Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'état de santé des détenus, une préoccupation majeure de la DGAPR

Le taux de mortalité dans les établissements pénitentiaires en 2017 a été de 2 décès pour 1.000 détenus




L'état de santé des détenus, une préoccupation majeure de la DGAPR
 La Délégation Générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) a affirmé qu'elle reste déterminée à suivre l'état de santé de l'ensemble des détenus qui souffrent des problèmes de santé, contrairement aux allégations "calomnieuses" véhiculées par certains sites d'information prétendant une "négligence" vis-à-vis des pensionnaires des établissements pénitentiaires.
Dans un communiqué publié en réaction aux allégations de certains sites d'information sur le "nombre élevé de décès dans les établissements pénitentiaires pour cause de négligence médicale", la DGAPR justifie sa publication des communiqués sur le décès de détenus par la conviction de la nécessité d'établir une relation de communication transparente avec l'opinion publique et d'interagir positivement avec les médias sérieux intéressés par les questions du secteur de l'administration pénitentiaire et la réinsertion.
La même source fait savoir que le taux de mortalité dans les établissements pénitentiaires en 2017 est de 2 décès pour 1.000 détenus, ce qui est largement inférieur à la moyenne enregistrée en dehors des établissements pénitentiaires, qui a atteint 5,6 décès pour 1.000 habitants au cours de la même année.
La DGAPR a souligné que 77% des décès enregistrés dans les établissements pénitentiaires ont eu lieu dans les hôpitaux publics, et que 7% des cas surviennent au moment du transfert des malades vers l'hôpital, alors que les cas de décès dans les unités de soins relevant des établissements pénitentiaires est de 8,5%, sachant que 57% des décès enregistrés dans les établissements pénitentiaires ont une période d'incarcération inférieure à un an.
En conclusion, la Délégation générale souligne qu'elle veille à l'amélioration de la qualité des services médicaux fournis aux pensionnaires des établissements pénitentiaires et au renforcement du taux d'encadrement médicale, soit à travers le recrutement direct ou par le biais de la contractualisation avec des médecins spécialisés dans la limite des ressources disponibles, en coordination avec le secteur de la santé publique.
Pour ce qui est de l'amélioration de la situation des détenus, souffrant de troubles psychiques, faisant l'objet de verdicts de non-responsabilité criminelle et ayant été admis aux services des maladies mentales, il est à rappeler qu’en 2015 il avait été décidé d'intégrer des membres de la DGAPR au sein de la commission nationale de santé mentale, l'objectif étant de participer notamment à l'examen et au suivi des dossiers de ces détenus.

Jeudi 4 Janvier 2018

Lu 609 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés