Libération


Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'opposant russe Navalny annonce une grève de la faim en prison





L'opposant russe Navalny annonce une grève de la faim en prison
L' opposant russe Alexeï Navalny, incarcéré dans une colonie pénitentiaire, a annoncé mercredi une grève de la faim pour protester contre l'absence d'accès à dessoins et la "torture" qu'il subit par privation de sommeil. M. Navalny, infatigable militant anti-corruption et principal détracteur du Kremlin, a dénoncé à plusieurs reprises ces dernières semaines ses conditions de détention dans le camp de Pokrov, à 100 km à l'Est de Moscou,réputé comme l'un des plus durs de Russie. "Je déclare une grève de la faim pour demander l'application de la loi et pour qu'on laisse un médecin venir me voir", a écrit sur son compte Instagram l'opposant de 44 ans, qui dit souffrir de douleurs au dos et aux jambes.

Selon lui, l'administration pénitentiaire refuse de lui donner accès à un médecin, de lui fournir des médicaments et le "torture" par privation de sommeil en le réveillant "huit fois par nuit". "Le mal de dos s'est déplacé versla jambe. Des zones de ma jambe droite et maintenant de ma jambe gauche ont perdu leur sensibilité. Blagues à part, c'est ennuyeux", a indiqué M. Navalny, qui dit passer son temps allongé sur son lit. Selon lui, l'administration refuse également de lui donner des livres à part la Bible et aurait fait en sorte que les autres détenus "ne nettoient pas autour" de son lit. "Ils disent simplement: « (Alexeï), je suis désolé, mais nous avons simplement peur (...) La vie d'un prisonnier vaut moins qu'un paquet de cigarettes »", a-t-il écrit. Les services pénitentiaires russes ont immédiatement réagi dans un communiqué en assurant qu'Alexeï Navalny recevait "toute l'assistance médicale nécessaire" et que les gardiens respectaient "strictement le droit de tous les condamnés à un sommeil ininterrompu de huit heures".

Interrogé sur sa grève de la faim, le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price a qualifié Alexeï Navalny de "prisonnier politique" et a réclamé une nouvelle fois sa libération. "Nous continuerons à tenir pour responsables ceux qui, en Russie, sont à l'origine de tentative de meurtre contre lui et de la répression contre ses soutiens pacifiques qui sont descendus dans la rue", a-t-il ajouté.

Libé
Jeudi 1 Avril 2021

Lu 312 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.