Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La guerre gagne deux nouvelles grandes villes du Soudan


Libé
Lundi 21 Août 2023

La guerre qui ravage le Soudan depuis plus de quatre mois a gagné deux nouvelles villes fortement peuplées, aggravant les craintes pour des milliers de familles qui y ont été déplacées depuis d'autres zones touchées par les combats.

Jeudi soir, les tirs à l'arme lourde ont fait frissonner à la nuit tombée les habitants d'el-Facher, le chef-lieu du Darfour-Nord, à quelque 800 kilomètres au sud-ouest de la capitale soudanaise, où des milliers de familles se sont récemment réfugiées, fuyant notamment les exactions des paramilitaires et de miliciens arabes alliés plus à l'ouest.

Depuis le 15 avril, la guerre entre l'armée du général Abdel Fattah al-Burhane et les Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohamed Hamdane Daglo a ravagé Khartoum et poussé plus de trois millions d'habitants de la capitale à la fuite ou l'exil. Elle a fait 3.900 morts, selon l'ONG ACLED - -un bilan très sous-estimé tant le chaos règne et les télécommunications sont coupées la plupart du temps.

Longtemps concentrés à Khartoum et dans certaines villes du Darfour, les combats ont depuis gagné le Kordofan-Nord, carrefour commercial et des transports au Soudan. Jeudi soir, ils se sont étendus à el-Facher et alFoula, capitale du Kordofan-Ouest, rapportent vendredi des habitants à l'AFP.

La situation est particulièrement préoccupante à al-Facher--où les combats avaient cessé il y a près de deux mois--, car de nombreuses familles fuyant pillages, viols, bombardements et exécutions sommaires ailleurs au Darfour(ouest)s'y sont réfugiées.

"C'estle plus grand rassemblement de civils déplacés avec 600.000 personnes s’étant réfugiées à alFacher", assure à l'AFP Nathaniel Raymond, directeur du laboratoire en recherche humanitaire de l'Université américaine de Yale.

Des habitants rapportent à l'AFP que les violences ont repris tard jeudi. "A la tombée de la nuit, on a entendu des combats à l'arme lourde venus de l'est de la ville", explique l'un d'eux. Le conflit est différent au Darfour où des rescapés ont raconté à l'AFP des exécutions sur la base de l'appartenance ethnique.

Des milices arabes alliées des FSR abattent des civils uniquement parce qu'ils n'étaient pas Arabes et des colonnes de familles fuient sur des dizaines de kilomètres, au Tchad voisin pour les plus chanceux ou ailleurs au Darfour, désormais en passe de s'embraser partout.

Dans cette vaste région, la guerre avait déjà fait des ravages en 2003 et la Cour pénale internationale (CPI), qui parle de génocide à l'époque met en garde contre une répétition de l'histoire. Après des atrocités assimilées par l'ONU à un "génocide" à El-Geneina, au Darfour-Ouest, les combats se concentrent désormais à Nyiala, chef-lieu du Darfour-Sud, où 20.000 personnes ont récemment fui les tirs croisés.

"Nous sommes alarmés par les bombardements aveugles sur Niyala par l'armée et les FSR. Chaque jour que ce conflit insensé continue, plus de civils innocents sont tués, blessés ou rendus sans abri", a déclaré Matthew Miller, porte-parole du département d'Etat américain.

Plus à l'est, à 800 km de Khartoum, al-Foula, le chef-lieu du Kordofan-Ouest, jusqu'ici épargnée, a elle aussi été gagnée par les combats. "Les FSR affrontent l'armée et la police et dans leurs échanges de tirs, des bâtiments publics ont été incendiés", rapporte un habitant.

"Des magasins ont été pillés et il y a des morts dans les deux camps, mais personne ne peut accéder aux corps dans le chaos", abonde un autre. Face à l'horreur, la communauté internationale "n'a aucune excuse" pour son retard à soulager les souffrances de la population soudanaise, ont dénoncé mardi des dirigeants de grandes organisations humanitaires.

"Nos appels humanitaires peuvent aider quelque 19millions de personnes au Soudan et dans les pays voisins", affirment les dirigeants regrettant n'avoir reçu qu'un peu plus de 27% de leurs besoins de financement.

"Veuillez changer cela", réclament-t-ils, rappelant que plus de 14 millions d'enfants ont besoin d'aide humanitaire et que plus de 4 millions de personnes ayant fui les combats, se trouvent toujours déplacées à l'intérieur du pays ou réfugiées dans toute la région.


Lu 1142 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe










L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30





Flux RSS
p