Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Entre défis et opportunités, l'architecte joue un rôle indéniable dans l'édification du Maroc contemporain




Plus qu'un bâtisseur, l'architecte est l'artiste géniteur de superbes ouvrages et le maître d'œuvre de tout ce qui se construit. Entre immeubles, bâtiments publics, logements sociaux, zones pavillonnaires, infrastructures ou équipements collectifs, l'architecte est un créateur très sollicité. Au Maroc, la Journée nationale de l'architecte, célébrée le 14 janvier de chaque année, est l'occasion de revenir sur plusieurs aspects de la profession à la lumière des mouvances sociales et économiques actuelles, mais également d’établir une analyse profonde des conditions dans lesquelles opère l'architecte marocain.
Dans un contexte de démocratisation des savoirs, et en plein essor des interfaces de communication, le métier d’architecte doit pouvoir évoluer en assumant plus que jamais sa dimension sociale. En effet, l'architecte est appelé à jouer un rôle de premier plan dans l’édification du Maroc de demain, à travers la conciliation entre la préservation de l'identité architecturale nationale et l’introduction de nouvelles tendances et techniques d’innovation. La profession d’architecte est actuellement en métamorphose avec l’adoption prochaine du code des devoirs professionnels et, surtout, le lancement prochainement d'un système de gestion dématérialisée, a indiqué Rachid Boufous, architecte-urbaniste et membre du Conseil national de l'Ordre des architectes, dans une déclaration à la MAP.
Cette dématérialisation, a-t-il poursuivi, permettra une meilleure transparence et, surtout, une réelle traçabilité de l’exercice de la profession, de même qu'elle aidera à juguler le phénomène des "signatures de complaisance" qui porte un réel préjudice à l’ensemble du corps professionnel.
Cette démarche de facilitation et de traçabilité du travail de l’architecte, d'après M. Boufous, s’accompagnera aussi de l’adoption dans les semaines à venir d’un contrat unifié, plus complet, garantissant les droits et devoirs de l’architecte et de son client. Et ce dans le but de minimiser les litiges qui surviennent souvent lors de l’élaboration de contrats flous ou incomplets. Il a toutefois relevé que "les conditions d'exercice de la profession demeurent difficiles" dans la mesure où l'architecte se retrouve face à un ensemble de défis qui entravent le bon déroulement de son activité.

Mardi 15 Janvier 2019

Lu 547 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif