Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Extravagant, madame la maire !

Quand l’ excès de populisme vous fait dire que le Conseil de la capitale compte quelque 2400 “fonctionnaires fantômes ”


Hassan Bentaleb
Dimanche 12 Juin 2022

Extravagant, madame la maire !
L’affaire des soi-disant «fonctionnaires fantômes» de la commune urbaine de la capitale continue de faire des remous. En effet, le personnel communal de la ville compte impliquer la justice dans cet inopportun dossier. Les fonctionnaires communaux sont en train de se concerter avec les syndicats pour poursuivre en justice la maire de Rabat, Asmaa Rhlalou (RNI), pour diffamation. Une lettre sera également adressée au wali de la ville pour mettre la lumière sur les dommages causés par les propos de Mme la maire.
 
Incompréhension
 
Hassan Lachguar, député ittihadi et membre du Conseil de la ville, trouve, pour sa part, incompréhensible la sortie médiatique de Mme Asmaa Rhlalou vu sa place et sa position en tant que maire de la capitale investie de mille et un pouvoirs et qui se trouve au centre de la prise de décision. « Notre surprise est totale d’autant que Mme la maire s’est contentée de soulever seulement ce dossier alors qu’il y a d’autres questions plus importantes et plus urgentes que l’on  passe curieusement sous silence. Bref, nous considérons ces propos comme du bavardage inutile qui cherche, ni plus ni moins, à susciter l’intérêt des médias. Et en tant que Groupe socialiste, nous comptons envoyer une lettre à Mme la maire pour davantage d’informations sur ce sujet », nous a-t-il déclaré.

Selon des sources proches du dossier, la dernière sortie médiatique de Mme la maire a été perçue comme une insulte à l’ensemble du personnel communal qui a du mal à  se voir qualifié de « fantômes » alors qu’il s’agit, au fond, d’un problème de gestion des ressources humaines et des conditions de travail.

« Les fonctionnaires sont conscients qu’il s’agit d’un faux problème et refusent de servir de dindons de la farce », nous a indiqué une source de la commune urbaine de Rabat sollicitant l’anonymat. Et de poursuivre : «  En effet, le chiffre de 2.400 fonctionnaires fantômes est erroné et exagérément gonflé. On se demande d’où Mme la maire a sorti ces statistiques puisqu’il n’y a pas d’études, rapports ou autres documents qui confirment ces chiffres. Cela prouve combien elle ne maîtrise pas les tenants et aboutissants de ce dossier ou qu’elle a été piégée à dessein. Et dans les deux cas, c’est grave puisqu’il s’agit de la maire de la capitale, qui plus est, et non d’un simple édile.

A rappeler que le PJD a fait mine de procéder, lors du dernier mandat, à une sorte de chasse aux fonctionnaires fantômes, mais cette chasse aux sorcières n’a rien donné de concret.  En fait, si ce phénomène existe, il est loin d’atteindre l’ampleur que la rumeur et les approximations lui accordent ».
 
Complexité

Pour notre source, le nombre des fonctionnaires au sein des communes de Rabat est passé de 7.100 en 2002 à 3.400 actuellement. Une situation qui trouve son explication dans les départs à la retraite, les démissions et l’embauche dans d’autres secteurs.
Hassan Lachguar
En tant qu’élus USFP, nous sommes pour la reddition des comptes et la sanction des contrevenants, le cas échéant
« A noter, et pour des raisons bien déterminées liées à cette époque, que l’âge minimum des fonctionnaires dépasse la quarantaine (10% sont âgés entre 40 et 50 ans, 80% entre 50 et 60 ans et 10% entre 60 et 63 ans). Et chaque année, entre 10 et 20% des fonctionnaires partent à la retraite. Il faut rappeler qu’une grande majorité de ces fonctionnaires ont été embauchés dans les années 1992 et 1994 », nous a-t-elle précisé. Et de poursuivre : « La question des fonctionnaires fantômes est un problème qui existe partout. Il s’agit bien d’un problème complexe et multifactoriel.  Et il faut le prendre cas par cas pour comprendre de près ce phénomène  puisque parfois nous sommes face à des fonctionnaires « fantômes » par la force des choses.

En effet, il y a des fonctionnaires qui n’ont pas de bureaux à leur disposition,  quand ils ne sont pas contraints de travailler dans des locaux démunis de tout, et il y a d’autres qui sont bannis, pour une raison ou une autre, par le président de l’arrondissement sans parler des fonctionnaires attachés auprès de services extérieurs. A noter également que le ministère de l’Intérieur a drastiquement réduit le nombre des services et  divisions ».

Dans ce sens, notre source estime que les propos de Mme la maire constituent également des accusations graves contre les présidents des arrondissements, les caids chefs des annexes administratives et le wali puisque toutes ces entités administratives  emploient des fonctionnaires communaux. 
 
Responsabilité

Notre source soutient que la vraie question qui doit être posée est celle de la responsabilité de Mme la maire dans cette affaire. En effet, nombreux sont ceux qui se demandent pourquoi Asmaa Rhlalou a attendu tous ces mois avant de chercher à lancer ce qui est, en fait, un pétard mouillé.

« Mme la maire est en place depuis 10 mois et elle est, par la force de la loi, le chef hiérarchique de tout le personnel communal. Elle est la première responsable chargée de l’octroi des salaires, des promotions et de la sanction. Nous nous demandons où elle était pendant tout ce temps. Pourquoi n’a-t-elle pas procédé au gel des salaires des supposés « fonctionnaires fantômes » ? Pourquoi n’y a-t-il pas eu des avertissements et des blâmes ? Tout simplement,  pourquoi n’a-t-elle pas appliqué les dispositions du Code du travail à ce propos? », s’est-elle interrogée.

Pour une autre source qui a exigé l’anonymat, derrière ladite sortie médiatique de Mme la maire, il y aurait plutôt une manœuvre politique destinée à restructurer l’organigramme du Conseil communal et la première personne visée serait, de ce fait, le directeur des services ou celle chargée des ressources humaines.

« C’est un jeu politique qui vise à rebattre les cartes au sein de l’organigramme communal de la ville puisque tout le monde sait que ledit organigramme est fortement disputé par les partis politiques qui gouvernent la ville et chacun tente de placer ses pions», nous a-t-elle révélé. Et d’expliquer : « La maire cherche à faire pression sur le directeur des services ainsi que le responsable de la gestion des ressources humaines, et ce pour des visées purement partisanes ».

Pour d’autres, la maire cherche plutôt à dissimuler la réalité de l’administration communale à Rabat. Cette administration a, en  effet, vu le nombre de ses services  réduit de 46 à 25 et certains d’entre eux ont été tout simplement rayés de l’organigramme comme c’est le cas de la police administrative qui englobait 200 fonctionnaires qui ont dû chercher un poste ailleurs, et ce malgré  la mission cruciale de ce service en matière d’hygiène, de salubrité publique, d’urbanisme et d’occupation du domaine public.
 
Reddition des comptes

Hassan Lachguar estime qu’au fond ce dossier renvoie à la question  du service public et de la gestion des ressources humaines communales. « Pour nous, la position de Mme la maire traduit ou plutôt exprime l’absence de cette approche du service public et la volonté de développer et promouvoir le personnel communal », nous a-t-il indiqué. Et de conclure : « Nous sommes avec l’application des lois et procédures en vigueur. Nous sommes pour la reddition des comptes et la sanction des contrevenants le cas échéant».

Hassan Bentaleb



Lu 1057 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 24 Février 2024 - 13:28 En avant toute !

Samedi 24 Février 2024 - 08:47 Femmes et avenir du socialisme

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020












Flux RSS
p