Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite : ​Le geste de cœur d’un nonagénaire




Insolite : ​Le geste de cœur d’un nonagénaire
Un militant de 90 ans, arrêté pour avoir donné à manger à des sans-abris dans une ville américaine qui l'interdit, a promis de continuer à le faire même s'il risque la prison, les autorités ayant averti qu'elles feront respecter la loi.
"Je suis difficilement intimidable", a prévenu Arnold Abbott sur la chaîne NBC. Le nonagénaire dirige une organisation au sein de laquelle depuis deux décennies il donne à manger aux sans-abris de Fort Lauderdale, en Floride (sud-est des Etats-Unis).
Mais récemment, une ordonnance est entrée en vigueur dans cette station balnéaire qui interdit de distribuer de la nourriture aux pauvres en extérieur, dans le cadre d'une campagne lancée par les autorités locales qui disent vouloir garantir la santé publique et la sécurité.
"On ne peut simplement pas cacher les sans-abris sous le tapis (...) Il y a 10.000 sans-abris dans le comté de Broward, la majeure partie d'entre eux sont à Fort Lauderdale, et il n'existe pas de tapis suffisamment grand pour tous les cacher", a insisté Arnold Abbott à la télévision.
Cet ancien combattant, connu sous le surnom de "Chef Arnold", avait été brièvement arrêté mercredi après-midi, pour la deuxième fois en moins d'une semaine, pour avoir donné à manger à des mendiants dans un parc de Fort Lauderdale.
Dimanche, il avait déjà été arrêté en même temps que deux pasteurs chrétiens. Ils risquent jusqu'à deux mois de prison et 500 dollars d'amende.
"L'objectif de l'ordonnance n'est pas d'éviter que l'on donne à manger aux sans-abris mais bien d'équilibrer les besoins de toute la population de la ville", a affirmé la police de Fort Lauderdale dans un communiqué, précisant qu'il existe des endroits spécialement réservés pour le travail humanitaire.
Les autorités veulent sortir des rues les sans-abris pour les mettre dans des endroits "où ils peuvent améliorer leur situation", a expliqué pour sa part le maire de Fort Lauderdale, Jack Seiler, assurant que sa ville ne "manquait pas de compassion".
En attendant, Arnorld Abbott a menacé d'aller jusqu'en justice, comme en 1999 lorsqu'il avait gagné face à la ville de Fort Lauderdale qui avait une première fois tenté d'interdire la distribution de nourriture aux sans-abris.
Depuis janvier 2013, 21 villes américaines ont restreint les possibilités de donner à manger aux sans-abris, selon la Coalition nationale pour les sans-abris.



Les natifs d'Internet font naître de nouvelles industries culturelles

Ils sont nés avec Internet et bouleversent les modes de consommation culturelle: la "génération hashtag" fait éclore de nouvelles oeuvres 100% numériques qui obligent les industriels du secteur à se réinventer, souligne une étude internationale.
Après une première transition numérique, qui a vu le passage au digital des supports physiques (films, jeux, livres ou albums de musiques à télécharger), apparaissent des formats nouveaux, conçus directement pour le numérique, note cette enquête menée par le cabinet basé à Boston Bain & Company auprès de 7.000 personnes de plus de 15 ans, dans neuf pays.
Ces nouveaux formats, des oeuvres courtes, participatives, qui se popularisent via les réseaux sociaux, séduisent surtout les plus jeunes, qui n'ont presque pas connu les supports analogiques: musique en streaming, vidéos, jeux et livres en formats courts, purement numériques.
Parmi les pionniers, l'étude cite King Digital Entertainment, l'éditeur de Candy Crush, Maker Studios, le plus gros réseau mondial de chaînes YouTube, la plateforme de musique en ligne Spotify, la nouvelle plateforme vidéo Twitch ou encore Netflix, leader de la vidéo en streaming. Amazon expérimente des "Kindle Singles", des livres électroniques courts à mi-chemin entre articles et nouvelles. 
Les internautes veulent ainsi des vidéos de plus en plus courtes: aux Etats-Unis, leur durée moyenne de visionnage est descendue à moins de 4 minutes.
Les formats longs, premium (exclusifs) et téléchargés à l'unité, introduits par iTunes, Hulu ou Amazon, font eux partie de la première génération de la transition numérique. 
Les succès futurs des industries culturelles reposent sur la capacité des créateurs, des managers et des ingénieurs à comprendre cette génération pour la satisfaire et la surprendre, estime l'étude.
Un bémol, les modèles économiques de ces nouveaux acteurs du culturel sont fragiles. L'éditeur de jeux Zynga a ainsi vu ses revenus chuter quand est passée la mode de "Farmville". Idem pour Rovio, l'éditeur du jeu Angry Birds. Netflix n'a dégagé que 5% de marge nette en 2013, même si son cours a décuplé en Bourse.
Une fragilité due aussi à l'habitude de gratuité qui règne parmi leurs utilisateurs, même si les micro-paiements (achats à l'unité ou abonnements à prix réduit) et la publicité peuvent prendre le relais. 
"Le dilemme de la monétisation des médias digitaux est l'un des défis principaux que vont devoir relever les industries culturelles", avertit Bain.
En revanche King, créateur du jeu Candy Crush, a dégagé une marge nette de 30% en 2013 et Supercell, créateur du jeu Clash of Clans, de 52%.
Le taux d'équipement croissant accélère cette mutation : dans les pays occidentaux, 70% des consommateurs (et 84% des 15-18 ans) possèdent un smartphone, mais aussi 58% des consommateurs au Brésil et en Russie et 36% chez les consommateurs urbains en Chine.
En Occident, 87% des 15-25 ans regardent des vidéos en ligne, 98% écoutent de la musique dématérialisée et 46% disent avoir lu des livres électroniques. Déjà 20% des 15-18 ans dans les pays occidentaux n'utilisent jamais de média traditionnel pour regarder des vidéos, trois fois plus que leurs aînés. 
Le mode de connaissance des oeuvres a aussi changé : dans les pays occidentaux, plus des deux tiers des 15-25 ans choisissent leurs vidéos, musiques et livres grâce aux recommandations qu'ils trouvent sur les réseaux sociaux. Moins de la moitié des plus de 35 ans sont dans ce cas. 

Vendredi 14 Novembre 2014

Lu 66 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Septembre 2020 - 15:28 Le diabète de type 2 favorisé par l’insomnie