Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Forte baisse de la production des céréales en perspective

Estimée à 32 millions de quintaux, la production prévisionnelle devrait reculer de 69% par rapport à la campagne précédente


Alain Bouithy
Jeudi 19 Mai 2022

Forte baisse de la production des céréales en perspective
La production des céréales principales (blé tendre, blé dur et orge) accusera une forte baisse au titre de la campagne agricole 2021/2022, selon le ministère de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts.

Résultant d’une superficie céréalière semée au titre de cette campagne de 3,6 millions d’hectares des trois espèces de céréales, cette production devrait reculer de 69% par rapport à la campagne précédente qui a enregistré une production parmi les records, a estimé le Département de l’agriculture.

D’après les prévisions du ministère de l’Agriculture, rendues publiques récemment, elle devrait ainsi s’établir à 32 millions de quintaux.

Dans le détail, la production céréalière aurait atteint 17,6 millions de Qx de blé tendre, 7,5 millions de Qx de blé dur et 6,9 millions de Qx d'orge, selon le ministère de tutelle qui précise que « plus de 60% de la production proviennent des zones favorables des régions de Fès-Meknès et de Rabat-Salé-Kénitra ».

En raison, d’une part, de la superficie irriguée limitée en céréales et, d’autre part, des restrictions d’irrigation dans les périmètres de la grande hydraulique, les céréales en zones irriguées n’ont contribué que d’environ 20% à la production globale, a en outre fait savoir le ministère de l’Agriculture.

Comme le suggèrent les premières notes de son communiqué, la baisse de la production serait due à la faiblesse des précipitations, au retard de celles-ci ainsi que leur mauvaise répartition temporelle et territoriale.

« La campagne agricole 2021/22 a enregistré une pluviométrie qui a atteint 188 mm à fin avril 2022, soit une baisse de 42% par rapport à la moyenne des 30 dernières années (327 mm) et de 35% par rapport à la campagne précédente (289 mm) à la même date », a-t-il, en effet, d’emblée fait remarquer.

La même source ajoute qu’« outre la faiblesse des précipitations et leur retard, le profil pluviométrique a également été caractérisé par une mauvaise répartition temporelle et territoriale ».

Selon le ministère de l’Agriculture, « près de 55% du cumul pluviométrique a eu lieu aux mois de mars et avril et moins d’un tiers des précipitations ont eu lieu durant les mois de novembre et décembre ».

Par ailleurs, « la très faible pluviométrie, voire son absence dans plusieurs régions durant les mois de janvier et février, a engendré un stress affectant le couvert végétal et un retard de croissance des cultures d’automne, notamment les céréales », a-t-il poursuivi.

Cette période ayant coïncidé avec le stade de tallage des céréales, un stade de développement déterminant pour les rendements de ces cultures, cela a entraîné un stress qui « a induit une baisse des rendements plus ou moins importante selon les régions allant jusqu’à la perte des superficies dans certaines zones », selon les explications du ministère.

Il faut toutefois noter que les céréales ont connu une bonne reprise au printemps dans les zones bour favorables du Nord du pays, après les précipitations de mars et avril. Ce qui, d’après le Département de l’agriculture, a entraîné un rattrapage en matière de productivité.

Quoi qu’il en soit, il est important de rappeler que les différentes situations dépeintes par le ministère de l’Agriculture (faiblesse et retard des précipitations et leur mauvaise répartition temporelle et territoriale), ne sont pas nouvelles au Maroc et que le rôle de ce département est justement de mettre en place des mécanismes et des programmes à même de réduire un tant soit peu leur impact sur la campagne agricole. De sorte qu’elles ne soient plus la principale cause de ce que d’aucuns pourraient qualifier de mauvaises appréciations de la situation.

Il est à noter qu’au niveau mondial, les prévisions concernant la production de blé en 2022 ont été légèrement revues à la baisse. Cependant, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) prévoit toujours une augmentation de la production mondiale de blé qui devrait atteindre 782 millions de tonnes cette année.

Dans un récent rapport, l’agence onusienne a précisé : «Cette prévision prend en compte la baisse de 20% des superficies récoltées qui est attendue en Ukraine, ainsi que le fléchissement de la production au Maroc dû à la sécheresse ».

En ce qui concerne les céréales secondaires, la FAO a indiqué que « le Brésil est en passe de réaliser une récolte record de 166 millions de tonnes de maïs en 2022, tandis que les conditions météorologiques devraient amoindrir la production de maïs en Argentine et en Afrique du Sud ».

Selon toujours l’organisation internationale, « les premières enquêtes sur les superficies plantées indiquent que le volume de terres consacrées au maïs aux Etats-Unis d’Amérique devrait diminuer de 4%, car on s’inquiète du coût élevé des engrais et des autres intrants ».

Alain Bouithy


Lu 1347 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS