Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Guaido défie Maduro avec l'aide humanitaire internationale




Guaido défie Maduro avec l'aide humanitaire internationale
L'opposant Juan Guaido, reconnu président du Venezuela par une quarantaine de pays, tente d'organiser l'arrivée d'une aide humanitaire internationale, défiant le chef de l'Etat Nicolas Maduro qui y voit le prélude d'une intervention militaire.
A Caracas, le Parlement, présidé par M. Guaido et qui est la seule institution vénézuélienne contrôlée par l'opposition, a approuvé mardi un plan stratégique pour la distribution de vivres et de médicaments depuis la Colombie et le Brésil.
Un député d'opposition, Miguel Pizarro, chef de la commission parlementaire sur l'aide humanitaire, a déclaré que l'attention allait se concentrer sur la façon de faire franchir la frontière à cette aide internationale.
La Croix-Rouge vénézuélienne s'est dite prête à distribuer de l'aide humanitaire, mais une fois qu'elle sera entrée au Venezuela.
"Il y a entre 250.000 et 300.000 Vénézuéliens qui risquent de mourir", a affirmé M. Guaido.
Le député Pizarro a prévenu que l'armée vénézuélienne franchirait une "ligne rouge" si elle empêchait l'entrée d'aide humanitaire au Venezuela.
Dans la soirée, un autre député de l'opposition, Franklin Duarte, a déclaré à l'AFP que des militaires vénézuéliens avaient bloqué l'accès à un pont situé sur la frontière avec la Colombie.
Une équipe de l'AFP sur place a constaté que le passage sur le pont de Tienditas, qui relie les localités de Cucuta (Colombie) et d'Urena (Venezuela), était empêché par un camion-citerne et par un grand conteneur. "Des effectifs de l'armée ont bloqué le passage", a affirmé M. Duarte.
Le Canada a promis lundi une aide de 40 millions de dollars destinée au peuple vénézuélien, s'ajoutant aux 20 millions de dollars d'aide annoncés par Washington, qui par ailleurs n'écarte pas une intervention militaire. L'Union européenne a débloqué mardi une aide de 5 millions d'euros (7,5 millions de dollars).
"Ici au Venezuela, personne ne va entrer, pas un soldat envahisseur", a répliqué M. Maduro, qui est soutenu par la Russie, la Chine, la Turquie, Cuba et l'Iran.
"Ils veulent envoyer deux petits camions avec quatre marmites. Le Venezuela n'a pas besoin de demander l'aumône. S'ils veulent aider, qu'ils mettent fin au blocus et aux sanctions", a ajouté le président socialiste, assurant qu'il ne permettrait pas qu'on "humilie" le Venezuela avec un "show d'aide humanitaire".
M. Maduro accuse Washington - avec qui il a rompu les relations diplomatiques - d'utiliser Juan Guaido comme un "pantin" pour le chasser du pouvoir et mettre la main sur les énormes réserves de pétrole du Venezuela. Il reproche aux Européens de soutenir ces "plans putschistes" américains.
"Nous soutenons le peuple du Venezuela dans sa noble quête de liberté", a déclaré mardi le président Donald Trump lors de son discours annuel sur l'état de l'Union.
Fort de la reconnaissance d'une vingtaine de pays de l'UE, outre celle des Etats-Unis, du Canada et d'une douzaine de capitales latino-américaines, M. Guaido va demander la protection des comptes bancaires et actifs vénézuéliens à l'étranger.

 

Jeudi 7 Février 2019

Lu 269 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com