Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Houda Rihani : Recevoir un hommage à l'occasion du FIFFS est un honneur et une fierté




Houda Rihani : Recevoir un hommage à l'occasion du FIFFS est un honneur et une fierté
L'actrice marocaine Houda Rihani a exprimé, jeudi à Salé, sa fierté et sa grande émotion suite à l'hommage qui lui a été rendu lors du Festival international du film de femmes de Salé (FIFFS-12).
S'exprimant lors d'une conférence de presse tenue à l'occasion de la 12ème édition du FIFFS, l'héroïne d’”Orange amère” s'est dite "honorée et très contente de cet hommage auquel elle ne s'attendait pas, et fière d'assister à ce festival consacré aux films des femmes".
Revenant sur son parcours d'actrice, Houda Rihani a affirmé qu'il est nécessaire de créer une certaine complicité avec les acteurs et une bonne interaction avec l'équipe de tournage afin de perfectionner son jeu et réussir ainsi à attirer les téléspectateurs, confiant que l'autocritique a été pour elle très importante dans la mesure où elle lui a permis, d'une part, d'améliorer ses performances, et d'autre part de mieux choisir les rôles qui lui sont proposés.
Répondant à une question sur l’absence de reconnaissance artistique dont souffrent certains acteurs et actrices marocains, Houda Rihani a expliqué que pour sa part, elle ressent cette reconnaissance non seulement de la part de son public qui la soutient, mais également des réalisateurs et autres professionnels qui font appel à elle pour nombre de collaborations.
L'actrice marocaine a également souligné que malgré son immigration au Canada, elle essaie de revenir au moins une fois par an afin de travailler et de collaborer dans des productions marocaines.
S'agissant du renforcement du rôle de la femme dans le cinéma marocain, Houda Rihani a appelé à améliorer la parité hommes-femmes dans le domaine en impliquant plus de femmes dans les équipes de tournage et en créant des films où la femme occupe le rôle principal et incarne un caractère fort et puissant.
Née à Casablanca où elle a fait ses études, Houda Rihani s'est rapidement tournée vers une formation artistique académique. En 1998, elle a décroché son premier diplôme de l'Institut supérieur d’art dramatique et d’animation culturelle de Rabat, option "interprétation". Elle a joué dans plusieurs films, séries, téléfilms et sitcoms avant de décider de reprendre ses études et de décrocher un DESS en gestion des organismes culturels à HEC Montréal.
Actrice aux nombreuses facettes, elle a su, à travers les différents rôles qu'elle a incarmés, démontrer qu'elle était aussi à l’aise dans des rôles dramatiques, tels que son interprétation du rôle principal dans le téléfilm "Al Bourtoukala Al Morra"( L'orange amère), que dans des rôles comiques et composés comme celui qu’elle a brillamment joué dans "NharTzadTfa Dou" (Alter ego).
La comédienne a obtenu de nombreux prix et distinctions, notamment le prix "jeune espoir" lors du Festival national du théâtre professionnel de Meknès en 1999, le prix de la meilleure interprétation féminine au Festival international du film méditerranéen de Tétouan (18ème édition) en 2012, le prix de l’interprétation féminine au Festival national du film de Tanger et la mention spéciale du jury au Festival cinéma et migration d’Agadir en 2015.

Samedi 29 Septembre 2018

Lu 591 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif