Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Donald Trump rompt brutalement les négociations sur un plan de soutien à l'économie




Le présidentDonaldTrump amis brutalement fin mardi aux négociations avec les démocrates sur de nouvelles aides aux ménages et entreprises affectés parla pandémie de coronavirus, avant de laisser une porte ouverte à quelques mesures ciblées. "J'ai demandé à mesreprésentants d'arrêter de négocier jusqu'à après les élections", a tweeté le président américain, accusant la cheffe des démocrates au Congrès Nancy Pelosi de ne pas négocier "de bonne foi". "Dès que j'aurai gagné, nous voterons un grand plan d'aide quisera centré sur lestravailleurs américains et les petites entreprises", a-til ajouté,renvoyant les discussionsjusqu'à après l'élection présidentielle du 3 novembre. Cette décision a immédiatementfait chuter Wall Street, alors que de nombreux économistes et experts ont déjà prévenu que l'absence d'un nouveau coup de pouce gouvernemental risquait de freiner la reprise économique. Elle signifie que de nombreux Américains, dont ceux qui sont au chômage, des collectivités locales et des entreprises tels les hôtels, les compagnies aériennes, les bars et les restaurants, vont être confrontés à des difficultés financières dans les prochaines semaines. Le candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden a accusé Donald Trump de leur avoir "tourné le dos". "Ne vous y trompez pas:si vous n'avez pas d'emploi,si votre entreprise est fermée, si l'école de votre enfant est fermée,si vous voyez deslicenciements autour de vous, Donald Trump a décidé aujourd'hui que rien de tout cela, absolument rien, ne lui importait", a renchéri M. Biden dans un communiqué. Certains secteurs très touchés, comme le tourisme et le transport aérien, ont d'ores et déjà annoncé deslicenciementsmassifs: 32.000 personnes pour les compagnies aériennes American et United, ou encore 28.000 dansles parcs d'attraction Disney. L'organisation représentant le secteur aérien,AirlinesforAmerica,s'est dite "déçue" de l'incapacité des responsables politiques à se mettre d'accord sur un texte qui "aurait sauvé des dizaines de milliers d'emplois hautement qualifiés". En cours de soirée, le locataire de la Maison Blanche a toutefois appelé les parlementaires à s'entendre sur des mesures plus limitées. Il a d'une part exhorté les sénateurs et représentants à la Chambre à "approuver Immédiatement" une aide de 25 milliards de dollars pour les compagnies aériennes ainsi qu'un plan de 135 milliards de dollars pour les petites entreprises. Ces deux programmes "seront financés avec des fonds inutilisés" du premier grand plan d'aide, a-t-il affirmé sur Twitter. Donald Trump a, par ailleurs, assuré qu'il entérinerait de suite tout texte de loi restreint prévoyant un chèque de 1.200 dollars pourlesménages américains si les parlementaires lui en envoyaient un. L'administration Trump et les élus démocrates du Congrès avaient commencé il y a plus de deux mois à négocier de nouvelles aides pour les 12,6 millions de chômeurs américains et pour lesfoyers aux plusfaiblesrevenus, ainsi que pour les entreprises terrassées par la pandémie. Les mesures du gigantesque plan de soutien de 2.200 milliards de dollars adoptées fin mars,rallongé ensuite de 500milliards, expirent en effet progressivement. Après plusieurssemaines au pointmort, les discussions entre Nancy Pelosi et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin venaient pourtant de reprendre. Ils se sont brièvement parlé peu aprèsl'annonce de rupture des négociations de Donald Trump, a indiqué un porte-parole de Mme Pelosi. "Une fois encore, le président Trump a montré ses vraies couleurs: faire passerson intérêt avant celui du pays, avec la pleine complicité des membres républicains du Congrès", a fustigé la responsable dans un communiqué. Mais les divergences étaient trop grandes, notamment sur le montant total de l'enveloppe. Les démocrates réclamaient au départ 3.000 milliards de dollars mais au fil des discussions ont accepté de l'abaisser à 2.200 milliards. L'administration Trump avait de son côté fait un geste,se disant prête à allerjusqu'à 1.600 milliards après un montant initial de seulement 1.000 milliards. Joignant sa voix à celles d'autres économistes, le président de la Banque centrale américaine Jerome Powell avait mis en garde plus tôt dansla journée contre les conséquences désastreuses d'une absence de nouvelles aides publiques. Un "soutien trop faible pourrait conduire à une reprise plusfragile, conduisant à dessouffrances inutiles pour les ménages et les entreprises", a-t-il déclaré lors de la réunion annuelle de l'association d'économistes NABE. "Avec le temps, l'insolvabilité des ménages et les faillites d'entreprises augmenteraient, nuisant à la capacité de production de l'économie et ralentissant la croissance dessalaires", a-t-il averti en employant un ton inhabituellement alarmiste. Le patron de la Fed, qui se garde de tout soutien partisan, a été nommé à son poste par Donald Trump.

Libé
Jeudi 8 Octobre 2020

Lu 274 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.