Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’espace forestier, troisième poumon de la province de Sidi Slimane




Ce reportage est réalisé par les membres du club environnement du lycée Zineb Ennafzaouia à Sidi Slimane dans le cadre du concours national du «Programme jeunes reporters pour l’environnement» établi à l’aune du partenariat entre la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement et le ministère de l’Education nationale session 2019 intitulée : Agriculture durable.

S’il y a une activité qui caractérise la ville de Sidi Slimane, c’est bien l’agriculture. Cette ville du nord-ouest du pays est idéalement située sur les plaines du Gharb et abreuvée par l’Oued Baht et le fleuve Sebou, ce qui lui permet de développer sa production agricole, notamment en agrumes, produit phare de la région. Les évolutions socio-économiques ne finissent plus de façonner la région, en mutation depuis de nombreuses années. 
L'hétérogénéité des données du milieu physique a conditionné la répartition et l'existence dans l'espace d'un grand nombre d'espèces végétales ; l’espace forestier, notamment, occupe une superficie de 42248 hectares, soit à peu près 29% de la superficie totale de la province. 
La végétation et les produits agricoles ne sont pas les seuls atouts qui participent au rayonnement de la ville. Parmi les autres richesses locales, on peut mentionner les eaux thermales de "Moulay Yacoub" ainsi qu’un site archéologique, "Righa", qui a été le théâtre, en 2004 et 2005, d’activités et d’opérations archéologiques menées par la France et le Maroc.

Une opportunité pour  la province
L’espace forestier est dominé par les eucalyptus, mais on trouve également le chêne-liège, le pin, l’acacia et d’autres espèces d’arbres et d’arbustes.  Cette diversité végétale offre un agréable espace de tourisme écologique et permet de sensibiliser le public aux problèmes environnementaux de la région.
Si la population locale profite d’un miel de qualité, réputé dans tout le pays, c’est grâce à l’abondance de l’eucalyptus, première source de nectar et de pollen, nécessaires à la production du miel. D’où la présence d’un grand nombre d’apiculteurs dans cette zone qui produit la plus grande quantité de miel à l’échelle nationale. 
L’eucalyptus se décline en plusieurs espèces et l’une d’entre elles mérite plus particulièrement notre attention : c’est "l’eucalyptus camaldulensis". Connue pour son nectar qui attire les abeilles, permettant ainsi une meilleure pollinisation des arbres, cette variété ne fleurit qu’une fois par an dans la région. En revanche, elle ne fleurit qu’une fois tous les deux ans dans son pays d’origine, l’Australie. 

Arbres à utilisation variée : 
Connu pour être un excellent insecticide, l’eucalyptus, et plus particulièrement ses feuilles, sont frictionnées directement sur la peau pour éloigner les moustiques et autres insectes indésirables. On peut s’en servir de la même façon pour éloigner les puces de nos animaux domestiques ! 
Mais ce n’est pas le seul bien fait de ce miracle de la nature : plante médicinale par excellence, astringent hémostatique, fébrifuge désinfectant, antispasmodique, c'est un des meilleurs stomachiques contre la dyspepsie atonique ainsi que l'inflammation chronique de la muqueuse gastrique ou de la muqueuse intestinale. Le miel d’eucalyptus est reconnu comme un antiseptique pulmonaire, urinaire et intestinal.
L’écorce du chêne-liège s’exploite sur le bon isolant thermique et sert aussi pour la fabrication des bouchons.
Le bois du pin est recherché tant pour les usages industriels (pâte à papier) que pour des usages plus communs, comme matériau d’œuvre pour l’ameublement, les parquet et lambris, etc.
Les menaces pour les forêts : 
Le climat méditerranéen de la province de Sidi Slimane fait grimper le thermomètre jusqu’à 46°C en été. Ces températures élevées provoquent des incendies qui portent préjudice aux différentes espèces d’arbres tels le chêne-liège et le pin. D’après les statistiques des  cinq dernières années, la superficie moyenne ravagée par le feu s’élève à 99 hectares. Les habitants de la région se souviennent encore de l’incendie qui a frappé la forêt "Lalla Mimouna" en 2005, endommageant plus de 400 hectares. 
Néanmoins, la chaleur caniculaire n’est pas la seule cause d’incendie ; nous pouvons également citer la carbonisation du bois, la récolte du miel, les activités humaines (pique-niques, cigarettes,…) les câbles électriques qui traversent la forêt, entre autres.

Qu’elle stratégie doit-on adopter pour préserver l’espace forestier dans cette  zone ?
Pour avoir plus d’informations à ce sujet, l’équipe «jeunes reporters pour l’environnement » a rendu visite au centre de développement forestier, qui gère une superficie moyenne de 20000 hectares répartis en deux pôles : le pôle de "Maamora" à chêne-liège et le pôle "Gharb" à eucalyptus.
Les responsables du centre nous ont fait part d’un programme de prévention contre les incendies des forêts de la province de Sidi Slimane, qui concerne l’entretien des automobiles de secours,  et  des voies, les points d’eau, le contour du boisement et la surveillance des incendies à partir des tours. Ce programme est financé par la délégation provinciale des eaux et des forêts.





Reportage préparé par : Mehdi Hrida – Kawtar Atouchi – Sihame Stimou – Meryem Sbai – Khalil Admi – Ihssan Najm Encadrés par : Khadija Azaitraoui, enseignante au lycée Zineb Ennafzaouia
Lundi 25 Février 2019

Lu 1333 fois


1.Posté par Azaitraoui le 27/02/2019 21:48 (depuis mobile)
Bravo pour cette action qui vise à sensibiliser les jeunes sur la question de l'environnement. Je vous souhaite une bonne réussite et beaucoup de courage, non pas pour le manque de moyens, mais pour affronter ceux qui perturbent de telles initiatives

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com