Libération






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La place Tahrir à Bagdad, de cœur de la révolte à promenade fleurie


Libé
Dimanche 13 Novembre 2022

En 2019, Fadel exigeait la "chute du régime" sur la place Tahrir de Bagdad avec des milliers d'autres Irakiens. Aujourd'hui, il y vend du café: l'épicentre de la contestation a renoué avec les embouteillages et s'est doté d'un espace pour flâneurs.

Des litres de café dans des thermos fixés sur ses épaules, Fadel Abbas, 21 ans, propose la tasse à moins d'un euro aux passants. Tous remarquent la cicatrice qui zèbre sa main gauche, souvenir de la violente répression des manifestations anti-pouvoir lancées en octobre 2019 dans tout l'Irak.

Plus de 600 personnes ont été tuées et des milliers d'autres blessées au cours de ce mouvement social inédit, où les manifestants dénonçaient la corruption, "l'incurie" des dirigeants et la "mainmise de l'Iran" dans les affaires irakiennes.

Fadel était aux premières loges sur la place Tahrir (Libération, en arabe), emblématique rond-point construit en 1937 où convergent encore aujourd'hui les grands boulevards de la rive orientale du Tigre.

C'est là qu'en 2019 se rassemblaient les dizaines de milliers de manifestants, scandant des slogans inspirés du Printemps arabe, comme le célèbre "Le peuple veut la chute du régime". "Ici, de nombreuses personnes ont été blessées et tuées, des jeunes hommes, des jeunes femmes, des médecins", se remémore Fadel. "Nous ne faisions que réclamer nos droits".

Ali Ryad, 29 ans, a lui aussi participé au mouvement. Il pointe le Tigre, qui coule le long de Tahrir. "Même les ponts ont été témoins du sang versé", dit-il.

Trois ans plus tard, le panorama n'a plus rien à voir. La vague de manifestations s'est progressivement éteinte début 2020 au moment où des restrictions liées à la pandémie de coronavirus entraient en vigueur. Et les autorités ont décidé de rénover la place Tahrir.

Après des travaux titanesques entrepris sous la supervision de l'ex-Premier ministre Moustafa al-Kazimi et de la municipalité de Bagdad, le photogénique Monument de la Liberté célébrant la révolution irakienne de 1958 est de nouveau visible depuis mi-octobre sur un trottoir de la place Tahrir.

Derrière ce monument inauguré en 1961, la longue promenade auparavant à l'abandon a été fleurie, pavée et des palmiers ont été plantés. "La municipalité compte organiser des activités pour la jeunesse dans ces jardins", explique Abdel Moneim al-Issaoui, chef-adjoint des relations médias à la mairie. Et d'égréner la liste des expositions, bazars et concerts prévus. L'écrivaine Souad al-Gohary et son équipe de cyclistes mixte se prennent en photo sous le Monument de la Liberté "parce que nous voulons que ce lieu où des martyrs sont tombés devienne un lieu de joie".

Anastasia, une touriste russe de 32 ans, flâne sur l'esplanade derrière le monument. "Ce jardin est magnifique, il y a de l'espace, des fleurs. On peut s'y promener. C'est un peu européen", dit-elle. 
C'est surtout l'un des seuls espaces verts de Bagdad, métropole asphyxiée par le béton et la circulation. Ses huit millions d'habitants n'ont qu'un seul grand parc public à leur disposition, le parc Zawraa... où l'entrée est payante.

Au centre de la place Tahrir, les véhicules circulent autour du rond-point dans un tintamarre qui ne se calme qu'à la nuit tombée, sous le regard de caméras de surveillance et de policiers. Car, si elles sont très loin de ressembler aux marées humaines de fin 2019, des manifestations y ont toujours lieu.
Parfois, une poignée de jeunes diplômés réclame des emplois, parfois des sympathisants du leader religieux chiite Moqtada Sadr battent le pavé. Mais à tous, un bâtiment rappelle la contestation de 2019.

Avec ses allures de vaisseau fantôme, le "restaurant turc", plus grand immeuble de la place Tahrir, trône comme un symbole du soulèvement, lorsque les manifestants en avaient fait leur quartier général.

Depuis, il n'a pas été rénové et les forces de l'ordre surveillent que personne n'y pénètre. Sur ses murs, les graffitis appelant à la "Thaoura" (Révolution) subissent les lents outrages du temps.


Lu 2028 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS