Libération





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Gazoduc Nigéria-Maroc: La Commission de la CEDEAO disposée à "apporter son appui total" au projet

Les instances statutaires du projet vont se réunir incessamment pour sa mise en œuvre


Libé
Mercredi 9 Novembre 2022

La Commission de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) est disposée à "apporter son appui total" au projet de Gazoduc Nigeria-Maroc, mis en avant dans le discours Royal à l’occasion du 47ème anniversaire de la Marche Verte, a affirmé le commissaire de la CEDEAO chargé des infrastructures, de l’Energie et de la digitalisation, Sédiko Douka.

Dans une déclaration rendue publique lundi à Abuja, M. Douka a indiqué que "la Commission de la CEDEAO marque son appui total pour cet important projet et ne ménagera aucun effort pour les appuis à apporter par ses États membres quant à leur adhésion totale audit projet".

"La Commission de la CEDEAO salue vivement les autorités du Royaume du Maroc et de la République fédérale du Nigeria, au premier desquelles Sa Majesté le Roi Mohammed VI et Son Excellence le président Muhammadu Buhari, pour avoir eu cette vision du futur qui consacrera définitivement l’indépendance énergétique de notre région et le renforcement de la coopération Sud-Sud" , a-t-il souligné.

Il a fait savoir que les instances statutaires du projet, à savoir le Comité de pilotage et le Comité technique "vont se réunir incessamment pour sa mise en œuvre".

"Ce mégaprojet s’annonce au bon moment, car le déficit en moyens de production d’énergie est l’un des défis critiques de la région CEDEAO. En effet, notre demande en énergie est couverte à seulement 60%, avec un tarif cher avoisinant 0,24 USD/kWh et un taux d’accès faible de 53%", a-t-il expliqué. "Le projet permettra à nos Etats membres producteurs du gaz naturel (Nigeria, Ghana, Côte d’Ivoire, Sénégal, Mauritanie) de tirer profit de l’utilisation de ce combustible pour la production d’énergie et l’utilisation du gaz domestique dont l’utilisation est aussi faible", a affirmé le commissaire de la CEDEAO, ajoutant que ceci est compatible avec le Plan directeur de développement des moyens régionaux de production et transport d’énergie électrique l’horizon 2019-2033 adopté en décembre 2018 par les chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO qui milite pour la génération de 16.000 MW dans la région dont une forte proportion du gaz naturel comme combustible.

La Commission de la CEDEAO a signé le 15 septembre dernier un mémorandum d’entente avec l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) du Maroc et la Nigerian National Petroleum Company Limited (NNPC) dans le cadre de la construction du projet de Gazoduc Nigeria-Maroc (NMGP), a-t-il rappelé.

Il a noté que c’est un accord tripartite, dont les parties s’engagent à préparer, mobiliser les ressources, développer et mettre en œuvre le projet comme un ouvrage unique consistant à livrer du gaz provenant du Nigeria et qui traverse onze pays côtiers membres de la CEDEAO, en passant par la Mauritanie pour aboutir au Maroc. A long terme, le supplément en gaz serait exporté vers l’Europe.

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a affirmé, dimanche, dans son discours à la Nation à l'occasion du 47ème anniversaire de la Marche Verte, que le projet de Gazoduc Nigeria-Maroc, destiné aux générations présentes et futures, "œuvre en faveur de la paix, de l'intégration économique du continent africain et de son développement commun".

"Eu égard à la dimension continentale du Gazoduc Nigeria-Maroc, Nous y voyons aussi un projet structurant promettant d’arrimer l’Afrique et l’Europe", a souligné SM le Roi.

« Compte tenu de l’intérêt particulier que Nous portons au partenariat avec les États de l’ouest du continent, ce projet représente pour Nous plus qu’un projet bilatéral entre deux pays frères », a affirmé le Souverain, soulignant que "Notre souhait est qu’il soit plus largement un projet stratégique profitable à l’ensemble de la région de l’Afrique de l’ouest, dont la population dépasse 440 millions d’habitants".

Une illustration du leadership agissant du Royaume en Afrique

Le projet du gazoduc Nigeria-Maroc, mis en avant dans le discours royal à l’occasion de l’anniversaire de la Marche Verte, illustre “de manière très tangible comment le Maroc est un leader et un partenaire actif” en Afrique, a indiqué l’analyste américain, Calvin Dark.

