La série Drôle annulée par Netflix après une saison


Libé
Vendredi 13 Mai 2022

La série française sur le stand-up Drôle, imaginée par Fanny Herrero, la créatrice de "Dix Pour Cent", et lancée en fanfare en mars dernier par Netflix, n'aura pas de deuxième saison, a révélé jeudi le magazine Les Inrocks.

En cause: des audiences insuffisantes, a expliqué le géant du streaming à la revue. "Nous avons pris la difficile décision de ne pas reconduire Drôle pour une saison 2, après presque trois ans de travail en commun et une collaboration fructueuse avec Fanny Herrero, les Films du Kiosque et toute l’équipe. Nos abonnés n’y ont pas trouvé leur compte."

Drôle propose une plongée dans le milieu du stand-up parisien en suivant quatre jeunes humoristes: Nezir (Younès Boucif) le débrouillard qui joint les deux bouts en livrant des repas, Apolline (Elsa Guedj) l'angoissée qui fond en larmes face au public, Aïssatou (Mariama Gueye) la surdouée, et Bling (Jean Siuen), traumatisé par un échec sur scène.

Younès Boucif a confié sa déception sur les réseaux sociaux: "C'est évidemment dommage, car je pense que Drôle est une belle série, différente, nuancée [...] Elle mérite d'exister sur la plateforme. Je trouve qu'elle fait bien au catalogue français des séries".

Bouillon de culture

Salon régional du livre
 
La ville de Khouribga accueille, du 13 au 18 mai courant, la 13ème édition du Salon régional du livre, a annoncé la direction régionale de la culture à Béni Mellal-Khénifra dans un communiqué.


Cette édition est organisée par la direction régionale de la culture à Béni Mellal-Khénifra avec le soutien de la direction du livre, des bibliothèques et des archives à Rabat et en coordination avec la direction provinciale de la culture à Khouribga.


Organisée en collaboration avec la préfecture de la province de Khouribga, le conseil communal de Khouribga et avec plusieurs autres partenaires locaux, cette édition qui coïncide avec la célébration du Mois du patrimoine (18 avril au 18 mai) et avec la Journée nationale du théâtre (14 mai), sera marquée par plusieurs rencontres culturelles et artistiques qui visent essentiellement à informer le grand public des dernières œuvres et publications des écrivains, poètes et intellectuels de la région de Béni Mellal-Khénifra.


Le coup d'envoi de cette édition sera donné vendredi à la place Marjane à Khouribga avec l’organisation de spectacles de la troupe Abidat Rma Nojoum Boujaad et de la troupe de tambours de l’Association Marco pour l’éducation et la culture de Khouribga. 

 
Vernissage
 
Le vernissage de l'exposition "Ode à l'Un-Visible: Entre Voir" de l'artiste peintre Valérie Ohana, alias Visha, a eu lieu, mercredi soir à la galerie d'art Myriem Himmich à Casablanca.
 Dans cette exposition, qui se poursuit jusqu'au 24 mai, le secret mystique s'entrevoit par le choix des couleurs, des tons, des textures, des matières, des reliefs, des tracés et des formes.
 Chaque précieux geste devine les vérités universelles de la beauté du monde, non cette beauté dite esthétique, harmonieuse mais plutôt cette poésie intime, insufflée par l'éternel.

 Cette ode à la vie qui libère un de ses innombrables arts, célébrant le silence urgent et dynamique de vivre, liés, reliés et inter-reliés dans la paix, contaminés d'amour.
 Les toiles de Valérie Ohana sont réalisées grâce à la guidance inconditionnelle de l'invisible.

La transcendance l'invite régulièrement à explorer le potentiel présagé du tableau et la conscience du souffle la transporte vers une pratique subtile du mouvement manuel.
 Le palmier, qui est au centre de sa signature d'artiste, se dessine sur ses toiles pour marquer ce rappel du trait d'union entre le monde d'en bas et le monde d'en haut.


Dans une déclaration à la MAP, Visha a indiqué que le cœur de son travail est de mettre au service de l'humanité tout l'amour qu'elle reçoit de Dieu, mettant en avant sa forte liaison avec le Divin. "Dans mes toiles, je transmets des messages de guérison à travers des couleurs, des textures, des symboles et des archétypes", a expliqué l'artiste peintre qui est à sa deuxième exposition.


Pour ce qui est des matières utilisées pour la réalisation de ses œuvres, Valérie Ohana a précisé qu'il s'agit de tissus, de pierres, de sable, de peinture, de coton ou d'étoffes.

Pour sa part, Myriem Himmich, galeriste, artiste photographe et agent d'artiste, a déclaré que "nous célébrons ce soir l'univers mystique de Valerie Ohana et sa connexion au Divin qui se traduit par des formes et des couleurs qu'elle perçoit et qu'elle nous délivre à travers ses toiles guérisseuses".



Lu 1271 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.