Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’obésité, un facteur social de plus en plus marqué

20% des Marocains sont obèses dont majoritairement des femmes




L’obésité est une réalité qui prend de plus en plus de poids dans notre société. C’est le constat établi par la dernière enquête épidémiologique de prévalence des facteurs de risque des maladies non transmissibles du ministère de la Santé. Réalisée avec l’appui de l’Organisation mondiale de la santé, l’enquête établit que l’obésité est un mal dont souffre 20 % de la population marocaine. Tandis que 53% serait en surpoids. Des données à ne surtout pas prendre à la légère, d’autant plus que, selon l’OMS, le surpoids et l'obésité sont le cinquième facteur de risque de décès au niveau mondial.

Les femmes plus concernées que les hommes  
Liée à la fois au patrimoine génétique, comme dans certaines familles où elle est plus fréquente, et à un environnement favorable, et caractérisée par une diminution de l'activité physique, de mauvaises habitudes alimentaires mais aussi à des facteurs psychologiques (anxiété, dépression, stress...), l’obésité a été détectée chez 11% des hommes et quasiment chez trois fois plus de femmes (29%). Certainement alimentée par un environnement où les produits transformés sont omniprésents, l’obésité progresse plus vite dans le milieu urbain (22,8%) que dans les zones rurales (14,9%). Ainsi, le taux d’obésité aurait gagné quasiment sept points sur la période 2000-2017, en passant de 13,2 à 20%. En toute logique, cette hausse a été plus prononcée chez la gente féminine, puisque leur taux d’obésité n’était que de 19,10 % au début du siècle. En parallèle, la hausse a été moins importante côté masculin (4%).
Pourquoi s’en inquiéter ? Parce que l’obésité et le surpoids ont de grandes  conséquences sur la santé des populations. Outre le fait qu’ils soient associés au diabète de type 2, aux cardiopathies ischémiques, à différents types de cancer et à l’apnée du sommeil, l’obésité chez les adultes a de graves conséquences en termes d’espérance de vie. Selon une étude menée en 2003, elle ferait perdre respectivement 7,1 et 5,8 années d’espérance de vie chez les femmes et les hommes non-fumeurs de 40 ans.

Un IMC en souffrance
En partant du principe qu’un indice de masse corporelle (IMC) inférieur à 18.5 désigne une insuffisance pondérale, entre 18.5 et 24.9 un statut normal et entre 25 et 29.9 un surpoids pondéral, tandis qu’un IMC supérieur à 30 est synonyme d’obésité, l’enquête établit qu’en moyenne, avec un IMC de 25.9 kg/m², les Marocains seraient en surpoids pondéral. Calculé en divisant le poids sur la taille, l’IMC qui caractérise les femmes est encore une fois supérieur (27.3 kg/m²) à celui des hommes, lesquels ont globalement un IMC normal (24.4 kg/m²). Plus en détail, le pourcentage des personnes ayant un IMC≥25 désignant donc un surpoids, est de 53%. Un parallèle est à faire avec les chiffres précités sur l’obésité, car encore une fois, ce pourcentage est plus important chez les femmes (63.4%), lesquelles ont au passage un poids moyen de 69.3 kg et une taille ne dépassant pas 159.2 cm contre 72.1 kg et 171.8 cm chez les hommes.
Il est également à noter que le pourcentage des personnes ayant un IMC ≥ 25, augmente avec l’âge. Ainsi, l’IMC n’est pas le même entre 18-29 ans et 60-69 ans, il augmente pour ensuite diminuer légèrement à l’âge de 70 ans et plus. Cette tendance a été remarquée sans aucune distinction aussi bien chez les hommes que les femmes.

Comment s’en prémunir ?
L’obésité n’est pas une fatalité. Il existe des moyens de s’en prémunir et de la traiter. Si vous faites partie des 20% de la population souffrant d’obésité ou des 53% en surpoids, l’alimentation saine représente le principal moyen de lutte contre le surpoids et l'obésité. Comment ? Tout simplement en adoptant une alimentation équilibrée, sans oublier une pratique sportive régulière afin de maigrir de façon progressive sans mettre en danger physique et psychique de la personne concernée.
Dans le cas où vous n’êtes pas concerné par l’obésité ou le surpoids, il s’agit de ne surtout pas vous laisser aller. Voici quelques bons réflexes à prendre. En plus de l’activité sportive, il s’agit aussi de limiter à la fois la consommation de graisses saturées, de sucre et de sel. A contrario, il est préconisé d’augmenter la part de fruits et légumes dans vos assiettes, tout comme le calcium pour les enfants. Et enfin, réaliser un suivi régulier de l’évolution de votre courbe de poids au même titre que celle de vos enfants.  

Chady Chaabi
Mardi 28 Mai 2019

Lu 1314 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com