Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La ZLECA, une avancée en matière de commerce et d'investissement transfrontalier




La ZLECA, une avancée en matière de commerce et d'investissement transfrontalier
La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) constituerait une avancée majeure en matière du commerce intra-africain et de l'investissement transfrontalier, a souligné, jeudi à Marrakech, le directeur par intérim du Bureau sous-régional de la commission économique pour l'Afrique (CEA) de l'Afrique de l'Est, Andrew Mold.
"Nous croyons que la ZLECA donnera une impulsion à l'intégration régionale en Afrique, non seulement en matière de commerce, mais également au niveau de l'investissement transfrontalier", a dit M. Mold dans une déclaration à la MAP, en marge des travaux de la 38ème réunion du Comité d'experts de la 52ème Conférence des ministres africains des Finances, de la Planification et du Développement économique (COM2019) de la CEA qui se tient du 20 au 26 mars courant, sous le thème "La politique budgétaire, le commerce et le secteur privé à l'ère du numérique : une stratégie pour l'Afrique".
Avec l'accord de la création de cette zone, a-t-il poursuivi, "nous nous attendons à une intensification très importante du commerce intra-africain sur l'ensemble du continent", relevant que ce commerce dans l'Afrique de l'Est demeure "trop faible", autour de 18% du commerce total.
"Nous souhaitons voir un niveau de commerce intra-africain qui atteint les 40%, par exemple. Un tel niveau donnera place à plus d'investissements étrangers directs entre les pays africains et permettra d'avoir des chaînes de valeur continentales à même d'améliorer la compétitivité de l'Afrique", a soutenu M. Mold.
Il a, par ailleurs, mis l'accent sur le rôle important de la région de l'Afrique du Nord en matière d'investissement sur le continent, estimant que "le Maroc commence à devenir un acteur majeur de l'intégration économique à travers l'Afrique".
Le Royaume, a-t-il indiqué, est un leader en termes d'investissement en Afrique, en particulier dans l'Afrique de l'Ouest, faisant part de son souhait que l'expérience marocaine soit généralisée à d'autres pays.
"Nous espérons voir, par exemple, les entreprises égyptiennes investir davantage en Afrique de l'Est ou encore celles sud-africaines investir en Afrique de l'Ouest", a dit M. Mold, relevant que de telles relations économiques permettront de renforcer l'économie continentale et d'améliorer sa compétitivité.

Samedi 23 Mars 2019

Lu 1031 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 27 Septembre 2020 - 18:00 L'événementiel en quête de perspectives meilleures