Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Danemark et l’Espagne entre autres renvoient leurs indésirables vers le Maroc

Comme si les pays d’accueil étaient blancs comme neige!




L’imam tout récemment expulsé par Madrid................Renvoyé du Danemark après y avoir vécu pendant 35 ans.
L’imam tout récemment expulsé par Madrid................Renvoyé du Danemark après y avoir vécu pendant 35 ans.
Les pays européens sont déterminés à lutter contre les prêcheurs de la haine salafiste et jihadiste.
En effet, la police espagnole a expulsé vers le Maroc un imam qui exercait dans la localité de San Augustin (municipalité d’El Ejido-Almeria) à cause de « ses activités contraires à la sécurité nationale », selon l’agence espagnole EFE citant des sources de lutte antiterroriste.
D’après la même source, l’imam marocain âgé de 42 ans, qui a été expulsé jeudi dernier  aurait adopté un profil « de plus en plus radical » et il est devenu une sorte de référence dans les cercles extrémistes, ajoutant que ses activités avaient suscité le rejet des musulmans modérés de cette localité.
Il a, par ailleurs, « attiré des fidèles qui n'étaient pas de la même localité et a profité de sa position pour prêcher un discours salafiste dans lequel il méprisait l'Occident et en particulier les Espagnols ». Et les mêmes sources d’ajouter : « L'expulsion de cet imam, qui organisait des réunions nocturnes chez lui pour endoctriner ses partisans les plus extrémistes, fait partie des activités de la police visant à empêcher que des messages radicaux n’imprègnent les communautés musulmanes d'Espagne ».
Il convient de rappeler que les autorités ibériques avaient procédé en novembre dernier à l’expulsion d’un autre imam marocain (Abdelouahab, 40 ans) qui exerçait dans une mosquée à El Ejido. Au mois de septembre 2018, l’imam de la Rabita (Grenade) a été lui aussi expulsé pour les mêmes motifs et Yassine Lafraiki (imam marocain de 33 ans à Logroño) a subi le même sort en mars dernier pour avoir prêché « une idéologie salafiste-wahabite ».
Les autorités espagnoles ont procédé également à l’expulsion d’un imam marocain de la prison de Zuera à Saragosse un mois après les attentats de Tarragone, de Barcelone et de Cambrils en août 2017 pour avoir établi le lien, dans un prêche prononcé en prison, entre ces attentats et la participation de l’Espagne aux missions internationales.
Pour leur part, les autorités danoises ont expulsé vers le Maroc vendredi dernier le propagandiste marocain d’Al-Qaïda Said Mansour (58 ans), condamné en 2016 à quatre ans de prison et déchu de sa nationalité danoise pour apologie du terrorisme et soutien à l’organisation terroriste Al-Qaïda.
«Je suis très satisfait de l'extradition de Said Mansour. Nous envoyons un message clair: les étrangers qui sapent nos valeurs et promeuvent le terrorisme n'ont pas leur place dans la société danoise", a déclaré le Premier ministre, Lars Løkke Rasmussen.
Par contre, l’avocat de Said Mansour, Eigil Strand, a déploré sur la chaîne télévisée danoise TV2 de ne pas avoir été informé de cette expulsion avant que son client n’ait été mis dans un avion en partance pour Casablanca, alors qu’il affirmait craindre pour sa vie au Maroc. Une telle crainte a été dissipée par la ministre danoise de l’Immigration et de l’Intégration, Inger Støjberg, qui a affirmé que Rabat avait donné à Copenhague des garanties sur sa sécurité en prison. « Il y a un contrôle total en ce qui concerne le respect des droits de l’Homme et des obligations que nous avons à cet égard », a-t-elle précisé.
Il convient de rappeler que Said Mansour est né en 1960 au Maroc et réside au Danemark depuis 1984. Ce qui prouve qu’il s’est radicalisé au Danemark comme la majorité des jihadistes et des fanatiques qui vivent sur le sol européen. Mais la question la plus importante est la suivante : ces expulsions massives vers le Maroc de salafistes fanatiques et extrémistes (surtout les membres de Daech qui sont retournés en Europe et qui risquent d’être expulsés vers leur pays d’origine) ne constituent-elles pas une menace pour la sécurité nationale marocaine ?     
Le directeur du Bureau central d'investigations judiciaires (BCIJ), Abdelhak El Khayam a soutenu que ce fléau ne menace pas seulement notre pays mais également toute l'humanité et, partant, il ne peut être vaincu sans une coopération renforcée entre les pays.
«Il faut bien avoir en tête que l’extrémisme menace l’humanité. C’est un fléau qui peut frapper n’importe où et à n’importe quel moment avec des moyens rudimentaires », a relevé Abdelhak El Khayam dans un entretien aux journaux suisses «Tribune de Genève» et «24 heures» relayé par la MAP.
«Sans une coopération renforcée entre tous les services de renseignement, nous ne pourrons pas le vaincre », a affirmé le directeur du BCIJ dans cet entretien axé sur l’enquête autour du meurtre de deux touristes scandinaves dans la commune d’Imlil et l’arrestation des suspects impliqués dans ce double homicide, dont un ressortissant helvético-espagnol.
S’agissant de la coopération entre le Maroc et la Suisse dans la lutte contre le terrorisme, il a noté que «nos services de renseignement coopèrent, mais au regard de ce qui vient de se passer, il faudra sans doute renforcer nos relations».
Il a rappelé, dans ce sens, que le Maroc a mené, depuis les attentats de Casablanca en 2003, une politique de lutte contre le terrorisme qui s’est révélée très efficace, ayant permis de démanteler de nombreuses cellules dans le Royaume, mais aussi d’empêcher des attentats en France, en Belgique, au Danemark et dans plusieurs autres pays.
Concernant l’arrestation d’un Suisse soupçonné d’implication dans l’affaire d’assassinat des deux étudiantes scandinaves au Maroc, il a précisé que ce ressortissant helvético-espagnol a participé à plusieurs réunions secrètes avec les membres de la structure démantelée.  « Il n’est pas directement impliqué dans l’assassinat des deux étudiantes, mais il connaissait les auteurs. Ensemble, ils ont visionné des films de Daech. Il était en contact avec un opérationnel de Daech en Syrie via la messagerie Telegram. Cet homme qu’il avait rencontré en Suisse lui faisait passer des vidéos de décapitations», a détaillé le patron du BCIJ.
En outre, le suspect envisageait, avec les autres membres de la cellule démantelée, de commettre des actions sur le sol marocain visant les services de sécurité ou des touristes, a-t-il affirmé en notant que le ressortissant suisse a amené certains membres à s’entraîner au tir dans un champ avec des cartouches à blanc et a même recruté des Subsahariens avec lesquels il projetait de rejoindre les branches de Daech au Nord du Mali.
Le Suisse qui s’était radicalisé à Genève où il aurait projeté d’attaquer une bijouterie pour financer son départ vers la Syrie et rejoindre Daech, est arrivé au Maroc en 2015.
« Il a d’abord essayé de rejoindre une école coranique dans le Sud du Royaume puis il s’est installé à Marrakech. Il y a rencontré un salafiste traditionnel auquel il a expliqué vouloir perfectionner ses connaissances en matière théologique. Par la suite, il s’est rapproché d’un autre imam qui officie dans la banlieue de Marrakech et c’est là qu’il est entré en contact avec l’émir de la cellule djihadiste impliquée dans l’assassinat des deux étudiantes. C’est d’ailleurs ce même émir qui a décapité l’une des deux victimes», a conclu Abdelhak El Khayam.

Mourad Tabet
Lundi 7 Janvier 2019

Lu 739 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com