“J'ai été très heureux d'entendre Sa Majesté le Roi parler du projet d'oléoduc Nigeria-Maroc, compte tenu de l’importance cruciale de la diversification aujourd’hui des approvisionnements énergétiques dans le monde”, a souligné M. Dark dans une déclaration à la MAP.

Pour le directeur et cofondateur du centre de recherche "RC Communications" basé à Washington, ce projet “illustre de manière très tangible comment le Maroc est un leader et un partenaire actif sur le continent africain".

Evoquant le deuxième volet stratégique du discours Royal portant sur la dynamique de développement dans le Sahara marocain, l’expert américain et fin connaisseur de la région d’Afrique du nord, a souligné que le discours de Sa Majesté le Roi “a rappelé au monde que le Maroc se consacre au progrès et à la prospérité des provinces du Sud”.

“Les initiatives du Maroc dans les provinces du Sud pour favoriser la croissance économique sont essentielles”, a indiqué M. Dark qui a déploré l’entêtement de l’Algérie et son pantin du “polisario” à “entraver une résolution pacifique et de compromis d'un conflit qui aurait dû trouver un dénouement il y a des années”.
 
Un projet stratégique à même de réaliser l'intégration économique de l’Afrique
Le Gazoduc Maroc-Nigeria constitue un projet stratégique qui va permettre le renforcement de l’intégration économique de l’Afrique, a estimé le doyen de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Ain Chock (Université Hassan II), Abdellatif Komat.

"Le Gazoduc Maroc-Nigeria est un projet stratégique, pas seulement pour le Maroc, mais pour l’ensemble de l’Afrique, parce qu’il va permettre le renforcement de l’intégration économique de l’Afrique", a souligné Dr. Komat dans une déclaration à la MAP.

Selon l'universitaire, ce genre de projets est à même de “permettre de renforcer cette intégration qui doit concerner une quinzaine de pays de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO)" et au-delà, souligner l’impact multi-forme de ce méga-projet.

"C’est un projet qui aura plusieurs impacts, à commencer par la souveraineté énergétique de l’Afrique et jusqu’au renforcement des relations entre l’Afrique et l’Europe”, a estimé Dr. Komat.

Le Gazoduc Maroc-Nigeria reflète la volonté de SM le Roi Mohammed VI d’inscrire le développement de l’Afrique comme un objectif stratégique pour le Maroc, a-t-il dit, ajoutant que “la finalité de ce projet est celle de réaliser la souveraineté énergétique, mais également le développement mutuel”.

C’est un gage de l’attachement du Maroc à sa profondeur africaine, a noté Dr. Komat, qui a indiqué que ce projet est en mesure de créer, dans son sillage, une série d’activités, et ainsi contribuer au développement du Maroc, notamment ses provinces du Sud, et de plusieurs pays d’Afrique.

Le discours Royal souligne le rôle du Royaume en tant que partenaire stratégique de l'Europe

Dans son discours prononcé à l'occasion du 47ème anniversaire de la glorieuse Marche Verte, S.M le Roi Mohammed VI a, en mettant l'accent sur le projet de Gazoduc Nigeria-Maroc, attiré l'attention sur le rôle du Maroc en tant que partenaire commercial stratégique non seulement sur le continent africain, mais aussi pour l'Europe, a indiqué, lundi, l'économiste marocain établi en Allemagne, Hicham El Founti.

Le projet de gazoduc, long de 5.600 kilomètres, est '’une opportunité de faire progresser l'indépendance gazière des Etats européens, qui s'est imposée à la suite des événements actuels’’, a-t-il déclaré à la MAP.

Mettant en avant l’essor des provinces du Sud du Royaume, M. El Founti a relevé que le programme de développement, mené sous les Hautes Instructions de SM le Roi, est ‘’un grand pas’’ pour le développement des provinces du Sud d'un point de vue socioéconomique.

Selon lui, des projets à grande échelle, tels que les systèmes solaires et éoliens achevés, soulignent l'importance du Maroc en tant que partenaire pour les énergies renouvelables et en tant que lieu d'investissement, a ajouté M. El Founti.


Lu 1526 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS