Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Koweït désigne un nouvel émir après la mort de cheikh Nawaf


Libé
Lundi 18 Décembre 2023

Koweït, 16 déc 2023 (AFP) - Le prince héritier du Koweït, cheikh Mechaal al-Ahmad al-Jaber al-Sabah, âgé de 83 ans, a été désigné nouvel émir du pays samedi après le décès de son prédécesseur, dans un contexte de dissensions dans le riche Etat pétrolier du Golfe.

Le cabinet koweïtien nomme le prince héritier, son altesse cheikh Mechaal, émir de l'Etat du Koweït", a annoncé la télévision d'Etat. Il devient le 17e souverain du pays.

Le palais royal avait annoncé plus tôt le décès, à l'âge de 86 ans, de son demi-frère, cheikh Nawaf al-Ahmad Al-Sabah, après trois années au pouvoir marquées par des crises politiques à répétition.

"Le processus de succession sans heurt (...) témoigne de la maturité du système politique koweïtien", a estimé sur les réseaux sociaux Abdullah Al Chayji, professeur de sciences politiques à l'université du Koweït.

Le nouvel émir, nommé prince héritier en 2020, a passé l'essentiel de sa carrière dans le domaine de la sécurité et du renseignement. Il a notamment occupé le poste de ministre de l'Intérieur.

Il est en grande partie resté à l'écart de la scène politique et des dissensions au sein même de la famille régnante des Al-Sabah, dont certains membres s'accusent mutuellement de corruption ou de conspiration.

Ce père de 12 enfants prêtera prochainement serment devant le Parlement. A la suite du décès de l'émir, les administrations seront fermées pour trois jours et 40 jours de deuil ont été déclarés. Le nouvel émir aura un an pour nommer un nouveau prince héritier, qui devrait être issu de la nouvelle génération de la famille régnante.

Selon la Constitution, le souverain doit être un descendant du fondateur de la nation, Moubarak Al-Sabah. Mais une tradition d'alternance entre les branches familiales des Salem et des Jaber a longtemps été observée.

Un ancien émir, cheikh Sabah, de la branche des Jaber, a mis fin à cette tradition en nommant comme prince héritier cheikh Nawaf, un autre Jaber, écartant de fait la branche des Salem. Plusieurs chefs d'Etat ont adressé leurs condoléances au Koweït, saluant la mémoire de l'émir.

"Cheikh Nawaf était un partenaire de valeur et un vrai ami des Etats-Unis pendant des décennies", a indiqué le président américain Joe Biden, selon un communiqué de la Maison Blanche.

Le président français Emmanuel Macron a estimé qu'avec sa disparition, la nation koweïtienne perdait "un grand dirigeant, respecté pour les valeurs de paix et de modération qu'il incarnait".

Le patron de la diplomatie européenne Josep Borrell l'a, lui, décrit comme quelqu'un qui a "travaillé pour la stabilité régionale".
Le Koweït est plongé depuis plusieurs années dans une profonde crise entre les pouvoirs exécutif et législatif.

Début avril, la petite monarchie avait formé son septième gouvernement en trois ans. Quelques jours plus tard, cheikh Nawaf avait dissous le Parlement et convoqué de nouvelles législatives.

Doté de réserves en pétrole parmi les plus importantes au monde, le Koweït est un Etat extrêmement riche où l'instabilité a ralenti les réformes et le développement des infrastructures, comme celles à l'oeuvre chez ses voisins, au premier rang desquels le Qatar, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis. Les 4,5 millions d'habitants, dont 1,3 million de Koweïtiens, se plaignent régulièrement de la détérioration des infrastructures et des services publics.

Cheikh Nawaf est décédé après avoir été admis en novembre à l'hôpital "en raison d'un problème de santé urgent", selon l'agence de presse officielle Kuna, qui n'a pas donné de détails sur sa maladie.
Il a ensuite été déclaré dans un état stable. Compte tenu de son âge, sa santé a souvent été une préoccupation pendant son mandat.

Cheikh Nawaf avait été nommé prince héritier en 2006 par son demi-frère, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah, et avait pris la relève en tant qu'émir à la mort de ce dernier en septembre 2020.
Le nouvel émir s'était pour sa part rendu à l'étranger en 2006 et avait subi une "opération réussie", dont les détails n'avaient pas été divulgués.


Lu 343 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe










L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30





Flux RSS
p