Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le CMC consacre un numéro spécial à la fiscalité

Aiguillonner le système fiscal vers une nouvelle dynamique




Le CMC consacre un numéro spécial à la fiscalité
Le Centre marocain de conjoncture (CMC) a annoncé récemment la parution du 312ème numéro de sa publication mensuelle "Maroc Conjoncture" consacré à "la fiscalité".
Ce numéro s'articule autour de plusieurs thèmes, notamment "Fiscalité: comparaison Internationale", "Les orientations fiscales: d’une réforme à l’autre", "Poids des prélèvements obligatoires sur les ménages: une réalité socio-fiscale difficile à évaluer", "Compétitivité fiscale: alourdissement de la fiscalité sur le facteur travail" et "Réforme fiscale: les enjeux des 3èmes Assises de la fiscalité", fait savoir le CMC dans un communiqué.
Le système fiscal est reconnu comme un déterminant important du climat des affaires et contribue, aux côtés d’autres politiques économiques, à l’évolution de la croissance et à la lutte contre les inégalités, indique la publication, rappelant que selon le rapport Paying taxes, qui s’intéresse dans son édition de 2018 à l’impact de la digitalisation sur les systèmes fiscaux, le Maroc fait figure de bon élève, puisqu’il est au 25e rang sur un total de 190 pays.
"Cependant, selon le Fonds monétaire international (FMI), le système fiscal marocain, comme dans beaucoup de pays de la région Moyen-Orient Afrique du Nord (MENA), souffre d’un déficit d’efficacité et est peu équitable", relève la CMC, notant que le processus de réforme fiscale au Maroc constitue un volet important de la réforme, plus générale, des finances publiques allant de la Loi organique relative à la loi de finances aux finances locales appelées à connaître de plus amples bouleversements dans le cadre de la régionalisation avancée, rapporte l MAP.
"C’est une entreprise de longue haleine dans l’effort gouvernemental visant à améliorer les équilibres macro-économiques", poursuit la même source, indiquant que les actions escomptées, en la matière, sont insufflées par la volonté de moderniser la gestion des finances publiques en renforçant les mécanismes de régulation des recettes et des dépenses.
La finalité de l’ensemble de la démarche est d’aiguillonner le système fiscal vers une nouvelle dynamique, en adéquation avec les transformations économiques, sociales et politiques du Royaume, ajoute la même source.
Par ailleurs, le CMC fait observer que la fiscalité des ménages, source de débats, revient au-devant de la scène à l’occasion de chaque loi de Finances, ajoutant que de nombreuses réformes lui ont été apportées au cours du temps dans le but d’alléger son poids sur les différents agents économiques, en particulier les ménages.
"En dépit de tous les efforts fournis dans ce sens, le Maroc est l’un des pays d’Afrique qui connaît le taux de prélèvement obligatoire (prélèvements fiscaux et cotisations sociales) le plus élevé du continent", relève-t-il, précisant que ce taux avait atteint 29% en 2017, alors que la pression fiscale s’est située à 22,9% et les cotisations fiscales n’ont pesé que pour 6,7%.
L’évolution de ces indicateurs entre 2007 et 2017 appréciée à travers les données des comptes nationaux a été largement déterminée par celle de la conjoncture ayant prévalu au cours de cette période, note la même source, indiquant que ce niveau est, néanmoins, beaucoup plus faible que celui observé dans les pays développés.
En outre, la publication fait savoir que la progression soutenue des prélèvements obligatoires au cours des dix dernières années a induit une forte pression fiscale sur les contribuables, entreprises et ménages. Avec un taux apparent se situant à 28,7%, le Maroc se classe actuellement parmi les pays en développement à forte pression fiscale, tandis que la restructuration de l’impôt engagée depuis plus de trois décennies a induit un glissement sensible de la fiscalité de la consommation vers la fiscalité sur le capital et le travail.
Les estimations effectuées à ce sujet montrent que le taux d’impôt implicite du facteur travail a gagné près de 10 points en l’espace d’une quinzaine d’années contre 3,2 points pour le facteur capital, fait remarquer le CMC, jugeant que le soutien à la compétitivité des entreprises nécessite un redressement de cette tendance à travers le transfert d’une partie des charges fiscales attachées au facteur travail vers la consommation finale.
La réforme de la fiscalité est un chantier très vaste qui demande des analyses suffisamment approfondies avant d’aboutir à des conclusions définitives et de portée pratique, souligne-t-il, relevant que les mesures proposées en matière fiscale partent cependant du constat largement partagé que le niveau d’imposition actuel est assez pénalisant pour les ménages, l’entreprise et les investisseurs.

Jeudi 2 Mai 2019

Lu 545 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.