Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Escalade militaire en Syrie après la mort d'au moins 33 soldats turcs



Escalade militaire en Syrie après la mort d'au moins 33 soldats turcs
Le nord-ouest de la Syrie était le théâtre d'une brusque escalade militaire vendredi après la mort d'une cinquantaine de combattants dans des affrontements entre forces turques et syriennes, Ankara réclamant l'appui des Occidentaux avec un appel à l'Otan et menaçant d'ouvrir les frontières aux migrants.
Seize combattants du régime syrien ont été tués par des bombardements turcs menés en représailles à la mort d'au moins 33 soldats jeudi dans la région d'Idleb dans des frappes aériennes attribuées par Ankara à Damas, a rapporté vendredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.
Cette brusque poussée de fièvre risque d'aggraver encore la situation humanitaire déjà catastrophique à Idleb, où plusieurs centaines de civils ont été tués et près d'un million de personnes déplacées ces derniers mois par l'offensive qu'y mène depuis décembre le régime de Damas appuyé militairement par Moscou.
Les Nations unies ont appelé à un cessez-le-feu immédiat, soulignant que le "risque d'une escalade encore plus grande augmentait d'heure en heure".
Dans ce contexte, le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a annoncé une réunion en urgence vendredi des ambassadeurs des 29 pays de l'Alliance, à la demande de la Turquie, en vertu de l'article 4 du traité qui peut être invoqué par un allié estimant son intégrité territoriale, son indépendance politique ou sa sécurité menacée.
A Ankara, la présidence turque a en outre exhorté la communauté internationale à mettre en place une zone d'exclusion aérienne à Idleb pour clouer au sol les avions du régime syrien et de Moscou qui pilonnent la région depuis plusieurs mois.
Dans une apparente tentative de faire pression sur l'Union européenne pour obtenir davantage de soutien, Ankara a en outre annoncé qu'il ne stopperait plus les migrants qui cherchent à se rendre en Europe depuis la Turquie.
"Nous ne retiendrons plus ceux qui veulent se rendre en Europe", a déclaré vendredi à l'AFP un haut responsable sous couvert d'anonymat, réveillant le spectre d'une grave crise migratoire comme celle qui a secoué le continent européen en 2015.
Selon les médias turcs, des groupes de migrants se dirigeaient vendredi matin en direction de la frontière avec la Grèce dans l'ouest de la Turquie, certains affrétant des bus depuis Istanbul.
L'agence de presse DHA a rapporté qu'environ 300 migrants syriens, irakiens ou encore iraniens étaient arrivés dans la province d'Edirne, à la frontière grecque.

Samedi 29 Février 2020

Lu 733 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS