Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“La relève tagnaouite” au cœur du Festival d'Essaouira

Du 21 au 23 juin courant




Le Festival Gnaoua et Musiques du monde d’Essaouira met la nouvelle génération des maâlems au cœur de sa 21ème édition à travers une programmation spéciale, intitulée "La relève tagnaouite", ont annoncé lundi les organisateurs. "En provenance d’Essaouira, Marrakech et Casablanca, une relève des maâlems foulera la scène Place Moulay Hassan pour perpétuer la tradition, avec une vision nouvelle et des projets d’avenir", ont-ils indiqué dans un communiqué. Des concerts seront ainsi proposés tous les jours autour d’une nouvelle génération de gnaouis, par le maâlem Abdeslam Alikkane, directeur artistique et coach de la relève, a précisé la même source. La relève de Casablanca, représentée par les maâlems Khalid Sansi, Ismael Rahil et Brahim Hamam, celle de Marrakech, qui regroupe les maâlems Moulay El Taieb Adhbi, Tarik Ait Hmtti et Hicham Merchane et enfin celle d'Essaouira, composée des maâlems Saïd Boulhimas, Abdelmalek El Kadiri et Mohamed Boumazough, se produiront respectivement les 21, 22 et 23 juin sur la scène Place Moulay Hassan.
Le samedi 23 juin sera également l'occasion de découvrir la relève en fusion avec les maâlems Hossam Gania, Shabaka Hutchings, Nguyên Lê, David Aubaile et Omar Barkaoui. Le Festival présentera également une fusion artistique des plus pointues avec maâlem Hossam Gania, fils de l’indétrônable feu maâlem Mahmoud Gania, fait savoir le communiqué, précisant que maâlem Hossam Gania jouera aux côtés de la révélation du jazz anglais, le saxophoniste Shabaka Hutchings, le guitariste et bassiste français d’origine vietnamienne, le grand Nguyên Lê, le pianiste flûtiste attiré par les musiques maghrébines David Aubaile et le très prometteur Omar Barkaoui, un des batteurs marocains les plus doués de sa génération.  Par ailleurs, le Festival Gnaoua s'engage à produire un album du jeune Gania, composé de morceaux du répertoire des Gnaoua d’Essaouira ainsi que la fusion interprétée lors de cette 21ème édition, et ce afin d'encourager le maâlem dans sa démarche artistique, une création marocaine, française et anglaise pensée par le festival et dont la réalisation est dirigée par le directeur artistique du festival, le batteur Karim Ziad.  Le Festival Gnaoua et Musiques du monde d’Essaouira offre ainsi à ces dix maâlems, représentants de la nouvelle génération gnaouie, l’occasion de se produire sur la scène Place Moulay Hassan, cette scène qui a vu passer les plus grands maâlems et une pléiade de rencontres entre la musique gnaoua et les musiques du monde.

Mercredi 13 Juin 2018

Lu 550 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés