Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Cameroun invité d’honneur du Festival international Cinéma et migrations d'Agadir

Du 14 au 18 novembre prochain




 Le Cameroun sera à l'honneur au Festival international Cinéma et migrations d'Agadir qui se tiendra du 14 au 18 novembre prochain, ont annoncé les organisateurs. "Après la Côte d'Ivoire en 2016, le festival met à nouveau en lumière le 7ème art et les artistes d'un pays d'Afrique subsaharien, ce qui confirme notre désir de contribuer à valoriser le cinéma du continent et le rapprocher du grand public", a indiqué, dans une déclaration à la MAP, Driss Moubarik, président de l'Association "L'Initiative culturelle" qui organise l’évènement en partenariat avec le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger et le ministère chargé des Marocains résidant à l'étranger et des affaires de la migration.
Plusieurs films camerounais, dont certains sortis récemment et portant sur la question migratoire, seront présentés lors de cette 14ème édition, placée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI. «La programmation entend faire découvrir au public le cinéma camerounais, et à travers lui, la richesse, la culture et la diversité de ce pays», a ajouté M. Moubarik.
Une délégation de ce pays d'Afrique centrale fera le déplacement dans la capitale du Souss. Elle comportera des réalisateurs, des comédiens, et des journalistes ainsi que des spécialistes de la question migratoire qui prendront part aux conférences parallèles sur cette problématique qui intéresse l'ensemble du continent, particulièrement les jeunes, a souligné, pour sa part, le directeur du festival, Aziz El Omari.
Le public pourra aussi découvrir une multitude d’autres courts et longs métrages, marocains et étrangers, avec pour dénominateur commun la question de la migration.  "L’autre vocation de ce rendez-vous est de favoriser le dialogue entre professionnels du cinéma de nos deux pays et favoriser des échanges cinématographiques et culturels", a dit M. El Omari.
Excellent vecteur de dialogue et de partage entre les peuples, le cinéma est aussi un important moyen, selon lui, pour traiter de sujets de société pressants en Afrique, comme l'immigration et ses corollaires le chômage ou encore la montée de l'extrémisme.
Il est à rappeler que lors de l’édition précédente, le film «Black» avait raflé le premier Prix mais aussi le Prix du premier rôle féminin remporté par Martha Canga Antonio. Cet opus des réalisateurs belgo-marocains Adil El Arbi et Bilall Fallah raconte une histoire d’amour entre deux jeunes adolescents de deux bandes rivales. Mavela, 15 ans, membre des Black Bronx, qui tombe éperdument amoureuse du charismatique Marwan appartenant à la bande rivale, les 1080. Les deux jeunes gens sont contraints de choisir entre la loyauté à leur gang et leur amour.

Mardi 26 Septembre 2017

Lu 821 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif