Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Groupe socialiste à la Chambre des représentants


Rachid Meftah
Vendredi 10 Juin 2022

-L’école publique entre exigence d’excellence et engagements indécis du gouvernement
- Crise hydrique aiguë dans la région de Guelmim-Oued Noun
- Marasme social sur fond de tension entre composantes syndicale et administrative de l’enseignement àTiznit
- Implantation nécessaire de stations logistiques le long de la voie rapideTiznit-Dakhla


Une opposition critique mais constructive, virulente mais responsable, globale et sérieuse, c’est ainsi que se présente l’action parlementaire des députés et conseillers ittihadis depuis le début de l’actuelle législature.

En effet et dans ce contexte politique plein d’enseignements, le Groupe socialiste à la Chambre des représentants continue avec détermination d’assurer ses obligations constitutionnelles de suivi, de dialogue et de contrôle de la gestion des affaires publiques et ne manque jamais d’en relever les défaillances, les manquements ou les insuffisances à travers toutes les régions du Royaume et concernant toutes les préoccupations sociales et vitales des Marocains.

Abderrahim Chahid, président dudit Groupe vient, dans le cadre de cette optique générale, d’adresser au ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement élémentaire et du Sport une question orale circonstancielle au sujet des dernières consultations lancées par son département tendant à «l’amélioration de l’école publique».

A cet égard, le député ittihadi a rappelé que le Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique avait préparé la vision stratégique de la réforme de l’enseignement 2015-2030 qui se fonde sur la volonté d’asseoir une nouvelle école dont les fondements essentiels soient l’équité, l’égalité des chances, l’ancrage de l’excellence et l’activation opportune du modèle pédagogique. Et c’est sur cette base, a-t-il indiqué, qu’a été émise la loi-cadre 51-17 relative au système de l’éducation-formation et de la recherche scientifique, matérialisant ainsi une convention nationale obligeant tous les acteurs et concernés. De même qu’elle dispose les principes, orientations et objectifs de la réforme du système de l’éducation en vue de la mise en place d’une nouvelle école ouverte pour toute la population marocaine.

Là-dessus, il est établi, a développé le président du Groupe socialiste à la Chambre des représentants, que le rapport général de la commission spéciale du Nouveau modèle de développement a mis l’accent sur le volet relatif au capital humain et a souligné, de ce  fait, l’option stratégique adoptée quant à un enseignement d’excellence pour tout le monde à travers la promotion d’une réelle renaissance du système éducatif, la motivation des enseignants, la restructuration du cursus scolaire, la rénovation des méthodes didactiques et l’enracinement des valeurs de citoyenneté ; le tout dans l’objectif de mettre en place une école publique marocaine à même de regagner la confiance des familles marocaines de toutes les catégories sociales et mettre en avant les compétences essentielles de l’ensemble des élèves.

Par ailleurs, le député ittihadi a noté que tous ces objectifs figurent bien dans le premier axe du programme gouvernemental relatif à la consolidation des fondements de l’Etat social, notamment le volet dédié au développement du capital humain qui insiste sur la pertinence d’une école de l’égalité des chances (…).

Il a indiqué que, néanmoins, le ministre a lancé, ces derniers temps à travers la plateforme «notre école.ma» un questionnaire à l’adresse de tous les citoyens les incitant à participer aux consultations nationales autour de l’amélioration de l’école publique ( !!!).

A cet effet, Abderrahim Chahid s’interroge sur les raisons et circonstances du lancement par le département de Benmoussa desdites consultations. Serait-ce un renoncement de la vision stratégique en question et des dispositions de la loi-cadre 51-17 à l’issue des consultations en cours ? a-t-il martelé en interpellant le responsable gouvernemental au sujet des mesures prises par son département pour honorer les engagements contenus dans le programme du gouvernement de même que des délais impartis pour ce faire.

D’autre part, le député ittihadi, Mahmoud Abba, a adressé au ministre de l’Equipement et de l’Eau, une question écrite ayant trait à la situation préoccupante qu’endurent les habitants de la région de Goulmim-Oued Noun du fait des difficultés d’approvisionnement en eau de la ville de Guelmim et des localités avoisinantes. Il a rappelé , à ce propos, que le ministère s’était engagé à prendre une série de mesures dont particulièrement l’accélération du rythme de réalisation des travaux de construction du barrage «Fask», considéré comme le plus grand dans les provinces du Sud marocain, avec une capacité hydrique de près de 79 millions de m3.

Le député membre du Groupe socialiste a, ainsi, interpellé le responsable gouvernemental au sujet des mesures prises en ce sens, des entraves auxquelles est confronté son département et de l’agenda fixé pour leur accomplissement, d’autant que le programme directeur de la gestion intégrée des ressources hydriques dans le bassin de Deraâ Oued Noun inclut dans ses dispositions l’adoption de la technique de dessalement de l’eau de mer comme solution à même de consolider et garantir l’approvisionnement en eau potable de la province de Guelmim à l’horizon 2030 …

Mahmoud Abba, eu égard à cette situation alarmante en matière d’insuffisances hydriques au niveau de la quasitotalité des provinces de la région,  a interpellé le ministre sur les mesures opportunes prises pour renforcer et améliorer la rentabilité du réseau de distribution de l’eau potable au niveau de cette importante partie du territoire national.

Pour sa part, la députée ittihadie, Annezha Abakrim, a adressé au ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement élémentaire et du Sport, une question écrite se rapportant au climat de tensions et de frictions qui prévaut actuellement entre certaines composantes des instances éducatives de la province de Tiznit.

La députée a indiqué dans ladite question que les parents d’élèves de même que l’ensemble de l’opinion publique locale de la ville et la province de Tiznit suivent avec une grande inquiétude les péripéties du conflit qui oppose la section provinciale de la Fédération nationale de l’enseignement (FNE) à Tiznit à la direction provinciale du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement élémentaire et du Sport, conflit qui s’est accentué par l’organisation de plusieurs formes de contestation au niveau de nombreux points de la ville auxquelles ont pris part plusieurs membres dudit syndicat et nombre de parents d’élèves.

En outre, ayant indiqué que ce conflit avait fait l’objet d’une correspondance adressée en date du 3 jin 2022 au ministre par le Bureau national dudit syndicat, la députée ittihadie a ajouté que ces faits et ces tensions ont occasionné une atmosphère de marasme et d’inquiétude dans les milieux des parents et d’incertitude chez les acteurs éducatifs d’autant plus que cela coïncide avec la période de préparation de différents examens scolaires de fin d’année.

A cet effet, la députée Abakrim interpelle le représentant gouvernemental au sujet des mesures d’urgence préconisées par son département pour interagir avec la correspondance du Bureau national de la FNE ayant trait à la situation du secteur de l’enseignement dans la province de Tiznit, mais aussi à propos des démarches projetées pour la redynamisation des mécanismes du dialogue social au niveau local.

Quant à la députée, membre du Groupe socialiste à la Chambre des représentants, Aouicha Zefli, elle a formulé une question écrite à l’adresse du ministre du Transport et de la Logistique réclamant la mise en place de stations logistiques, tout au long de la voie rapide dans la région de Guelmim Oued Noun.

A ce sujet, elle  a souligné que le projet de réalisation de la voie rapide reliant Tiznit à Dakhla est sur le point d’être achevé précisant que ce projet royal générera de grandes mutations à de multiples et divers niveaux et que, de ce fait, l’administration de tutelle doit s’appuyer sur une approche anticipative en procédant à la création desdites stations, particulièrement à la commune de Ras Amlil qui est considérée comme une étape d’arrêt obligatoire.

Rachid Meftah


Lu 7659 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS