s’inspire du parcours hors-norme de l’arnaqueur, empoisonneur, trafiquant de pierres précieuses et tueur en série français Charles Sobrahj. Méconnaissable, Tahar Rahim prête ses traits à ce tueur, autour duquel s’est crée une légende, que le criminel a lui-même entretenue. Charles Sobrahj est soupçonné d’avoir tué plus d’une quinzaine de touristes. Né d’un père indien et d’une mère vietnamienne, Charles Sobrahj a une enfance d’errance après le divorce de ses parents. À sept ans, sa mère, qui s’est remariée à un français, récupère sa garde pour le remettre sur le droit chemin, en vain. Escroqueries, vol… Sobrahj, qui rêve de se sortir de ses conditions modestes et qui, bien qu’ayant été naturalisé Français, se sent rejeté par la société. S’il tente un temps de mener une vie rangée, en épousant une femme de bonne famille et en trouvant un travail, il retombe rapidement dans ses travers et reprend ses activités illégales. Après un passage en prison, il part s’installer en Inde avec sa femme, avec laquelle il a une petite fille. Après un braquage qui tourne mal, Sobrahj est de nouveau arrêté et sa femme le quitte. Roi de l’évasion, soudoyant ses geôliers, Sobrahj se retrouve en liberté. Direction la Thaïlande où va commencer son parcours meurtrier. Il séduit une jeune canadienne qui, folle de lui, devient complice de ses crimes. Son mode opératoire est au point, charmant et magnétique, il symmpathise avec de jeunes touristes, les empoisonne à l’aide de concoction à base de médicaments, puis leur vole leurs papiers afin d’usurper leurs identités. Parallèlement, aidé d’un homme de main qui lui est entièrement dévoué et d’une maîtresse à laquelle il a promis le mariage, Sobrahj fait du traffic de pierre précieuses et mène grand train. Grâce à ses multiples faux passeports, il parcourt le monde avec sa complice. Mais petit à petit, pourchassé par un jeune diplomate qui s’est juré de l’arrêter, il finit par perdre le sang-froid qui faisait alors sa force. Au lieu de rester en France où il ne pouvait pas être inquiété, Sobrahj retourne en Inde et drogue plusieurs étudiants. Sobrahj est acculé, fait des erreurs et est arrêté, avec sa complice. Incarcéré, il construit sa légende en prison, en obtenant des régimes de faveur et parvient à s’évader en simulant une crise d’appendicite. Croyant ne plus pouvoir être poursuivi pour ses crimes, il retourne au Népal où il ignore qu’un mandat d’arrêt pour meurtre est retenu contre lui. Interpellé, il est condamné pour le meurtre d’un couple. Aujourd’hui, Charles Sobrahj est sexagénaire et purge sa peine dans une prison au Népal. Mais loin de s’avouer vaincu, il compte bien sortir grâce une loi prônant de libérer les détenus âgés et a même des projets: s’acheter une villa et sortir un film sur sa vie.

Libé
Mercredi 14 Avril 2021

Lu 505 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.