Libération






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

IXème Congrès de la J-USFP: La Jeunesse ittihadie, c’est l’ avenir assuré de l’USFP


Mourad Tabet
Jeudi 29 Septembre 2022

Driss Lachguar s ’adressant à la J-USFP à l’ ouverture de son IXème Congrès: Vous êtes les légataires du grand projet ittihadi
 

«Vous êtes les légataires du grand projet ittihadi. J’ai une totale confiance en vous. La Jeunesse ittihadie d'aujourd'hui est l'avenir de l'USFP». C’est en ces termes que le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, s ’est adressé à la jeunesse du Parti de la Rose lors de l’ouverture du IXème Congrès national de la Chabiba ittihadia tenu au Complexe international de la jeunesse et de l'enfance de Bouznika, en présence notamment du président du Conseil national de l’USFP, Habib El Malki, des membres du Bureau politique du parti, des représentants des partis socialistes étrangers, ainsi que des acteurs de la société civile marocaine. «Je ne vous cache pas que les congrès de la Jeunesse ittihadie ont toujours constitué, pour moi, des moments d'autocritique, de questionnement et de mise à l'épreuve de nos choix. C'est un véritable thermomètre pour connaître l’état de santé du parti», a assuré Driss Lachguar qui fut l’un des fondateurs de la Chabiba ittihadia dans les années 70, «dans des conditions difficiles sur le plan sécuritaire, politique et partisan». La Chabiba ittihadia a choisi de placer son IXème Congrès national sous le slogan «Dignité, Liberté et Egalité». Pour le dirigeant socialiste, ce choix n’est pas fortuit. «C'est un slogan qui peut sembler à première vue, comme une reproduction des slogans des révolutions qui ont secoué notre région en 2011», a précisé Driss Lachguar pour qui, cela s’inscrit au fond dans le droit fil du slogan de l'USFP lors de sa fondation : «Libération, Socialisme et Démocratie». «La liberté est l’équipollent de la libération, la dignité du socialisme et la démocratie de l'égalité», a tenu à préciser le dirigeant ittihadi. Et d’ajouter: «C'est un slogan qui résume les choix sociaux-démocrates modernistes, dans le sens d'une clarté idéologique incarnée par la défense des revendications légitimes des jeunes, des femmes, des classes moyennes et défavorisées». Pour Driss Lachguar, le Congrès de la Chabiba «doit être un exercice organisationnel, politique, intellectuel et axiologique en prélude au prochain Congrès de l’USFP, dont je suis absolument certain qu’il sera une étape essentielle de l’évolution vers la première force dans le champ partisan et politique, car il n'y a d'avenir pour les nations que par des alternatives sociales-démocrates, et il n'est donc pas surprenant que les orientations Royales dans les derniers discours s’inscrivent dans le sens du renforcement de l’Etat social». Par ailleurs, le dirigeant socialiste n’a pas manqué de saluer les efforts consentis parla Jeunesse ittihadie dans la défense de l’unité de l’USFP. «Elle a défendu avec perspicacité l'unité du parti, sans se départir de sa nature critique créative, et sans verser dans des pratiques aventureuses ou puériles», a-t-il mis en exergue avant d’ajouter: «Nous espérons que la Jeunesse ittihadie continuera à être un espace de dialogue créatif et d’autocritique constructive, à renforcer le parti et sauvegarder son héritage, à accueillir à bras ouvert la jeunesse du pays qui aspire à la liberté, à l'égalité et à la justice sociale, et à être une pépinière pour la production des élites nationales et du parti». La question du Sahara marocain a occupé une place importante dans le discours du Premier secrétaire prononcé lors de la séance d’ouverture des travaux du Congrès de la Chabiba tenue dans un grand chapiteau archi-comble. En effet, il a souligné le rôle prépondérant joué parla Jeunesse ittihadie dans la défense de la cause nationale de tous les Marocains dans les différentes instances et organisations internationales. «Notre principale priorité est de mobiliser toutes les ressources humaines, organisationnelles et médiatiques dont dispose notre parti, afin d'être à l'avant-garde de la diplomatie parallèle, d'investir toutes nos relations extérieures, et d'en construire d'autres, afin de contribuer aux efforts consentis pour déjouer les manœuvres des ennemis de notre intégrité territoriale», a mis en avant Driss Lachguar sous les applaudissements enthousiastes et chaleureux des congressistes ittihadis. Et d’appeler le gouvernement à faire preuve d’humilité en associant l’opposition, et notamment l’USFP qui dispose d’un réseau de relations à l’international, dans les efforts pour la défense de la cause nationale. «Notre positionnement dans l'opposition parlementaire peut être une carte positive, si elle est bien exploitée, pour montrer que la question du Sahara marocain est l'affaire d'un Etat, d'une nation, d'une société et d'un peuple avec ses différents courants, régions et générations», a soutenu Driss Lachguar. Et d’enchaîner : «La question de l'intégrité territoriale est un dossier de souveraineté, et quand on dit cela, ça ne veut aucunement dire qu’on doit se conforter dans une attitude attentiste, comme certains le comprennent, se contenter seulement des initiatives prises par le ministère des Affaires étrangères, inspirées parles orientations judicieuses de S.M le Roi, mais cela signifie que la question du Sahara ne fait pas l'objet de controverses et de conflits entre institutions, organisations ou autres expressions sociétales. Pour lui, le consensus national sur la marocanité du Sahara et sur la nécessité de récupérer chaque portion du territoire national, doit être matérialisé en pratique par des initiatives civiles, partisanes et de jeunesse, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, pour mettre fin une fois pour toutes à ce dossier. A cet égard, il a appelé la prochaine direction de la Jeunesse ittihadie à la création d’un Observatoire de l’intégrité territoriale, dont les missions