Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La planète se claquemure et guette le pic de l'épidémie



La planète se claquemure et guette le pic de l'épidémie
Moscou et Lagos ont rejoint lundi les plus de trois milliards d'habitants de la planète confinés chez eux dans l'espoir d'enrayer la progression de l'épidémie de Covid-19, désormais prise très au sérieux par le président américain Donald Trump, qui se prépare au pire.
Cette obligation planétaire à rester chez soi pour combattre l'épidémie, qui a fait plus de 33.000 morts dont un bébé de moins d'un an, restait toutefois très théorique dans de nombreux pays d'Afrique et d'Amérique latine notamment.
"Reste chez toi!": au Venezuela, le message répété en boucle par la télévision d'Etat se heurte à la réalité d'un pays où 60% des 30 millions d'habitants sont confrontés à des pénuries d'eau, selon des ONG.
Résultat, dans un quartier populaire de Caracas, ils sont 200 à attendre sur un trottoir pour remplir leurs bidons d'eau... à une bouche à incendie.
Alors que 140.00 personnes sont contaminées aux Etats-Unis, sur plus de 700.000 cas officiellement déclarés dans le monde, Donald Trump, ne prend plus le Covid-19 à la légère.
"Potentiellement 2,2 millions de personnes" auraient pu mourir du Covid-19 si "nous n'avions rien fait", a reconnu le président dimanche, en campagne pour sa réélection.
Son conseiller sur la pandémie, le Dr Anthony Fauci, avec lequel il semble désormais sur la même longueur d'onde, a estimé pour sa part que le virus pourrait faire "entre 100.000 et 200.000 morts", contre près de 2.400 actuellement.
A ce jour l'Europe, où se concentrent les deux tiers des décès, reste la plus touchée.
A Moscou, où ceux qui ne respectent pas les mesures de quarantaine encourent cinq ans de prison depuis le 8 mars, le maire Sergueï Sobianine a ordonné le confinement général, qui concerne 43% de la population mondiale.
Les 12,5 millions de Moscovites ne seront autorisés à sortir de chez eux que pour se rendre au travail, si nécessaire, pour les urgences médicales, se ravitailler ou aller dans une pharmacie.
Ils peuvent sortir les poubelles et promener leur chien mais seulement dans un rayon de 100 mètres de leur domicile.
Lagos, mégapole tentaculaire de 20 millions d'habitants, et Abuja, capitale du Nigeria, ont elles aussi décrété un confinement total.
Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique avec près de 200 millions d'habitants enregistrait dimanche soir 97 cas déclarés, mais leur nombre pourrait rapidement exploser, a prévenu le ministre de l'Information Lai Mohammed.
Les mesures de confinement suscitent de nombreuses incompréhensions et contestations en Afrique subsaharienne, où une grande partie de la population vit avec moins de deux dollars par jour et dépend de l'économie informelle pour survivre.
A New York, les banques alimentaires sont confrontées à un afflux de nouveaux venus, privés brutalement de ressources. Pas de longues queues qui rappelleraient les soupes populaires des années 1930, heureusement: les gens arrivent au fur et à mesure.
L'épidémie provoque un déclassement général: "les gens qui étaient pauvres sont plus pauvres, et ceux qui avaient des emplois décents, qui pouvaient se débrouiller, sont maintenant pauvres aussi", constate Geraldine Fermin, employée de City Harvest.
Partout où le Covid-19 fait des ravages, on guette fébrilement le pic du taux de mortalité, annonciateur d'un reflux et d'un désengorgement progressif des services de réanimation.
Aux Etats-Unis, le président Trump a indiqué que le pic devrait avoir lieu "dans deux semaines". En Europe, les autorités sanitaires espèrent en revanche s'en approcher.
En Italie, pays qui enregistre le record mondial de décès (10.779 pour 97.689 cas recensés), le confinement commence à produire des résultats encourageants après trois semaines.
"Dans tous les services d'urgences, on enregistre une réduction" des arrivées de patients, selon Giulio Gallera, responsable de la santé de la région septentrionale de Lombardie, la plus touchée.
Confrontée à un afflux de malades dans les hôpitaux et à une pénurie de matériel qui s'annonce, la France (plus de 2.600 morts, dont 292 ces dernières 24 heures) a commandé un milliard de masques, notamment à la Chine, et compte presque tripler le nombre de lits affectés à la réanimation.
L'épidémie s'accélère aussi au Royaume-Uni, avec désormais 1.228 morts pour quelque 20.000 cas confirmés, pays où le confinement général a été décrété lundi pour trois semaines.
Dans la sinistrose ambiante, le Covid-19 fait cependant quelques heureux: les pères japonais et les patrons de journaux.
Le télétravail a été une révélation pour Yuki Sato, 35 ans, à l'instar de nombreux autres cadres japonais qui y étaient rétifs, malgré les tentatives du gouvernement pour l'encourager. Ce jeune père met ainsi à profit les deux heures quotidiennes gagnées sur le temps de transport pour s'occuper davantage de ses deux filles.
Si la crise sanitaire pourrait à terme favoriser le travail des femmes, elle pourrait bien être aussi une occasion pour les médias de retrouver la confiance des lecteurs.
Clarín, le quotidien argentin le plus vendu, a ainsi vu exploser la fréquentation de son site, des lecteurs s'y rendant directement, sans passer par les réseaux sociaux. "Ils veulent savoir ce qui se passe dans d'autres pays, comme l'Italie, l'Espagne et la France, que nous couvrons avec nos propres correspondants", explique de son côté Ricardo Kirschbaum.
 

Léger repli du nombre de morts en 24 heures en Espagne

L'Espagne a enregistré un léger recul de son nombre de morts quotidiens du Covid-19 lundi à 812 après le record de 838 notifié dimanche, ont annoncé les autorités.
Au total, 7.340 personnes sont mortes de la pandémie dans le pays, le deuxième au monde en termes de décès du Covid-19 derrière l'Italie.
Le pays compte par ailleurs plus de 85.000 cas confirmés de coronavirus, soit près de 6.400 de plus que dimanche.
Mais le rythme de progression des morts et des nouveaux cas confirmés en 24 heures ne cesse de ralentir depuis le milieu de la semaine dernière dans le pays dont les autorités sanitaires espèrent être proches du pic de l'épidémie.
Le nombre de personnes guéries du Covid-19 a par ailleurs encore progressé à près de 17.000.
La région de Madrid, où les autorités ont monté un immense hôpital de campagne dans les pavillons désertés de la foire commerciale et ont ouvert deux morgues dans une patinoire et un bâtiment public inutilisé, reste la plus touchée du pays avec près de la moitié des morts.
Le gouvernement de Pedro Sanchez a décidé samedi de durcir les mesures prises pour lutter contre le Covid-19 en ordonnant à tous les salariés travaillant dans des secteurs non essentiels de rester chez eux durant deux semaines.
Le but est de réduire encore plus la mobilité et donc la potentielle propagation du virus alors que les Espagnols sont déjà soumis depuis mi-mars à un confinement des plus stricts qui a été prolongé jusqu'au 11 avril.
Jusqu'ici ils ne pouvaient sortir de chez eux que pour travailler si le télétravail n'était pas possible, acheter à manger, se faire soigner ou sortir rapidement leur chien.
 

Mardi 31 Mars 2020

Lu 987 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS