Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La vague de froid ou l’éternel combat

De nombreux ministères collaborent pour venir en aide aux populations touchées . Mais est-ce vraiment suffisant ?




 A l’opposé des douces températures estivales, la vague de froid qui préside au crépuscule de l’automne et à l’orée de l’hiver, a considérablement contribué à la chute du mercure des thermomètres. Une situation habituelle en cette période de l’année, à l’instar des campagnes d’aide ministérielles. En effet, le ministère de l’Intérieur a acté l’activation des Centres de commandement provinciaux, en adressant des instructions aux walis et gouverneurs des régions concernées, notamment les massifs montagneux, afin de prendre les mesures qui s’imposent dans l’optique d’assurer la protection de la population en garantissant un hébergement aux sans-abri, l’alimentation et les soins médicaux, comme indiqué dans un communiqué ministériel relayé par la Map. Cette mobilisation sera étroitement coordonnée avec les services compétents du ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, du ministère de la Santé, de la Gendarmerie Royale, de la Protection civile, les élus locaux et les représentants de la société civile. Le communiqué a aussi mis en lumière un PC central interministériel, dont le principal objectif sera d’assurer le suivi de la mise en œuvre des plans opérationnels élaborés par les provinces concernées et de coordonner les interventions au niveau national, poursuit la même source. Ceci dit, en faisant le bilan des campagnes précédentes, force est de constater que si elles ont le mérite d’exister, elles sont insuffisantes.
La peau qui tiraille, les lèvres gercées et les mains desséchées, représentent peu de chose face aux multiples souffrances vécues par les populations des massifs montagneux, de l’Atlas jusqu’au Rif.
A ces altitudes où les températures dépassent largement les valeurs négatives, les habitants qui y résident sont en proie à la neige, au froid et aux pluies diluviennes, sans pour autant disposer   de moyens nécessaires pour y parer.
Une situation pénible qui vire souvent au drame, quand ces hommes, femmes et enfants se retrouvent confrontés aux difficultés d’approvisionnement, car isolés des souks hebdomadaires, unique  source des plus basiques denrées alimentaires. En cause, l’impraticabilité des rares routes existantes, empêchant tout véhicule de circuler. A défaut de chasse-neige fonctionnel et en nombre pour déblayer les routes, c’est souvent dans le meilleur des cas, à dos d’âne, transis de froid, que les courageux habitants des massifs montagneux bravent des conditions climatiques extrêmes pour subvenir à leurs besoins vitaux ainsi que ceux de leur famille.  Un constat qui glace le sang, autant que les corps de cette population faisant partie du pays malgré l’altitude et la distance qui nous séparent.
Si les témoignages pointent l’incompatibilité entre les actions prévues sur le papier par les institutions publiques et leurs applications, détourner notre regard c’est se rendre complice de la marginalisation qui en résulte. Difficile de décrire la situation autrement, quand s’ajoute aux griefs précédents, l’absence criante d’infrastructures basiques et vitales, comme les hôpitaux.   
Naturellement, le retour immuable de l’hiver et de ses vagues de froid n’a aucune chance d’être altéré ; pis, le réchauffement climatique planétaire ne fait qu’accentuer les extrémités aux dépens de l’automne et du printemps, dites saisons de transition, qui plus est, au sein de ces localités dont la beauté contraste avec la sévérité des conditions climatiques qui y sévissent.  A la lumière de ces éléments, il paraît évident que notre indifférence est autant en cause que les manquements dont souffrent les actions étatiques. Alors puisque la montagne ne pourra pas venir à nous, allons à la montagne et aidons cette population à desserrer l’étau d’un scandaleux enclavement!

Chady Chaabi
Jeudi 7 Décembre 2017

Lu 737 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs