Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La justice spatiale en débat à Khénifra




Une rencontre autour de la justice spatiale entre théorie et réalité a réuni, récemment à Khénifra, une pléiade d'universitaires et de chercheurs, à l'initiative de l'Association Izourane pour la culture amazighe.
La rencontre s'inscrit, selon ses initiateurs, dans le cadre du débat sur l'espace et les programmes de développement que mènent les collectivités locales et régionales notamment et pour vulgariser le concept de justice spatiale tel que stipulée dans les dispositions de la Constitution.
Il s'agit aussi d'une opportunité pour mettre l'accent sur l'importance du plaidoyer en faveur d'une justice spatiale indispensable au développement durable et établir un guide à cet effet à l'intention, entre autres, des élus et des investisseurs. 
Le président de l'association Izourane, Lahcen Chilass, a rappelé que l'organisation de la rencontre s'inscrit dans le cadre de la commémoration du discours prononcé par SM le roi Mohammed VI à Ajdir en 2001 qui a marqué le début d’une ère de promotion de l’amazighité et sa reconnaissance dans le contexte pluriculturel marocain, dans ses dimensions de langue, de culture et d’histoire.
Il a, par ailleurs, mis l'accent sur les répercussions des disparités spatiales et du manque d'infrastructures et d'équipements, notamment dans les zones montagneuses, sur le niveau de développement et sur le potentiel socio-économique et écologique de cet espace.
Le président du conseil provincial de Khénifra, Salah Aghbalou, s'est arrêté, pour sa part, sur les mutations socio-économiques au Maroc durant les deux dernières décennies qui ont été accompagnées, a-t-il indiqué, par la mise en œuvre d'une batterie de politiques spatiales dont la régionalisation avancée avec pour ambitions la réalisation de réformes politiques et l'amélioration des indicateurs économiques et sociales, notamment en milieu rural.
S'agissant de la province de Khénifra, il a reconnu que le chemin à parcourir reste encore important pour combler le déficit dans plusieurs domaines en dépit des ressources naturelles, humaines et culturelles locales, ce qui nécessite, selon lui, des programmes de mise à niveau dans le cadre d'une vision de développement intégrée dans des secteurs prioritaires comme l'habitat, la santé, l'éducation, les infrastructures...
Les débats de cette rencontre ont abordé différents axes inhérents, entre autres, à la situation au Moyen Atlas qui présente des indicateurs de développement faibles malgré la richesse des ressources, au concept de justice spatiale, aux menaces que pose l'injustice spatiale sur le processus démocratique, ainsi qu'au concept d'espace dans la culture amazighe.

Vendredi 20 Octobre 2017

Lu 604 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés