Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Driss Lachguar : La Commission spéciale sur le modèle de développement ne se substituera pas aux institutions constitutionnelles


Le Premier secrétaire de l’USFP préside l’ouverture du Forum socialiste sur le «Développement économique au Maroc : Regards croisés»



«La Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) ne se substituera pas aux institutions constitutionnelles, car nous sommes un Etat de droit», a souligné le Premiersecrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, dans des déclarations à la presse avant le début de la conférence sur « Le développement économique au Maroc : regards croisés », tenue avant-hiermercredi à l’auditoriumde la Bibliothèque nationale à Rabat. D’après lui, cette commission « n’est, en fin de compte, qu’une cellule de réflexion dont l’objectif est de proposer de nouvelles idées à S.M le Roi». Le dirigeant socialiste a également relevé que l’évaluation portera sur « la production de cette commission. Nous ne sommes pas des devins comme ceux qui ont osé prononcer des jugements à l’emporte-pièce à l’encontre des membres de cette commission », dénonçant par là les graves accusations portées par l’ancien chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane contre elle. « Ce forum est le premier d’une série de forums que le parti de la Rose compte organiser tout au long des trois prochains mois dans six régions, et ce dans le cadre de la commémoration du soixantième anniversaire de la création de l’USFP », a précisé, par ailleurs, le dirigeant ittihadi. Et de souligner que « l’objectif principal de ce forum est de lancer le débat au sein du parti et ses conclusions et recommandationsserontsoumises à la prochaine commission préparatoire du 11èmeCongrès de l’USFP, et ce en vue d’élaborerle projetsociétal de notre parti». Dans son allocution introductive à ce premierforum, Mehdi Mezouari,membre du Bureau politique de l’USFP et modérateur de ce forum, a, pour sa part, mis en avant le fait que la direction du parti a tenu à ce que les forums socialistes soient des chantiers ouverts et non centralisés pour débattre des grandes questions nationales et proposerson point de vue surles mutationsimportantes que connaît leRoyaume, soulignant que le but est de proposer des alternatives à propos des différentes problématiques sociales, économiques, politiques et culturelles. Il a également affirmé que cesforums débattront de six grandes problématiques, à savoir le développement économique, l’exigence de l’édification d’unEtat démocratique, la question sociale, l’intégrité territoriale, les libertés individuelles et la question culturelle. Mehdi Mezouari a, par ailleurs, souligné que l’initiative d’organiser ces forums se base sur deux idées principales. La première vise à valoriser l’héritage intellectuel de l’USFP qui a toujours été une force de proposition et de production des alternatives. La deuxième a trait aux cadres du parti et à ses élites intellectuelles qui sont capables de défendre son projet sociétal inspiré de son référentielsocial-démocrate. Quatre intervenants ont prissuccessivement la parole ensuite, en l’occurrence Driss Khrouz, Mekki Zouaoui, Abdelali Doumou, et Tarik El Malki. L’intervention du premier a porté sur la problématique du développement et de la croissance au Maroc, appréhendée du point de vue quantitatif et, plusimportant, du point de vue structurel. Driss Khrouz a, par la suite, présenté plusieurs propositions pour résoudre les problématiques liées au développement. Mekki Zouaoui, professeur d’économie à l’Université Mohammed V à Rabat, amisl’accentsurl’importance de la qualité des ressources humaines. D’après lui, il ne peut y avoir de développement économique sans un enseignement de qualité formant des compétences et des ressources humaines de qualité. Pour sa part, Abdelali Doumou, également professeur d’économie, a essayé dansson intervention de définir, d’un point de vue scientifique, la notion même de « modèle de développement », soulignant qu’un modèle de développement signifie que l’organisation de l’économie repose sur un système doctrinal cohérent, sachant qu’il y a plusieurs doctrines économiques qui sont diamétralement opposées (le capitalisme, le socialisme,…). Il a, par ailleurs, affirmé que les dysfonctionnements de l’économiemarocaine ne nécessitent pas une réponse « technique » et « technocratique », mais plutôt des réponses « institutionnelles » et « politiques ». Quant à l’intervention de Tarik El Malki, économiste et membre du Bureau politique de l’USFP, elle a mis l’accent sur la nécessité de réformer le système fiscal pour qu’il devienne « un système juste et équitable ». Il convient de préciser que ce premier foruma étémarqué parla présence de l’ancien Premier secrétaire de l’USFP, Abdelouahed Radi, ainsi que des membres du Bureau politique. Nous y reviendrons avec plus de détails dans nos prochaines éditions. 

Mourad Tabet
Jeudi 19 Décembre 2019

Lu 1305 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.