Libération






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'Etat de New York fait à son tour tomber le masque


Libé
Jeudi 10 Février 2022

L'Etat de New York fait à son tour tomber le masque
L'Etat de New York a décidé de faire tomber le masque en intérieur, dans la foulée d'autres Etats gouvernés par des démocrates, une réponse à la lassitude d'Américains, au moment où le nombre de contaminations au Covid-19 est en chute libre aux Etats-Unis.


A compter de jeudi le quatrième Etat le plus peuplé du pays (quelque 20 millions d'habitants, dont près de neuf millions dans la mégapole New York) n'imposera plus le port du masque dans les lieux clos - commerces, restaurants, salles de spectacle, entreprises - a déclaré mercredi la gouverneure démocrate Kathy Hochul.


Mais cette obligation reste en vigueur dans les établissements scolaires, maisons de retraite, centres sociaux et de détention et il revient à chaque municipalité - dont celle de New York - et à chaque commerce de l'exiger ou non de ses administrés et clients, a précisé Mme Hochul.


Par exemple, dans les music-halls de Broadway à Manhattan, "nous maintenons l'obligation du masque et du vaccin dans tous les théâtres jusqu'au 30 avril", a dit à l'AFP Charlotte St. Martin, qui préside la Broadway League. 
Le masque reste aussi obligatoire dans les transports publics - trains, métros, bus, aéroports - qui relèvent d'une législation fédérale.


Pour justifier sa décision, la gouverneure Hochul s'est targuée d'un "tableau magnifique" au plan sanitaire et d'indicateurs tous "en baisse" dans l'Etat. Certes, a-t-elle reconnu, "nous n'en avons pas terminé (avec le Covid-19) mais la tendance est très, très bien orientée et c'est la raison pour laquelle nous envisageons dorénavant une nouvelle phase de la pandémie".


Au printemps 2020, la ville de New York fut l'épicentre de l'épidémie aux Etats-Unis, avec ses morts entassés dans des camions frigorifiques, ses artères désertées comme dans un film de science-fiction. La mégapole totalise au moins 38.000 morts du Covid-19 depuis deux ans.
 Le port du masque y est encore bien respecté par des New-Yorkais beaucoup plus vaccinés que dans le reste du pays. A Manhattan ou à Brooklyn, les commerces affichent des croquis de visages masqués et il faut un pass vaccinal et une pièce d'identité pour consommer, assis un simple café.


L'Etat de New York suit ainsi la Californie, l'Oregon, le New Jersey, le Connecticut, le Delaware et l'Illinois, autant d'Etats démocrates qui annoncent depuis lundi la levée progressive entre cette semaine et mars du masque obligatoire en intérieur et/ou dans les écoles.


Dernier en date, le gouverneur démocrate de l'Illinois J.B. Pritzker a résumé mercredi l'état d'esprit de ses concitoyens: "Nous sommes tous fatigués de porter des masques, c'est évident", a-t-il lancé au Chicago Tribune.


Le dirigeant de cet Etat des Grands Lacs regarde peut-être avec inquiétude plus au nord les camionneurs canadiens opposés aux mesures sanitaires, qui bloquent la capitale Ottawa et un pont à la frontière entre les deux géants d'Amérique du Nord.


A l'inverse dans nombre d'Etats dirigés par des républicains, comme la Floride, le masque n'a jamais vraiment été imposé à l'échelon étatique. Sans empêcher des gouverneurs de laisser des comtés et des municipalités l'imposer ponctuellement à l'école ou dans les administrations.


De fait, le masque est un marqueur politique très fort aux Etats-Unis, où l'obligation de se couvrir le visage est considérée comme une entorse aux libertés individuelles par une grande partie de la droite et du parti républicain. Ce dernier est d'ailleurs bien placé pour damer le pion au parti démocrate du président Joe Biden aux élections législatives de novembre prochain qui renouvelleront une partie du Congrès à Washington.


Signe que le Covid-19 a polarisé les positions politiques, le parti républicain a accusé mercredi "Joe Biden et les démocrates d'avoir politisé +la science+ et de mentir à présent sur leurs opinions à géométrie variable sur les masques, obligations et confinements".
 De fait, une enquête de l'institut de recherche Pew auprès de plus de 10.200 Américains révèle que 60% d'entre eux ressentent de la "confusion" face aux changements dans les recommandations des autorités sanitaires pour lutter contre l'épidémie.


A l'échelon fédéral, il n'est pas encore question de lever les restrictions mais "viendra le temps où le Covid ne perturbera pas notre quotidien", a assuré mercredi le coordinateur de la lutte contre le Covid-19 à la Maison Blanche, Jeffrey Zients.


Les contaminations aux Etats-Unis sont en chute libre avec moins de 250.000 cas par jour en moyenne sur sept jours glissants, selon les autorités sanitaires. Loin du pic de 800.000 cas atteint mi-janvier. Le pays a toutefois franchi le 4 février la barre des 900.000 morts du Covid-19 en près de deux ans, selon l'université Johns Hopkins.


Lu 750 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS