LibéSPort




Zoom





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Espagne/Croatie. Premier choc entre vieilles connaissances à l'Euro

Vendredi 14 Juin 2024

Leurs destins semblent liés: l'Espagne de Rodri et la Croatie de l'éternel Luka Modric, qui se sont croisées lors de quatre des six dernières compétitions internationales, s'affrontent à nouveau dès la première journée de l'Euro-2024 à Berlin samedi, dans le premier choc de la compétition.

Pour la Croatie, la Roja est une bête noire. Une sélection redoutée, qui semble depuis plus d'une décennie se dresser systématiquement sur sa route privant sa génération dorée (Modric, Rakitic, Mandzukic) de titre.

2012, 2016, 2021... et maintenant 2024, c'est la quatrième fois consécutive que les deux équipes vont se rencontrer en championnat d'Europe, la septième sur les douze dernières années en compétition officielle.

Cette affiche devenue un "classique" européen entre deux des meilleures nations mondiales, était déjà celle de la dernière finale de la Ligue des nations et du quart de finale de l'Euro-2021, tous deux remportés par la Roja.

Comme en 2012 en Ukraine et en Pologne, c'est dès la phase de poules qu'Espagnols et Croates croiseront le fer au Stade olympique de Berlin, avec un léger avantage donc pour l'Espagne, même si c'est la Croatie, 3e au Mondial-2022 et finaliste en 2018, qui s'est montrée la plus régulière.

"Je ne vais rien vous apprendre, les Croates répondent toujours présent dans les grands tournois. Au dernier Euro nous avons souffert pour les éliminer (5-3), au Mondial ils ont fini troisièmes, en Ligue des nations on s'est affrontés en finale... Donc ce sera un match disputé, équilibré et qui va se jouer sur les petits détails", a prévenu l'ailier de Leipzig Dani Olmo.

Cet affrontement donnera lieu à des duels de vieilles connaissances et même entre coéquipiers ou ex-coéquipiers, notamment le maître à jouer croate Luka Modric, bientôt 39 ans, et ses compagnons du Real Madrid Nacho et Dani Carvajal, ou le buteur d'Osasuna Ante Budimir et les joueurs espagnols évoluant en Liga (Le Normand, Pedri, Unai Simon).

Si elle compte de beaux atouts dans ce secteur (Rodri, Pedri, Fabian Ruiz), l'Espagne, outsider ambitieux lors de cet Euro, se méfie de l'entrejeu croate, son point fort, avec un immuable trident Brozovic-Kovacic-Modric, "l'un des meilleurs milieux de terrain d'Europe" selon l'Espagnol Mikel Merino.

"S'ils ont le temps de réfléchir et s'ils parviennent à se mettre dans des positions confortables, ils sont capables de contrôler le tempo du match et de vous faire souffrir", a prévenu le joueur de la Real Sociedad.

La sélection espagnole, triple championne d'Europe (1964, 2008, 2012), compte sur ses jeunes pépites et sa force collective pour retrouver son rang parmi les meilleures nations mondiales et confirmer son rebond post-Mondial 2022.

Emmenée par les virevoltants Lamine Yamal, 16 ans et Nico Williams, 21 ans, la Roja rajeunie version Luis de la Fuente dispose sur les ailes "de joueurs très déséquilibrants et surtout en grande forme, qui vont créer beaucoup de danger", estime le latéral du Bayer Leverkusen Alejandro Grimaldo, bien placé pour être titulaire à gauche après une saison exceptionnelle en Allemagne.

Yamal, qui a porté le Barça sur ses frêles épaules cette saison en battant tous les records de précocité à sa portée, a l'occasion dès samedi de rentrer un peu plus dans l'histoire en devenant le plus jeune joueur à disputer un Euro.

"Lamine est un joueur spécial et prend des décisions comme s'il était plus âgé. Il n'y a pas beaucoup de joueurs dans l'histoire qui ont réalisé de telles choses. C'est un grand danger, il est unique", l'a encensé Ante Budimir. Le latéral croate du Bayer Leverkusen Josip Stanisic, probable vis-à-vis du lycéen, est prévenu.


Libé

Lu 528 fois

International