Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’activité du crédit bancaire est restée atone

Rapport sur la supervision bancaire durant l’exercice 2018




Dans sa 15ème édition, le rapport annuel sur la supervision bancaire relatif à l’exercice 2018 retrace les principales réalisations et les actions menées en matière de réglementation bancaire, de surveillance micro-prudentielle et de protection de la clientèle des établissements de crédit. Il porte également sur l’évolution de l’activité et de la rentabilité des établissements de crédit et organismes assimilés ainsi que des risques encourus.
Dans un contexte marqué par une décélération de la croissance économique nationale, l’activité du crédit bancaire est restée atone, en particulier pour les entreprises, avec une progression limitée à 0,7%, tandis que la sinistralité sur prêts s’est légèrement infléchie à 7,3%.
Le secteur bancaire a pu globalement préserver sa rentabilité grâce à son modèle d’activités diversifié aux plans sectoriel et géographique. L’accroissement modéré du Produit net bancaire a permis au résultat net des banques, sur base sociale, d’augmenter de 2,9%, et ce en dépit du renchérissement du coût du risque. Sur base consolidée, les neuf groupes bancaires ont réalisé un résultat net-Part du groupe en hausse de 4,4%, dégageant une rentabilité des actifs de 0,9% et des fonds propres de 10,8%.
Au plan de la capitalisation, les fondamentaux des banques sont demeurés robustes, dégageant, sur base sociale, un ratio de solvabilité de 14,7% et un ratio de fonds propres de catégorie 1 de 10,9%, au-dessus des minimas réglementaires de 12% et 9% respectivement.
Dans ces conditions, Bank Al-Maghrib est restée attentive à la qualité des portefeuilles crédits des banques et à leur provisionnement. Elle a également consolidé sa surveillance transfrontalière, en collaboration avec les autorités de supervision des pays d’accueil et a renforcé le cadre de supervision des risques de marché et de taux d’intérêt global, en accompagnement de la réforme du régime de change.
L’année 2018 a connu le démarrage progressif des 5 banques et 3 fenêtres participatives. Les financements immobiliers et automobiles, par voie de mourabaha, se sont établis à fin 2018, à près de 4,5 milliards de dirhams et les dépôts à vue collectés demeurent modestes, soit 1,7 milliard de dirhams. 
Bank Al-Maghrib a continué à accompagner les acteurs auprès du Conseil supérieur des oulémas pour la labellisation des contrats relatifs aux produits. Parallèlement, le cadre réglementaire de cette nouvelle industrie a été complété par les exigences prudentielles portant sur les fonds propres et le ratio de solvabilité.
Cette année a été également marquée par l’entrée en vigueur de la norme comptable internationale IFRS 9 portant sur les instruments financiers. Bank Al-Maghrib a assorti l’adoption de cette norme de dispositions transitoires.
Dans le domaine de la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT), Bank Al-Maghrib a œuvré au renforcement du cadre de régulation et de contrôle, tout en accompagnant les acteurs dans leur mise en conformité aux nouvelles exigences en matière de devoir de vigilance et l’adoption d’une approche basée sur les risques.
Dans le cadre du mouvement appelant à la transition vers une économie verte et au développement d’une finance durable, Bank Al-Maghrib a adhéré au réseau international des banques centrales et superviseurs pour le verdissement du système financier (NGFS) et a apporté une contribution à ses travaux. Bank Al-Maghrib a également poursuivi son dialogue avec les banques sur la mise en œuvre des engagements pris dans le cadre de la feuille de route visant l’alignement du secteur financier sur les enjeux de développement durable.
Pour promouvoir des relations équilibrées entre les établissements de crédit et leur clientèle, Bank Al-Maghrib a intensifié ses contrôles concernant le respect des dispositions légales et réglementaires régissant notamment la protection des consommateurs des services financiers et le traitement de leurs réclamations.

​Mohamed El Kettani, PDG d’Attijariwafa Bank, fait commandeur de l'Ordre national de Côte d’Ivoire

Le président directeur général du groupe Attijariwafa Bank, Mohamed El Kettani, a été fait, lundi à Abidjan, commandeur de l'Ordre national de Côte d’Ivoire.
M. El Kettani a reçu la médaille de cette décoration des mains de la grande chancelière de l’Ordre national de Côte d’Ivoire, Henriette Diabaté, au nom du président ivoirien Alassane Ouattara.
Cette distinction est une "reconnaissance de l’engagement" du groupe Attijariwafa Bank et de M. El Kettani pour la consolidation des relations maroco-ivoiriennes à titre particulier et au service du renforcement de la coopération Sud-Sud de manière générale.
A cette occasion, Mme Henriette Diabaté a "félicité" M. El Kettani pour "la qualité et le volume" des activités d'Attijariwafa Bank en Côte d’Ivoire à un moment où le Maroc, a-t-elle souligné, est considéré comme le premier partenaire économique africain de la Côte d’Ivoire.
Elle a, ensuite, dit retrouver en la personne de M. El Kettani "une figure et un symbole" de la continuité des relations d’amitié liant les deux pays et peuples, rapporte la MAP.
De son côté, M. El Kettani a relevé que cette distinction constitue pour lui ainsi que pour l’ensemble des collaborateurs du groupe, un encouragement pour poursuivre, sous l’égide de SM le Roi Mohammed VI, les efforts déployés en faveur d’une coopération Sud-Sud performante et inclusive et d’un développement économique équilibré des deux pays.
Le groupe Attijariwafa Bank a "à cœur" de contribuer au développement durable de la Côte d’Ivoire à travers le financement de projets structurants ayant un impact économique et social sur la population ivoirienne, a ajouté le PDG du groupe marocain.
Pour cela, a-t-il étayé, Attijariwafa Bank a conclu d’importants accords de partenariat avec plusieurs départements ministériels ivoiriens afin de mener à bien d’importants projets dans les secteurs de l’agriculture, de la pêche et de l’habitat, entre autres.
Cette coopération "étroite et volontariste" commence à donner des résultats palpables et le groupe Attijariwafa Bank, à travers sa filiale "Société ivoirienne de banques", est résolu à persévérer sur cette voie en mettant son expertise et son savoir-faire au service du développement socioéconomique de la Côte d’Ivoire.
M. El Kettani a été élevé au grade de commandeur de l’Ordre national de Côte d’Ivoire lors d’une cérémonie à laquelle ont notamment assisté le ministre ivoirien chargé des Affaires présidentielles Birahima Ouattara et l’ambassadeur du Maroc à Abidjan, Abdelmalek Kettani, outre plusieurs personnalités des sphères politique, économique et culturelle.
Le groupe Attijariwafa Bank opère actuellement dans 25 pays, dont 14 en Afrique, et dispose du 1er réseau bancaire sur le continent avec 4.930 agences et 20.125 collaborateurs.

Libé
Vendredi 26 Juillet 2019

Lu 1266 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.