Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage




La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage
Les participants à une journée d'étude et de sensibilisation au sujet de "La lutte contre la sextorsion", organisée jeudi à Kénitra, ont plaidé en faveur d'une approche participative entre l'ensemble des acteurs concernés, laquelle approche doit tenir compte de la nécessité de développer les mécanismes de surveillance et de traçage de ce type de crime, né du "boom" que connaît le monde des technologies de l'information.
Lors de la séance d’ouverture de cette journée initiée par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), les intervenants ont souligné que la "sextorsion", qui relève de la cybercriminalité, prend plusieurs formes et s'adapte aux changements dans le domaine des nouvelles technologies, d'où la nécessité de cerner toutes les nouveautés qui y naissent et de développer les techniques et les méthodes de lutte contre ce crime transfrontalier. Dans ce sens, le commissaire divisionnaire Ahmed Bendahman a indiqué, dans une allocution au nom de la DGSN, que la Direction est consciente que lutter contre la cybercriminalité signifie faire face à une criminalité qui se métamorphose rapidement et qui exige un suivi permanent tout en passant au crible ses différentes formes et caractéristiques.
De son avis, la "sextorsion" est initialement apparue sous forme d'actions isolées menées par des jeunes au fait des moyens technologiques modernes pour réaliser des fins non lucratives, avant de prendre ensuite la forme d'un crime organisé commis individuellement ou collectivement, où plusieurs applications sont utilisées, dont le but principal est de réaliser un profit important.
Dans un allocution lue au nom du premier président de la Cour de cassation, président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, le chef de département de la communication, Mohamed Khadraoui, a indiqué qu'il est difficile de cerner l'ampleur du phénomène de "la sextorsion", compte tenu du nombre de victimes qui ont succombé aux demandes des maîtres-chanteurs voulant être hors du scandale ou diffamation, et dont certains ont même cédé au désespoir tentant l’automutilation ou le suicide au lieu de porter plainte et d'affronter ceux qui exercent le chantage et les menacent.
"Nous sommes devant le défi d’établir la sécurité dans la société par ses dimensions éthique, numérique et humaine, ce qui nous oblige à affronter ces crimes en mobilisant toutes nos ressources et nos capacités dans le cadre d'un plan stratégique intégré, hiérarchisé, assorti d'une vision claire et d'objectifs précis", a-t-il précisé.
M. Khadraoui a, en outre, fait savoir que l’approche préventive fondée sur les valeurs de la communication, de l’ouverture, de la sensibilisation et de la participation de tous les acteurs des domaines de la famille, de l’éducation et des médias aura sans aucun doute des effets positifs sur la réduction de ce crime qui porte atteinte aux valeurs morales inhérentes et entraîne des coûts sociaux, économiques et humains considérables.
De son côté, le chef de la section des affaires pénales de la présidence du Ministère public, Abderahman Lamtouni, a soutenu, dans une allocution lue au nom du président du Ministère public, que l'extorsion sexuelle est devenue l'un des phénomènes criminels graves qui se sont répandus à un niveau important dernièrement, causant de graves dommages aux victimes et à leurs familles, qui subissent des préjudices psychologiques et sociaux pouvant entraîner l’anéantissement des relations conjugales et familiales en général.
Dans ce même sillage, M. Lamtouni a expliqué que ce phénomène dépasse les frontières nationales pour guetter des victimes hors territoire, car ce n’est plus une activité criminelle isolée par individu, mais dans certains cas, elle est commise par un groupe de personnes dans un cadre organisé où les rôles sont partagés entre ses auteurs. La politique pénale tend à insister sur ce type d'actes pour que la majorité des poursuites soit couplée à l'arrestation de l'accusé, et des peines privatives de la liberté, a-t-il relevé, notant toutefois que le phénomène se poursuit et qu'une série de cas de récidive sont enregistrés, ce qui signifie que la politique pénale doit instamment accorder plus d’attention à cette question en développant des moyens de confrontation et de rigueur dans la résolution de ce problème.





 

Divers

Personnes
en situation
de handicap


L'Association "Espoir Maroc" a organisé, jeudi à Casablanca, la cinquième édition du Forum national d'emploi et d'entrepreneuriat pour les personnes en situation de handicap, en partenariat avec plusieurs organismes et associations.
A cette occasion, le président de l'association, Karim Idrissi, a indiqué que l'insertion professionnelle des personnes à besoins spécifiques est au cœur de tous les défis, expliquant que pour ces personnes, l’exercice d’une activité professionnelle représente un facteur important de survie, d’autonomie, de reconnaissance au sein de la famille et de la communauté.
"Favoriser l’accès à l’emploi des personnes en situation de handicap dans une entreprise constitue pour nous tous, un défi pour l’égalité et un enjeu majeur pour l’insertion professionnelle de ces personnes", a-t-il dit soulignant que l’édition précédente a connu la présence de plus de 1.000 candidats et la mobilisation de 30 entreprises et partenaires.
Véritable lieu d’échange, le forum vise à réunir des personnes en situation de handicap et des employeurs afin de faire tomber les préjugés sur le handicap, et favoriser une meilleure insertion en entreprise.

Formation

Le Centre de formation par apprentissage (CFA) de Bouskoura a été inauguré, jeudi, avec l'ambition de former les jeunes déscolarisés de la région aux métiers de l’électricité et l’électromécanique.
Créé à l'initiative de l'Association "L'Heure Joyeuse" et l'Institut européen de coopération et de développement (IECD), en vertu d'un partenariat acté en 2014, le Centre a bénéficié du soutien de la province de Nouaceur, de l’Initiative nationale pour le développement humain et de la commune de Bouskoura, l’Agence française de développement, la Coopération monégasque et la Coopération autrichienne.
La cérémonie d'inauguration, qui s'est déroulée en présence du gouverneur de la province de Nouaceur, Abdallah Chater, des représentants de l'Education nationale et de la Formation professionnelle, a été marquée par la signature de deux conventions entre l'Heure Joyeuse et l'Office de formation professionnelle et de promotion du travail (OFPPT) et l'Université internationale de Casablanca (UIC).

Libé
Samedi 7 Décembre 2019

Lu 2171 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif












Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com