Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Film transsaharien : Zagora rend hommage à Mohamed Khouyi et à Daoud Oulad Sayed

14ème édition du 30 novembre au 4 décembre




Film transsaharien : Zagora rend hommage à Mohamed Khouyi et à Daoud Oulad Sayed
 C’est un vibrant hommage que compte rendre, aujourd’hui, la ville de Zagora à deux grandes figures du cinéma marocain.  Le grand comédien Mohamed Khouyi et le réalisateur Daoud Oulad Sayed seront, en effet, les invités d’honneur de la 14ème édition du Festival international du film transsaharien (FIFT) qu’abritera la ville de Zagora du 30 novembre courant au 4 décembre prochain, sous le thème : «Le cinéma, l’eau  et la vie».
Cet hommage intervient en reconnaissance par les organisateurs des apports de ces deux artistes dans le domaine du cinéma, mais aussi de la télévision et du théâtre pour Khouyi et dans le domaine de la photographie pour Oulad Sayed.
Né en 1960 à Kelaât Sraghna, Mohammed Khouyi débute sa carrière artistique en intégrant l’école d’Abbas Ibrahim, d’où sont sortis également plusieurs  comédiens marocains. S’il a obtenu plusieurs prix dont celui du meilleur acteur en 2007, et rencontré du succès au théâtre grâce à la pièce «L’Ascension vers la pente grise» … il sera connu par le grand public quelques années plus tard, en interprétant de nombreux rôles au cinéma, dont «Un amour à Casablanca», «Destin de femme», «Soif», «Jawhara», «A la recherche du mari de ma femme» et «Andromane », entre autres.
Daoud Oulad Sayed s’est certes passionné pour la photographie, mais il a choisi d’explorer le monde du grand écran, en tant que réalisateur, pour donner jour à plusieurs films dont «Adieu forain», «Aoud Rih» (Cheval du vent), «En attendant Pasolini», «La mosquée». Ce sera le film «Terfaya» qui réunira ensemble les deux figures de cet hommage.
Cette édition sera marquée par la présence du réalisateur néerlandais  Koert Davidse, aux côtés de Fabrizio Colombo, directeur artistique du Festival international de cinéma de Zanzibar en Italie, de la productrice marocaine Rachida Saadi, du président du Festival international cinématographique de Muscat et président du Conseil administratif de l’Association de cinéma d’Oman Mohammed Al Kindi, du réalisateur et acteur marocain Driss Roukh,  de l’acteur marocain Yassine Ahajjam et de la poétesse et chercheuse en littérature Aicha Ammour.
Présidé par le réalisateur du chef-d’œuvre «Last words», Koert Davidse, le jury de la compétition officielle aura à départager des films appartenant à différents pays et différents continents tels que l’Inde, le Kazakhstan, la Hongrie, l’Irak, le Liban, l’Egypte, le Burkina Faso, le Mali, la Tunisie, l’Iran, les Emirats arabes unis et le Sénégal.
Par ailleurs, la 14ème édition du FIFT de Zagora compte le prix de la Fédération africaine de la critique cinématographique, le jury de la compétition du scénario et celui de la compétition des courts métrages.
En relation avec le thème de cette édition, à savoir «Le cinéma, l’eau et la vie», les organisateurs prévoient une série de films de différentes régions du monde traitant de la question de l’eau, en tant que source vitale pour les communautés, ainsi que les approches efficientes pour faire face à cette problématique dans les prochaines décennies.  

 

M.E.
Jeudi 30 Novembre 2017

Lu 1180 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif