Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La croissance de la masse monétaire continue de s’accélérer à fin juillet

L’agrégat monétaire M3 progresse de 4,7% en glissement annuel




Le rythme de progression annuel de la masse monétaire continue de s’accélérer pour le deuxième mois consécutif, enregistrant un nouvel accroissement de son taux à fin juillet 2019. 
Ainsi que le montrent les chiffres publiés récemment par Bank Al-Maghrib (BAM), l’agrégat monétaire M3 s’est accru de 4,7% en glissement annuel, après une accélération de son rythme de  4,5% en juin, pour s’établir à 1.339,9 milliards de dirhams (MMDH).
Cette progression reflète « une hausse de 8,5% après 7,7% de la circulation fiduciaire et de 0,4% après une baisse de 0,2% des comptes à terme », a indiqué la  Banque centrale, relevant, en revanche, une décélération du rythme de progression des dépôts à vue auprès des banques de 3,8% à 3,4%. 
« S’agissant des titres d’OPCVM monétaires, leur baisse s’est accentuée de 2% à 3%, tandis que les placements à vue ont vu leur rythme de croissance se stabiliser à 3,6% », a fait savoir l’institution publique dans une note sur ses indicateurs clés des statistiques monétaires de juillet 2019.
A en croire Bank Al-Maghrib, « l’accélération du rythme de progression de l’agrégat M3 s’explique principalement par l’accroissement de 14,1% après 10,3% des créances nettes sur l’Administration centrale et de 3,7% après 3,6% du crédit au secteur non financier ». 
A noter que les réserves internationales nettes se sont, quant à elle, accrues de 2,6% après 3,2% un mois auparavant, a fait remarquer la Banque centrale dans sa note.
«L’analyse de la progression du crédit bancaire au secteur non financier par objet économique fait ressortir une hausse de 7,4% après 6,7% des facilités de trésorerie et de 4,7% au lieu de 4,2% des crédits à la consommation », a poursuivi BAM notant, à l’inverse, un ralentissement de la progression des prêts immobiliers et celle des concours à l’équipement respectivement de 3,3% à 3% et de 2,3% à 2,2%.
Par secteur institutionnel, il ressort que le crédit au secteur privé a connu un accroissement de « 4% après 3,8%, avec une hausse de 3,1% au lieu de 2,3% des prêts aux sociétés non financières privées et un ralentissement de la croissance de ceux aux ménages de 5,6% à 5% ». 
Quant aux concours aux sociétés non financières publiques, ils ont poursuivi leur baisse, se creusant à 5,1% après 1,5%.
Pour rappel, l’agrégat monétaire M3 a connu une progression de 4,3% au mois précédent après 3,9% en mai, reflétant une accélération de la croissance des dépôts à vue auprès des banques de 3,3% à 3,8% et une atténuation de la baisse des titres d’OPCVM monétaires de 8% à 3%. 
Dans sa précédente note, Bank Al-Maghrib avait noté, en revanche, une décélération du rythme de progression des placements à vue et de la circulation fiduciaire respectivement de 3,8% à 3,6% et de 8,8% à 7,7%. 
S’agissant des comptes à terme, la note faisait état d’un repli de 0,2% après une hausse de 0,8%.
Par contrepartie, les données d’alors faisaient apparaitre une progression du crédit bancaire de 4,4% à 5,1% et des créances nettes sur l’Administration centrale de 7,3% à 10,3% , tandis que les réserves internationales nettes se renforçaient passant de 2,7% à 3,2%.
En ce qui concerne la progression du crédit bancaire par objet économique, la note avait fait ressortir « un accroissement de 2,3% après 2,1% des prêts à l’équipement », soulignant, à l’inverse, un ralentissement de l’accroissement des facilités de trésorerie de 8,6% à 6,7% et de celui des prêts immobiliers de 4,2% à 3,3%. Alors que les crédits à la consommation augmentaient de 4,2% au lieu de 4,8% un mois auparavant. 
A noter qu’en glissement mensuel, les indicateurs clés des statistiques monétaires de juillet 2019 font ressortir une hausse de l’agrégat M3 de 0,4% pour s’établir à 1339,9 MMDH.
«Cette évolution reflète l’augmentation de 2,5% de la monnaie fiduciaire, de 1,1% des comptes à terme auprès des banques et de 5% des titres d’OPCVM monétaires, les dépôts à vue auprès des banques ayant en revanche accusé un repli de 1,2% », a expliqué Bank Al-Maghrib.
Par contrepartie, il apparaît que les réserves internationales nettes ont marqué une baisse de 1,3% et les créances nettes sur l’Administration centrale de 0,3%, tandis que le crédit bancaire au secteur non financier a enregistré une progression de 0,2%. 
Pour la Banque centrale, « cette dernière évolution traduit principalement les hausses de 0,3% des prêts à l’équipement et de 1,2% de ceux à la consommation, les crédits à l’immobilier étant, quant à eux, restés à leur niveau du mois précédent ». 
 

​La Bourse de Casablanca adopte son nouveau règlement


La Bourse des valeurs de Casablanca (BVC) a annoncé, vendredi, l'adoption de son nouveau règlement général qui entrera en vigueur le dernier trimestre de l'année en cours en vue de répondre aux évolutions du marché.
Cette nouvelle version du règlement général, élaborée en étroite collaboration avec la direction du Trésor et des finances extérieurs et l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC), représente une avancée majeure dans la modernisation du marché boursier marocain et apporte de nouvelles dispositions qui confèrent à la Bourse de Casablanca plus de flexibilité dans la mise en place des outils nécessaires au développement du marché, précise la place casablancaise dans un communiqué.
Cette flexibilité permettra de s'adapter plus aisément aux attentes des émetteurs et des investisseurs nationaux et internationaux, poursuit la même source, faisant savoir que grâce à ces dispositions, la BVC aura, notamment, la possibilité d'ajuster les règles relatives à l'admission à la cote des instruments financiers, à leur séjour et à leur radiation.
D'ailleurs, rapporte la MAP, le nouveau règlement général fixe les modalités d'admission et de séjour relatives à la nouvelle organisation avec un marché principal et un marché alternatif, dédié aux titres émis par les petites et moyennes entreprises (PME), indique le communiqué, ajoutant que chaque marché disposera de compartiments réservés aux différents types d'instruments ainsi qu'un compartiment dédié aux investisseurs qualifiés. 
Le nouveau règlement offre également la possibilité de coter les titres émis par les Organismes de placement collectif, tels que les organismes de placement collectif en immobilier (OPCI) et les fonds négociés en Bourse (ETF, Exchange Traded Fund).
Plus globalement, ce règlement général, dont l'élaboration s'inscrit dans le cadre de l’adoption de la loi n°19-14 relative à la Bourse des valeurs, aux sociétés de Bourse et aux conseillers en investissement financier, promulguée par le Dahir n°1-16-151, vient en support à certaines initiatives de la feuille de route "Ambition 2021" de la BVC.

Alain Bouithy
Lundi 2 Septembre 2019

Lu 1638 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.