Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le HCP compte faire du NMD le référentiel stratégique de contextualisation et d’analyse des ODD

L’organisme public décline les axes principaux de son programme d'activité pour la période 2022-2025


Alain Bouithy
Jeudi 7 Juillet 2022

Le HCP compte faire du NMD le référentiel stratégique de contextualisation et d’analyse des ODD
Faire le point sur les activités du Haut-commissariat au plan (HCP) à travers son programme d’actions entre 2022 et 2025. Tel est l’objet de la rencontre tenue lundi  au siège de l’organisme public à Rabat.

Le Haut-commissariat au plan se doit de continuer à consolider sa culture institutionnelle, marquée par une exclusive allégeance aux valeurs de la science et une rigoureuse conformité opérationnelle à la pratique internationale, mises l’une et l’autre, au service des objectifs de développement de notre pays, a d’emblée martelé le  haut-commissaire au plan, Ahmed Lahlimi Alami.

Une fois cela dit, le haut-commissaire au plan est entré dans le vif du sujet en évoquant en premier le point sur le Nouveau modèle de développement (NMD) dont le HCP compte faire « le référentiel stratégique de contextualisation et d’analyse des ODD ».

Des ODD qui déclinent un véritable modèle de développement, a-t-il souligné. Avant d’indiquer : « Aujourd’hui, le référentiel stratégique de nos activités d’enquêtes et d’études s’enrichit et se structure par les orientations économiques, sociales, environnementales et territoriales retenues par le NMD et actées par SM le Roi, que Dieu l’Assiste, comme une base du pacte national de développement de notre pays ».

Pour Ahmed Lahlimi Alami, il ne fait aucun doute que « le NMD offre, dorénavant, le cadre stratégique et normatif de notre contextualisation du modèle international des ODD dans le but d’aboutir à une convergence dynamique des objectifs des deux modèles ».

C’est donc dans ce contexte que le Haut-commissariat a « engagé une analyse rigoureuse du NMD pour en tester la cohérence interne et dégager les indicateurs et indices nécessaires au suivi et à l’évaluation des politiques publiques à la lumière de cette convergence », a-t-il fait savoir.

Au cours de son intervention, le haut-commissaire au plan s’est aussi exprimé sur la nécessité d’«actualiser notre connaissance des structures économiques, sociales et environnementales de notre pays.

Ainsi qu’il l’a relevé, « un état des lieux de notre appareil de production et de nos échanges économiques, sociaux et culturels avec notre environnement régional et international, permet, seul, de faire un bilan circonstancié des performances de nos politiques publiques et de planifier les ressorts de notre croissance économique, de notre cohésion sociale et de notre rayonnement culturel aux horizons dont les échéances deviennent de plus en plus contraignantes ».

Autre point également abordé, celui consistant à réaliser de grandes enquêtes nationales de structure.

A cet effet, il a annoncé que « des enquêtes de structure, particulièrement lourdes, sont en cours de préparation ou déjà amorcées, certaines à caractère économique et d’autres à vocation sociale, et seront couronnées par le grand chantier du recensement général de la population et de l’habitat ».

A noter que ces enquêtes couvrent l’ensemble du territoire national avec des échantillons suffisamment larges et permettront d’éclairer la situation au niveau des unités administratives les plus pertinentes, comme il l’a précisé.

Selon Ahmed Lahlimi Alami, ces enquêtes porteront sur les structures économiques pour apporter une actualisation des données sur l’investissement, la production et la consommation intermédiaire des entreprises ; l’informel afin de permettre de mieux cerner la sphère informelle qui traverse l’ensemble des activités économiques et sociales du pays et mieux connaître les mécanismes actuels de son extension ou les modes opératoires de son insertion dans le paysage de l’économie et de la société ainsi que sur les Institutions sans but lucratif (ISBL) pour donner une information plus circonstanciée sur la société civile dans notre pays pour en évaluer la contribution à la richesse nationale et appréhender ses caractéristiques socioéconomiques.

Il a, par ailleurs, ajouté que les enquêtes à caractère social s’articuleront autour des dimensions suivantes des niveaux de vie des ménages, de la famille marocaine, de l’emploi du temps des Marocains ainsi que du recensement général de la population et de l’habitat.
Le programme d’activité prévoit également de promouvoir la régionalisation de l’échange institutionnel de l’information statistique et économique.

A titre de rappel, dans la perspective d’un «Maroc des régions», le HCP a  entamé, depuis 2017, un grand chantier de mise en place des bases de données statistiques régionales.

«Ces bases de données, qui comportent des plateformes dédiées aux indicateurs ODD, permettront aux différents acteurs régionaux et locaux d’élaborer leurs programmes de développement et de suivre et évaluer leurs réalisations », a expliqué le haut-commissaire au plan rappelant en outre que l’organisme dont il a la charge a amorcé le chantier de l’institutionnalisation des échanges de données produites par les unités déconcentrées de l’administration publique.

Dans le cadre de son programme d’activité, il est aussi question de continuer à enrichir notre arsenal d’outils dédiés à nos analyses économiques et sociales et de parachever le processus de digitalisation de notre modèle de gestion.

Sur ce dernier point, il sied de rappeler que le HCP a amorcé le processus de digitalisation depuis 2004. « Nous avons ainsi digitalisé l’ensemble de nos lignes de produits et services et mis en place une plateforme collaborative permettant des échanges documentés... Certaines enquêtes de conjoncture économique sont ainsi passées au mode internet (CAWI) avec l’ambition d’une généralisation de ce mode à l’ensemble des enquêtes entreprises », a-t-il relevé. Et d’ajouter qu’un processus d’automatisation des échanges de données, à travers une plateforme dédiée, est amorcé avec certains des partenaires du HCP.

Derniers points et non des moindres du programme : élargir la gamme des modes de dissémination de nos produits et rénover notre site institutionnel et continuer à promouvoir le mode de partenariat pour valoriser nos relations extérieures.

Sur ce dernier point, Ahmed Lahlimi Alami a regretté le fait que « jusqu’à présent, pour une raison ou une autre, les gouvernements n’ont souvent pas su percevoir l’intérêt de renforcer l’évaluation, par une institution indépendante, de leurs politiques économiques et sociales, et sur sa contribution à en améliorer les performances et l’attractivité auprès des partenaires internationaux ».

S’inscrivant dans le cadre stratégique du nouveau modèle de développement et des objectifs du développement durable, cette rencontre a été organisée en perspective de la réforme institutionnelle du HCP.

Alain Bouithy


Lu 1268 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020












Flux RSS
p