Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La publication des jurisprudences financières en débat à la FSJES de Mohammédia

Pour une meilleure capitalisation et concrétisation des concepts acquis par les étudiants


Abdelali Khallad
Lundi 23 Décembre 2019

Al’initiative du département du droit public, la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Mohammédia a abrité mercredi 18 décembre 2019 un atelier de cadrage autour du thème «Problématique de la publication des jurisprudences financières au Maroc». Cet atelier qui a pris la forme d’une rencontre ouverte avec Abdellatif Benzidiya, procureur général du Roi près la Cour des comptes, a ciblé les étudiants chercheurs aux masters «sciences politiques et communication politique » et « action parlementaire et rédaction juridique ». Abdellatif Iaaz, doyen par intérim de la FSJES de Mohammédia, a saisi l’occasion pour saluer la grande dynamique que connaît le département du droit public et qui a été à l’origine de la majorité des activités initiées en faveur des étudiants. Il a mis en avant l’intérêt de ce type de rencontres avec des responsables et personnalités publics pour une meilleure capitalisation et concrétisation des concepts acquis par les étudiants. Saïd Khomri, chef du département du droit public, a, pour sa part, salué la qualité des initiatives initiées tout en appelant les étudiants à saisir pareilles opportunités pour une efficiente confrontation de la théorie à la pratique. Abderrahim El Omari, professeur de l’enseignement supérieur et coordonnateur de l’atelier, a mis en relief l’importance de cette activité interactive avant de céder la parole à l’invité qui dispose d’une longue expérience professionnelle au niveau de la jurisprudence financière. Le procureur général du Roi près la Cour des comptes a tenu, à l’entame de son intervention, à faire la différence, en termes de publication, entre les arrêts de discipline budgétaire et financière d’une part, et les rapports des missions de contrôle d’autre part. La publication de ces derniers contribue, d’après M. Benzidiya, à la consolidation et au renforcement des principes de bonne gouvernance, de légitimité, et de transparence. Toutefois, l’intervenant a mis en avant certains aspects négatifs liés aux traitements desdits rapports par la presse : instrumentalisation politique, personnalisation des remarques, et négligence des réponses formulées par les organes objets du contrôle. Selon l’article 147 de la Constitution, la Cour des comptes est l’institution supérieure de contrôle des finances publiques dans notre pays. Elle s’assure de la régularité des opérations relatives aux recettes et dépenses des organismes soumis à son contrôle en vertu de la loi. Elle est également chargée de l’évaluation de la gestion de ces organismes et sanctionne, le cas échéant, tout manquement aux règles qui régissent lesdites opérations. De plus, la Cour apporte son assistance au Parlement, au gouvernement et au pouvoir judiciaire. La Cour des comptes exerce, dans le cadre de ses missions, deux types de compétences régies par la loi n° 62-99 formant Code des juridictions financières. En effet, la Cour exerce des compétences juridictionnelles, à savoir la vérification et le jugement des comptes des organismes publics, et la discipline budgétaire et financière. La Cour exerce également des compétences non juridictionnelles, à savoir, d’une part, le contrôle de la gestion des établissements et organismes publics pour apprécier la qualité de ladite gestion et proposer des suggestions et des recommandations sur les moyens susceptibles d’en améliorer les méthodes et d’en accroître l’efficacité, le rendement et le niveau de performance et, d’autre part, le contrôle de l’emploi des deniers publics. A quel point la publication des rapports de la Cour des comptes at-elle contribué à la mise en exergue du principe de la reddition des comptes ? La Cour dispose-t-elle d’une stratégie de communication pour mieux accompagner cette procédure de publication de ses travaux, les rapports des missions de contrôle notamment ? Des questions, entre autres, soulevées par les étudiants qui ont activement participé au débat qui a suivi l’intervention de l’invité. 


Lu 1301 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Janvier 2022 - 19:45 Fort recul des importations des céréales

Lundi 24 Janvier 2022 - 18:48 Le dirham quasi-stable face à l'euro

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS