Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc mise sur le PNAEPI, la construction de barrages et le dessalement de l'eau de mer

Pour contrer le stress hydrique


Libé
Vendredi 1 Septembre 2023

Le Maroc mise sur le PNAEPI, la construction de barrages et le dessalement de l'eau de mer

Face à un stress hydrique exacerbé par les effets du changement climatique, le Maroc prend des mesures avant-gardistes pour sécuriser durablement son approvisionnement en eau, notamment par la mise en œuvre du Programme national pour l'approvisionnement en eau potable et l'irrigation (PNAEPI) 2020-2027, la construction de nouveaux barrages et la mise en place de solutions innovantes dans le domaine du dessalement de l'eau de mer.

Dans le prolongement des Hautes directives royales contenues dans le discours royal du 14 octobre 2022, marquant l'ouverture de la première session de la deuxième année législative de la onzième législature, des méga-projets ont été concrétisés dans le cadre du PNAEPI, un programme qui, trois ans après son lancement, s'est vu allouer un budget total de 143 milliards de dirhams (MMDH), se concentrant principalement sur la mobilisation des ressources en eau à travers la construction de vastes infrastructures de stockage d'eau.

C'est dans ce cadre que s'inscrit le projet, récemment achevé, de l'interconnexion des bassins de Sebou et de Bouregreg, qui cible une capacité d'un million de mètres cubes d'eau par jour, soit un volume de 360 millions de m³ par an, à travers le détournement de l'excédent d'eau du bassin de Sebou, qui se perdait dans l'océan atlantique, vers le bassin de Bouregreg afin d'assurer l'approvisionnement en eau potable de l'axe Rabat-Casablanca.

Dans le cadre de sa stratégie globale pour relever les défis croissants liés à la sécurité hydrique, l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE) a inauguré récemment le projet visant à renforcer et sécuriser l'approvisionnement en eau potable des villes de Berkane, Saïdia et des centres environnants, portant la capacité de production à 56.160 m³ par jour. De plus, grâce à un accord signé le 5 juillet dernier avec l'OCP, les villes de Safi et El Jadida recevront respectivement 10 et 30 millions de m³ d'eau dessalée, des volumes destinés à augmenter dans les années futures.

Au début de cette année, le projet de Chefchaouen a franchi une étape importante avec la mise en production progressive de la première tranche, accroissant la capacité de débit d'eau potable d'environ 13.820 m³ par jour à partir du barrage local, et visant à améliorer significativement l'approvisionnement en eau pour la ville et les douars avoisinants.

Quant au projet de Laâyoune, la première livraison d'eau dessalée provenant de la nouvelle station de dessalement a été effectuée l'année dernière. Cette station, couplée à une batterie de forages côtiers, trois nouveaux réservoirs d'une capacité de stockage de 5.500 m³, des stations de pompage avancées et un système de télégestion, a pour objectif de renforcer de manière significative l'approvisionnement en eau potable pour Laâyoune et les localités environnantes telles qu'El Marsa, Foum El Oued et Tarouma.

Ainsi, la capacité installée actuelle des stations de dessalement atteint 179 millions de m³ par an, renforcée récemment par 110 millions de m³ supplémentaires grâce aux stations de Safi et Jorf Lasfar réalisées par l'Office Chérifien des Phosphates (OCP).

Le Maroc a renforcé sa capacité de dessalement de l'eau de mer avec 12 stations existantes, ayant une capacité globale installée de 179 millions de mètres cubes par an. De futurs projets de dessalement devraient voir le jour grâce à des partenariats public-privé (PPP), considérés comme un moyen efficace de capitaliser sur l'expertise du secteur privé.

Outre la mise en œuvre des stations de dessalement, la construction de 18 nouveaux barrages, qui viendront s'ajouter aux 152 grands barrages et 141 petits barrages existants, représente une autre dimension cruciale de la stratégie marocaine en matière d'eau, visant à augmenter la capacité totale de stockage à plus de 27 milliards de m³, tout en complétant les milliers de puits et trous d'eau dédiés à l'extraction des eaux souterraines.

En mettant résolument en œuvre le PNAEPI et en investissant dans des stations de dessalement et de nouveaux barrages, le Maroc adopte une approche proactive pour un approvisionnement en eau durable de sa population et de son économie.



Lu 927 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p