Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Covid impose le distanciel aux élèves de plus de 200 établissements


Des centaines de cas positifs parmi les cadres pédagogiques ou administratifs



Quid des apprenants ?

La Covid impose le distanciel aux élèves de plus de 200 établissements
Lors d’une intervention à la Chambre des représentants, le ministre de l’Education nationale a indiqué que 1.400 cas de contamination au nouveau coronavirus ont été recensés depuis l’entame de l’année scolaire, le 7 septembre dernier au sein de la famille de l’éducation nationale. En conséquence, 210 établissements ont dû fermer leurs portes, renvoyant chez eux, pour des cours à distance, près de 100.000 élèves. Le distanciel a également rythmé le quotidien d’un million d’élèves dans 20 communes et 2.400 écoles. Pour avoir un ordre de grandeur, ces 1.400 cas représentent 0,02 % des neuf millions d'élèves, dont 700.000 nouveaux, inscrits pour la rentrée scolaire 2020-2021. Sur ces neuf millions, un million sont pensionnaires d’écoles privées. Par contre, le MEN ne dit pas combien de cas ont été recensés chez ces derniers. En revanche, Said Amzazi révèle qu’en plus des 1.400 cas recensés auprès des élèves, 1.500 cas ont été détectés parmi les enseignants, 245 cas parmi les cadres pédagogiques et 158 parmi les cadres administratifs. Enfin, le ministre de tutelle a confié que des entorses au protocole sanitaire ont été constatées par les commissions d’inspection dans 300 écoles privées et 4.500 établissements publics Ces chiffres ont été dévoilés dans un contexte sanitaire inquiétant. Un constat corroboré à la fois par le prolongement de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 novembre, adopté par le Conseil du gouvernement, réuni jeudi dernier à Rabat, ainsi que par les différents bilans sur la situation épidémiologique. Si l’on met de côté la baisse constatée lundi (18h), avec 1.357 nouveaux cas recensés, pour des raisons administratives, dimanche étant un jour « off », force est de constater que la courbe des cas actifs n’en finit plus de grimper. On en dénombre 21.627 dont 464 dans un état sévère ou critique. En conséquence, le taux d'occupation des lits de réanimation est de 23%. Le taux de létalité est lui aussi à surveiller de près. Il atteint 1,7%, en comptant les 31 décès enregistrés lundi (18h), pour un total de 2.636 disparitions dues au SarsCov2 depuis le début de l’épidémie dans le pays en mars dernier. En parallèle, 2.091 nouvelles guérisons ont été enregistrées, lundi, portant le cumul à 129.498 rémissions, pour un taux de 84,2%. Pour l’heure, le Maroc s’avance en eau trouble. Avec plus de 2000 cas Covid+ recensés quotidiennement depuis quelques semaines, un avenir où le Covid-19 ne s’inviterait plus dans notre quotidien n’est pas pour demain. D’autant que, d’après le chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani « il n'y a pas de vaccin direct ». Autrement dit, l’échéance de janvier 2021 risque d’être intenable et le virus survivrait à une hypothétique campagne de vaccination. Un flou dont on se serait bien passé, même s’il est en quelque sorte, le reflet d’une gestion très approximative de la pandémie par le gouvernement. En effet, si le point de presse quotidien du ministère de la Santé a été sucré du paysage audiovisuel, d’autres éléments ont également disparu. A commencer par les résultats des campagnes de dépistage au sein des unités industrielles qui avaient créé des remous au cœur de l’été. Aujourd’hui, on n’en entend plus parler. Est-ce parce qu’il n’y a plus de campagnes de dépistage consacrées à ces unités ? Ou bien parce que le gouvernement ne juge pas utile de communiquer ce genre d’informations à ses citoyennes et citoyens ? En tout cas, le flou persiste et il est loin d’être artistique. C’est même un non-sens. Mais ce ne sera ni la première ni la dernière fois que l’Exécutif brille par ses faiblesses en termes de gestion et de communication. 

C.E
Mardi 13 Octobre 2020

Lu 305 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 23 Octobre 2020 - 19:51 Nouvelles restrictions au niveau du Grand Casablanca

Jeudi 22 Octobre 2020 - 20:20 Les nouveaux avocats d'Agadir prêtent serment