Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Collectif Autisme Maroc entre dans la danse

Garantir un appui social aux autistes




Le Collectif Autisme Maroc (CAM) a appelé jeudi à intégrer les personnes autistes parmi les groupes ciblés par le système d'appui social au Royaume, quel que soit le revenu de leurs familles.
Dans un communiqué publié à l'occasion de la Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme (2 avril), le Collectif a exhorté les pouvoirs publics à "accélérer la mise en place du registre social, tout en veillant à ce que les personnes handicapées en général et celles atteintes d'autisme en particulier, soient incluses dans les catégories ciblées par le système d'appui social quel que soit le revenu de leurs familles".
Le CAM a également mis l'accent sur la nécessité de protéger les droits des autistes adultes à la participation à tous les aspects de la vie sociale, économique, politique et culturelle, en garantissant leur accès à l'éducation, à la formation, à l'emploi et leur droit à l'éducation tout au long de leur vie.
Le communiqué souligne également l'importance d'accorder une attention particulière à la question de la capacité juridique des adultes autistes, en examinant les textes juridiques y afférents d'une manière à leur garantir le droit à l'autonomie et la prise de décisions, tout en mettant en place des mécanismes de protection juridique à ceux qui ont besoin de soutien.
En rapport avec la situation actuelle caractérisée par la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19), qui a mis les gouvernements, les associations et les familles face à plusieurs défis, dont le coût financier et psychologique, le Collectif s’est dit "fier des avancées réalisées par le Royaume sous la sage conduite de S.M le Roi Mohammed VI pour prévenir cette maladie".

Le Collectif a également loué la mobilisation des professionnels de la santé et de la sûreté pour protéger les citoyens et veiller à leur bien-être et leur sécurité, ainsi que les efforts de la famille de l'éducation et de la formation pour son travail visant à garantir la continuité du service d'éducation et de formation à distance.
Le CAM a, à cet égard, appelé à l'adoption d'une stratégie nationale pour réduire les risques et les impacts des catastrophes sur les personnes autistes et handicapées, conformément au cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe 2015-2030.
Il a également mis l'accent sur la nécessité d'adopter un plan médiatique complet et intégré pour soutenir les personnes autistes, ainsi que celles souffrant de déficiences mentales et leurs familles dans ces circonstances, les aider à surmonter en toute sécurité les conditions de confinement et à contribuer à l'égalité d'accès à l'information par des moyens de communication alternatifs, appuyés notamment par des images et le langage des signes.
Le Collectif a aussi invité à capitaliser les expériences et expertises accumulées au cours de cette période, afin de généraliser le droit à l'enseignement à distance au profit des élèves en situation de handicap et ceux autistes.
Il a aussi proposé d'organiser la contribution des lauréats de la première promotion du programme "Raafiq", pour aider les associations et les familles dans les conditions actuelles de mise en quarantaine.
Créé en 2006, le Collectif Autisme Maroc (CAM) est un réseau de plus de 25 associations de parents et amis de personnes autistes réparties sur les régions du Royaume et ayant pour but de plaidoyer en faveur des autistes et de sensibiliser à leurs droits.

Samedi 4 Avril 2020

Lu 1259 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Novembre 2020 - 17:03 Le collectif Parité maintenant monte au créneau