Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Coalition civile pour la montagne actualise ses stratégies




La Coalition civile pour la montagne (CCM) veut faire du plaidoyer en faveur des populations et des zones montagneuses  son fer de lance pour davantage de droits et de réalisations. C’est l’occasion, donc, d’établir une nouvelle stratégie afin de faire face aux différents défis et challenges auxquels sont confrontés 22% de la population du Royaume et le tiers du territoire national.
En partenariat avec le Fonds d’aide Countrepart, la CCM entend se pencher, ce week-end à Fès, sur le plan stratégique des trois années à venir. «C’est une manière qui nous permet de nous doter d’une feuille de route, vu que les enjeux concernant les questions de la montagne sont délicats et difficiles», explique Mohamed Dich, secrétaire national de la CCM, qui renchérit que les problèmes prévalant dans ces zones souvent «marginalisées» sont de différents types : socioéconomiques, environnementaux, démographiques, culturels…
Selon les statistiques du Haut-Commissariat au plan, la situation des zones montagneuses est devenue alarmante. En effet, ces dernières se vident de plus en plus de leurs habitants, et du coup, l’on vit au rythme d’un déficit socio-économique et humain flagrant. Les jeunes quittent ces régions et préfèrent l’exode vers les villes ou l’immigration en quête de lendemains meilleurs.
Forte de 123 associations membres et réseaux d’associations, la Coalition civile pour la montagne pointe spécialement du doigt les politiques publiques suivies depuis des décennies déjà et plaide par conséquent pour une loi sur la montagne, à même de réhabiliter ces zones dans leurs droits fondamentaux. « Nous appelons les décideurs à traiter la question de la montagne en prenant en considération le  droit au développement, à travers des approches appropriées, dont l’implication des populations et organisations civiles actives dans ces zones, afin de trouver ensemble les solutions adéquates aux problèmes posés», explique encore M. Dich.
Ce n’est plus acceptable, affirment les activistes de cette coalition, d’attendre  chaque fois l’arrivée de l’hiver pour se lamenter sur l’état des infrastructures et évoquer la situation des populations isolées et laissées-pour-compte.

Mustapha Elouizi
Samedi 20 Octobre 2018

Lu 866 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés