Libération






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'incroyable cavale d' un criminel géant et d' une agente pénitentiaire en Alabama


Libé
Jeudi 5 Mai 2022

C'est une cavale sur fond de romance qui tient l'Amérique en haleine depuis une semaine, avec un incroyable casting: d'un côté une petite fonctionnaire pénitentiaire modèle, proche de la soixantaine et à la démarche chaloupée; de l'autre, un colosse multirécidiviste de 2,06 m, au crâne rasé, qualifié d'extrêmement dangereux.
 Vicky White, 56 ans, et Casey White, 38 ans, ont le même nom mais ne sont pas apparentés. La première a aidé le second à s'évader le 29 avril d'une prison de l'Alabama et, depuis, l'improbable duo fait tourner en bourriques les forces de l'ordre américaines.


Leur opération semble avoir été pensée dans les moindres détails. Et l'effet de surprise a été total. Qui aurait pensé à se méfier de Vicky White, qui n'a jamais fait de vagues au sein de l'administration pénitentiaire de Florence, petite ville de cet Etat du sud des Etats-Unis? "Elle n'a jamais rien fait. Je parie qu'elle n'a même jamais eu d'amende pour excès de vitesse", a confié sa mère, incrédule, à une chaîne locale, WAAY31.

"Employée modèle" selon le shérif, décrite par le procureur du comté comme "la personne la plus fiable de la prison", celle qui supervisait les transferts de prisonniers pour le shérif du comté de Lauderdale est désormais l'une des personnes les plus recherchées du pays.


Lorsqu'elle se présente vendredi matin à la prison de Florence pour emmener Casey White, sous le faux prétexte d'une évaluation psychologique au tribunal, un véhicule l'attend déjà garé sur le parking d'un centre commercial à proximité, qu'elle a acheté en prévision de la cavale.


Sur les images de télésurveillance de la prison, rien ne laisse pourtant penser que le géant tatoué et la responsable pénitentiaire sont de mèche. Elle lui tient la porte mais ne lui adresse pas un regard jusqu'au moment de le faire monter, pieds et mains enchaînés, à bord de sa voiture de police.

Puis, elle referme précautionneusement la portière et le véhicule s'éloigne peu après 09H30.
 Leur disparition ne sera découverte que plusieurs heures après, vers 15H30. 
Les enquêteurs lancés à leur poursuite semblent distancés. Les fugitifs ont été aperçus pour la dernière fois vendredi, jour de l'évasion, à une quarantaine de kilomètres de la prison à bord d'un SUV Ford couleur rouille.


La traque passionne les internautes de la région, qui sont remontés jusqu'au concessionnaire où Vicky White avait acheté cette voiture.


Le vendeur a été assailli de critiques, à tel point que les autorités ont dû faire une mise au point mercredi, assurant qu'il avait apporté une aide précieuse à l'enquête et que "personne, chez le concessionnaire, (n'était) soupconné d'avoir aidé" les deux White.


Les éléments défavorables à la fonctionnaire se sont accumulés depuis six jours. On a appris qu'elle avait récemment vendu sa maison au rabais, empochant 95.000 dollars.


Après 17 ans de bons et loyaux services auprès du shérif, elle avait en outre annoncé prendre sa retraite... et vendredi était justement son dernier jour. 
Sans confirmer son renvoi, le shérif a assuré mercredi qu'elle n'était "plus employée" par ses services.


L'histoire, peut-être d'amour, avait commencé en 2020.
 Casey White, qui effectuait une peine de 75 ans d'emprisonnement dans une prison d'Etat pour enlèvement, cambriolage et tentative de meurtre, entre autres, se déclare soudainement responsable du meurtre d'une femme cinq ans plus tôt.


Les aveux sont de courte durée -- il plaidera finalement non coupable dans ce dossier toujours en cours -- mais déclenchent son transfert à la prison du comté de Lauderdale, où il se voit notifier sa mise en accusation pour le meurtre et où il rencontre Vicky White pour la première fois.

Il est renvoyé vers sa prison d'origine après un projet d'évasion, mais la paire garde contact. "Il m'a dit qu'il écrivait à quelqu'un mais je n'avais aucune idée de qui il s'agissait", a dit sa mère, Connie White, au New York Post.



Lu 1745 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS