Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Grosses gouttes et petites infrastructures

Messieurs les responsables, la pluie vous interpelle !




Le trafic de la ligne de Tramway de Casablanca a dû être interrompu mardi à cause des intempéries.
Le trafic de la ligne de Tramway de Casablanca a dû être interrompu mardi à cause des intempéries.
Toujours fébrilement attendues et fortement souhaitées, avant d’être accueillies avec joie, les intempéries font finalement plus de mal que de bien, si l’on en croit les récentes expériences vécues par les usagers du Tramway de Casablanca. D’ores et déjà perturbé à l’approche de l’inauguration de la deuxième ligne censée relier le quartier de Bernoussi à la corniche d’Aïn Diab, le trafic de la ligne de Tramway de Casablanca l’a également été mardi. En fait, il fut complètement à l’arrêt.
Nous sommes donc en plein milieu de l’après-midi, vers le coup de 16h. Des trombes d’eau s’abattaient sur la capitale économique sans accalmie aucune. C’est à ce moment que l’activité des tramways a été gelée, s’en est suivi un communiqué de Casa Trawmay, la société en charge du transport en commun de la ville: « En raison des fortes précipitations et de zones inondées, notamment au centre-ville, le trafic est arrêté sur toute la ligne ». Et d’ajouter : « Nous vous informerons régulièrement de l’évolution de cette perturbation et ne manquerons pas de vous aviser dès que la reprise du trafic sera possible. Nous vous remercions pour votre compréhension ».
De la compréhension, les usagers du Tramaway casablancais doivent en avoir un paquet en réserve depuis le temps qu’on leur en demande. Et cela ne risque pas de s’arrêter là. En réalité, la communication laconique de Casa Trawmay fait craindre le pire. Moins sur sa forme que sur son fond. Car en avançant les intempéries comme explication de l’arrêt du trafic de mardi, Casa Tramway révèle en filigrane que ce sera peut-être le cas à chaque fois que de telles conditions météorologiques surviennent. En tout cas, Casa Tramway n’a pas lésiné sur les efforts pour rétablir le trafic, puisque quelques heures après son premier communiqué, elle affirmait que « la situation s’étant améliorée au niveau des inondations de la plateforme de la ligne du tramway, le trafic va pouvoir reprendre progressivement». Avant de conclure en soulignant que ces perturbations sont ‘’indépendantes de sa volonté’’. Difficile d’en douter. Enfin, à en croire les vidéos partagées sur les réseaux sociaux dans le même temps, ces dernières font état d’inondations dans plusieurs rues de la cité blanche. Lesdites vidéos sont éloquentes et illustrent les difficultés à la fois éprouvées par les conducteurs face à une telle situation, où l’eau arrive quasiment au niveau des amortisseurs, mais également celles des infrastructures de Casablanca, en termes notamment d’évacuation des eaux.
Malheureusement, les dernières intempéries n’ont pas fait uniquement  des dégâts à Casablanca. En effet, en ce début de semaine, ce n’est pas moins de 19 routes qui ont été coupées au Maroc, selon le dernier bulletin de viabilité routière du ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau en date du 26 au 29 octobre 2018, en raison des chutes de neige mais encore des crues.

Chady Chaabi
Jeudi 1 Novembre 2018

Lu 735 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif