Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La France plonge dans une nouvelle journée de grèves

Levée de boucliers contre le projet de réforme des retraites




La France plonge dans une nouvelle journée de grèves
Après une mobilisation massive jeudi, la France attaquait vendredi une nouvelle journée de grève contre un projet de réforme des retraites emblématique du quinquennat d'Emmanuel Macron, qui a déjà fait descendre des centaines de milliers de personnes dans les rues.
Les perturbations dans les transports en particulier restaient importantes. À Paris, le mouvement à la RATP (transports publics) a été reconduit jusqu'à lundi et 9 lignes de métro sur 14 restaient fermées. Peu avant 08h00 (07h00 GMT), le site d'information routière Sytadin recensait plus de 350 kilomètres d'embouteillages en région parisienne.
Le gouvernement a tenté de reprendre la main en annonçant d'ultimes concertations lundi avec les syndicats. La ministre des Solidarités Agnès Buzyn a affirmé que la "colère des Français" qui s'est exprimée la veille avait été "entendue".
La retraite est un sujet éminemment sensible en France. Il avait paralysé le pays plus de trois semaines en 1995 avant que l'exécutif ne recule sur ce dossier.
Cette fois la réforme vise à supprimer les 42 régimes différents existants et à créer un système de retraite universel par points. Elle survient cependant alors que le contexte social est déjà très tendu depuis des mois dans plusieurs secteurs et sous l'effet de la contestation inédite des "gilets jaunes" nés il y a un an.
Jeudi, au moins 800.000 personnes ont manifesté dans le pays, selon le ministère de l'Intérieur. Des pans entiers d'activité ont tourné au ralenti.
Le syndicat CGT a revendiqué plus d'1,5 million de manifestants et y a vu "une première étape réussie". Une mobilisation "d'une ampleur rare, inédite depuis 2010 et 1995", lors de précédentes réformes des retraites, a abondé Force ouvrière, troisième syndicat derrière la CFDT et la CGT.
Mais cette mobilisation apporte dans les rues son lot de crispations, notamment chez les usagers des transports en commun de la région parisienne où, "grosso modo, un train sur cinq" circule selon la SNCF, l'opérateur ferroviaire.
"C'est un cauchemar, les gens sont encore plus fous que d'habitude. En arrivant Gare du Nord (à Paris), ils ne nous laissaient pas descendre", a commenté Lola, qui a emprunté un RER.
À la Gare du Nord, le hall donnant accès aux trains desservant la banlieue et les grandes lignes était très calme, tandis qu'au sous-sol, les quais du métro étaient noirs de monde, a constaté une journaliste de l'AFP.
La gare de Strasbourg, dans l'est de la France, fantomatique dans le brouillard, était elle aussi quasi déserte.
En France, la direction de la SNCF anticipe 90% de TGV et 70% de trains express régionaux annulés. Le taux de grévistes au sein de la compagnie ferroviaire avait atteint 55,6% jeudi.
Air France a annoncé l'annulation vendredi de 30% de ses vols intérieurs et 10% de ses moyen-courriers, EasyJet, Transavia et Ryanair laissant également des avions au sol. Les compagnies aériennes ont été priées de réduire de 20% leur programme.
Dans les établissements scolaires, le ministre de l'Education estimait le taux de grévistes à 10% contre 51,15% dans le primaire et 42,32% dans le secondaire la veille.
Faut-il s'attendre à de nouvelles manifestations dès samedi, pour gonfler les actions déjà prévues contre le chômage et la précarité ? L'intersyndicale et les organisations de jeunesse se réunissent vendredi au siège de FO pour en décider.
Jeudi, certaines manifestations ont été marquées par des heurts, à Paris, Lyon, Montpellier ou Toulouse notamment, mais le chef du gouvernement, Edouard Philippe, a rendu "hommage" aux syndicats, notant que dans "un très grand nombre de villes", les manifestations "se sont bien passées".
Le président Emmanuel Macron est "calme et déterminé à mener cette réforme, dans l'écoute et la consultation", a fait savoir l'Elysée jeudi, en précisant que son Premier ministre "s'exprimerait vers le milieu de la semaine prochaine sur l'architecture générale de la réforme".

Libé
Samedi 7 Décembre 2019

Lu 2056 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif












Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com