seront de collecter des documents et de faire des études sur les questions juridiques, anthropologiques, historiques et politiques qui doivent être mis au service du plaidoyer pour la défense des causes sacrées du peuple marocain. En plus du défi de la défense du Sahara marocain, Driss Lachguar a également soutenu que notre pays est confronté aux défis créés parla crise sanitaire duCovid-19, où la sécurité énergétique, alimentaire et sanitaire s’est hissée au rang des priorités nationales, même dans les pays avancés. « Ce sont des défis qui exigent de chacun de rester à l'écart des conflits marginaux, des intérêts catégoriels et personnels, de l'égoïsme et du populisme, et la conviction que nous sommes dans un même bateau, que chacun est censé mener à bon port», a plaidé le dirigeant socialiste en s’adressant notamment au gouvernement Il amis en avant que faire face à ces défis passe inéluctablement par la voie du développement durable et par une vision prospective prenant en compte «les droits des générations futures à vivre dans la dignité, la paix, la sécurité et la prospérité. C’est pour cette raison que notre Parti mise sur sa jeunesse ». S’inspirant du référentiel social-démocrate, Driss Lachguar a tiré à boulets rouges sur les choix néolibéraux. Lesquels choix, d’après lui, «ont conduit l'humanité à des catastrophes climatiques, aux guerres, au pillage des pays pauvres, à la dépendance par les politiques d'endettement, au terrorisme et à la criminalité transnationale ». Et pour contrer la montée en puissance des politiques néolibérales, le Premier secrétaire de l’USFP croit dur comme fer en un renouveau des courants socialistes, progressistes et humanistes qui plaident pour un autre monde, où les disparités de classes et spatiales se rétrécissent, où les voix d'extrême droite et les tendances extrémistes diminuent, et où l’égalité homme-femme est pleinement garantie. Et encore une fois, Driss Lachguar place sa confiance en la Jeunesse ittihadie pour contribuer à ce processus de renouveau. «Notre Parti et notre Jeunesse doivent jouer un rôle pionnier dans l’affermissement des mouvements sociaux-démocrates à l'échelle nationale, régionale et internationale», a-t-il souligné. Par ailleurs, le dirigeant socialiste a affirmé que l’USFP milite et militera toujours pour défendre les intérêts des classes moyennes et populaires touchées de plein fouet par les politiques d'appauvrissement suivi par le gouvernement «alors qu’une minorité continue à accumuler des profits rentiers, sans la moindre contribution à la construction d'une économie nationale productrice de richesses et d'opportunités d'emploi». S’adressant au gouvernement, Driss Lachguar a rappelé que l’USFP avait affirmé, dès le début de la formation de l’actuel exécutif, qu’il exercera une opposition nationale positive, «car nous étions conscients de la situation difficile, et vous vous souvenez que certains nous accusaient d’exercer une opposition molle, bien que la voix de l'USFP ait été la plus forte dans les séances plénières du Parlement, les travaux des commissions, les positions de ses organes, les déclarations de ses dirigeants et l’action de ses militants». Il a également critiqué l’absence d’approche participative «même au sein du gouvernement, ce qui entraîne la prise de décisions contradictoires, ne s’appuyant sur aucune stratégie. Il était naturel dans ce cas que le gouvernement exclut l'opposition et ignore toutes ses initiatives, aussi bien politiques que législatives». Selon Driss Lachguar, le Maroc a grand besoin d'un gouvernement entreprenant qui fasse preuve d’écoute et qui réponde aux attentes, avec une vision claire à court et moyen termes. «Tout cela manque à ce gouvernement qui vit encore dans le temps électoral, à travers les déclarations de ses ministres. Il ressasse encore deux discours: le discours de procrastination et des promesses sans lendemain, et le discours de justification en alléguant les conditions de sécheresse et de la conjoncture actuelle ». Et pour conclure, le dirigeant socialiste a lancé cette mise en garde au gouvernement, tout en maintenant la main tendue de l’USFP: «Nous tirons la sonnette d'alarme et nous affirmons avec toute la clarté possible que nous sommes prêts en tant qu’opposition responsable à coopérer avec le gouvernement dans tout ce qui sert les processus de la mise en œuvre des programmes de la paix sociale d'une manière qui préserve la dignité des citoyens et aide les classes touchées parla situation actuelle à sortir du goulot d'étranglement, mais en même temps, nous n'hésiterons pas à mettre à nu toutes les politiques de procrastination qui servent seulement des intérêts personnels au détriment de la souffrance des plus larges masses du peuple, et nous faisons face avec fermeté aux politiques qui maintiennent la situation actuelle». Et d’ajouter: «Pour nous, la responsabilité c’est de saisir les situations difficiles, mais c’est également d’avoir l’audace de faire face aux politiques de l'absurde et du contournement». D’autre part, dans son allocution, Abdellah Sibari, secrétaire général sortant de la Jeunesse ittihadie, a affirmé que le traitement des problèmes, des attentes et des préoccupations de la jeunesse marocaine nécessite que les différents responsables dépassent l'approche classique «qui les réduit à une tranche d'âge encadrée, mais qu’ils doivent être considérés comme un bloc unifié et homogène». D’après lui, les jeunes «ont en réalité, et selon toute logique des groupes différents et ont des parcours, des niveaux d'éducation et des positions sociales distincts, ce qui conduit nécessairement à des attentes, des aspirations et des besoins différents, et il est inconcevable de les traiter avec des politiques uniques», appelant à «l’adoption de politiques publiques ciblant toutes les catégories, d'une manière qui respecte la spécificité de chaque groupe». 


Lu 690 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS