Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Polisario tire à balles réelles sur des manifestants à Rabbouni

Les manifestations ont coïncidé avec la visite du président de la Commission de l’UA




Depuis quelques jours, des dizaines de Sahraouis appartenant à l’ensemble tribal Takna manifestent devant le camp Rabbouni, siège de l’administration du Polisario. Ils réclament que la lumière soit faite sur les circonstances du décès de l’un des leurs, Brahim Ould Salek Ould Breika, jeune commerçant, mort dans sa cellule à la prison de Dheibya.
Officiellement, la direction du Front a avancé la thèse du «suicide» comme cause à l’instar de ce qu’elle avait affirmé en janvier dernier concernant un autre Sahraoui, Ahmed Mohamed Radi. Une version qui n’a pas convaincu aucune des  familles des deux victimes qui se sentent vulnérables du fait qu’elles appartiennent chacune à une tribu minoritaire dans les camps et qui réclament une autopsie, arguant  du fait que leurs fils auraient succombé à la torture.
Le père de Brahim Ould Salek Ould Breika et sa femme vivent à Laâyoune. Les enfants de l’ensemble tribal des Teknas qui sont marginalisés par le Polisario n’ont d’autre moyen de survie que la contrebande à laquelle ils s’adonnent.
Malgré les tirs à balles réelles et les arrestations perpétrées par les miliciens du Polisario qui ont procédé à l’arrestation de plusieurs jeunes gens appartenant à l’ensemble tribal Tekna dont une mineure, les manifestations se poursuivent devant le siège du Polisario à Rabbouni, dénonçant l’impunité des bourreaux et exprimant leur solidarité avec la famille de Brahim Ould Salek.
C’est dans ce climat marqué par la répression que  le président de la Commission de l’Union africaine  est arrivé  à Tindouf. A sa descente d'avion, Moussa Faki a pris la route vers le camp Rabbouni où il s’est entretenu avec le  prétendu «ministre des Affaires étrangères» du Polisario, Mohamed Salem Ould Salek avant de tenir une réunion avec Brahim Ghali.
Ce déplacement annoncé depuis plusieurs mois est en effet la dernière étape de la tournée de Moussa Faki dans la région avant de présenter son rapport sur les propositions de l’organisation continentale en vue d’un règlement de la question du Sahara au 31ème Sommet de l’UA qui se tiendra à Nouakchott du 1er et 2 juillet.
La visite du Tchadien dans les camps de Tindouf  survient après celle  effectuée à Rabat où il a eu, pendant deux jours, les 5 et 6 juin dernier, des entretiens avec les responsables marocains sur ce sujet. En mars dernier, il avait effectué un déplacement en Algérie dans le même objectif.
Rappelons que le président de la Commission de l’Union était mandaté par la Conférence des chefs d’Etat pour rédiger un «rapport détaillé» sur l’opérationnalisation de la décision 653, prise lors du sommet tenu les 3 et 4 juillet 2017 dans la capitale éthiopienne.
Malgré l’insistance du Polisario, Moussa Faki a contraint Brahim Ghali et les siens à le recevoir au camp Rabbouni et non pas à Bir Lahlou comme ils l’avaient tant souhaité.

Ahmadou El-Katab
Mardi 26 Juin 2018

Lu 1483 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés