L'écho de la guerre en Ukraine va résonner à Cannes


Libé
Lundi 18 Avril 2022

L' Ukraine sera présente "dans tous les esprits" au 75e Festival de Cannes: deux générations de cinéastes de ce pays, en guerre depuis l'invasion russe, présenteront des films évoquant conflits et déplacement de populations.

Ils côtoieront un film d'un iconoclaste russe, celui de Kirill Serebrennikov, qui a quitté légalement son pays et dont le nouvel opus "La femme de Tchaïkovski" sera en compétition officielle. "Partout dans le monde, on continue à faire du cinéma, y compris dans des pays comme l'Ukraine puisqu'on présente des films ukrainiens dont on sait que le cinéma n'est pas la préoccupation majeure en ce moment", a souligné jeudi le délégué général du Festival de Cannes, Thierry Frémaux.

"Bien entendu, la question de la guerre en Ukraine est dans tous les esprits et elle le sera, j'espère, dans ceux aussi des festivaliers", a-t-il ajouté. Le Festival de Cannes avait annoncé début mars qu'il n'accueillerait pas de délégations russes ou "la présence de la moindre instance liée au gouvernement", tant que l'invasion de l'Ukraine par la Russie se poursuivrait. Une mesure qui ne s'applique pas aux artistes en rupture avec le régime.

Connu pour ses créations osées, son soutien aux personnes LGBT+ et sa critique indirecte du régime de Poutine, Serebrennikov, 52 ans, est pour la troisième fois en compétition à Cannes. Il est également metteur en scène et ouvrira en juillet le Festival d'Avignon. Il n'a jusqu'ici jamais pu se rendre au Festival de Cannes, ni pour "Leto" (2018), ni pour "La fièvre de Petrov" (2021), car il était alors frappé d'une interdiction de sortie de Russie, en raison d'une affaire de détournement de fonds pour laquelle il avait été condamné en 2020.

Le 1er avril, il confirmait à l'AFP qu'il avait quitté la Russie légalement et se trouvait à Berlin, après une remise de peine dans cette affaire, jugée politisée par ses partisans. Artiste aux multiples facettes, il répète également en ce moment à l'Opéra d'Amsterdam, une production de l'opéra "Der Freischütz" (le franc-tireur) du compositeur Carl Maria von Weber.

En pleine guerre en Ukraine, le festival a sélectionné hors compétition un cinéaste ukrainien connu, Sergei Loznitsa, et son compatriote Maksim Nakonechnyi, qui réaliste son premier film. "Sélectionner un film à Cannes reste quand même une sélection artistique, il y a deux films ukrainiens qui sont là, dont un qui évoque la guerre du Donbass il y a deux ans-trois ans mais dont on peut croire qu'il a été filmé il y a 15 jours", a commenté M. Frémaux.

Le nouveau film de Sergei Loznitsa s'intitule "The Natural History of Destruction" et sera présenté en séance spéciale. Il est basé sur un texte de l'essayiste allemand W.G. Sebald (1944- 2001), dans lequel est décrit le phénomène de la destruction massive de la population civile et des villes allemandes par les raids aériens massifs des Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale.

Régulièrement invité à Cannes, avec des films comme "Maïdan", sur la révolution ukrainienne, ou "Donbass", Loznitsa, 57 ans, était l'an dernier sur la Croisette pour présenter "Babi Yar", sur le massacre de plus de 30.000 Juifs en 1941, à l'ouest de Kiev.

En mars, en réaction à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le cinéaste, dont les films sur l'Ukraine prennent une allure prophétique, avait comparé la Russie actuelle au régime soviétique. "La Russie contemporaine est une héritière officielle de l'URSS.

On pourrait dire qu'elle applique exactement les mêmes méthodes envers les Républiques qui l'environnent", avait-il affirmé à l'AFP. Dans la catégorie Un Certain regard, le jeune Maksim Nakonechnyi présente "Bachennya Metelyka" ("Butterfly Vision"). Selon M. Frémaux, le film tourne autour d'une jeune enseignante "qui s'est engagée dans la guerre et a été enlevée" et qui "revient dans le pays au profit d'un échange de prisonniers".


Lu 1628 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 19 Mai 2022 - 19:05 Sensibiliser au pouvoir des musées

Jeudi 19 Mai 2022 - 19:00 Omar Sy dans l'enfer des tranchées