Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dix morts dans une “attaque terroriste” au Burkina




Dix personnes ont été tuées dimanche à Sikiré, dans le nord du Burkina Faso, dans une "attaque terroriste", selon une source sécuritaire et un élu local.
"Une dizaine d'individus armés ont mené dans la matinée de dimanche une attaque terroriste dans le village de Sikiré", qui a fait "dix morts et deux blessés graves", a déclaré à l'AFP une source sécuritaire.
Sikiré est une localité située à une vingtaine de kilomètres d'Arbinda, dans la province du Soum, dans la région du Sahel, en proie à de fréquentes attaques jihadistes.
Selon un élu local de la commune d'Arbinda, joint depuis Ouagadougou, "les assaillants, armés de kalachnikovs, ont fait plusieurs tours dans le village et ouvert le feu sur les habitants".
"Ils ont saccagé et incendié des boutiques et autres commerces et emporté des motocyclettes et un tricycle (triporteur)", a ajouté l'élu sous le couvert de l'anonymat. "Toute la journée, les populations sont restées chez elles", gagnées par la "psychose de ces attaques qui se multiplient dans la zone", a-t-il dit.
Le 10 janvier, douze personnes avaient été tuées dans le village de Gasseliki, localité située à une trentaine de kilomètres au sud d'Arbinda.
Le Burkina Faso est confronté depuis quatre ans à des attaques jihadistes de plus en plus fréquentes et meurtrières.
D'abord concentrées dans le nord du pays, ces attaques se sont ensuite étendues à d'autres régions dont celle de l'Est, frontalière du Togo et du Bénin.
Attribuées aux groupes jihadistes Ansaroul Islam, au Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) et à d'autres groupuscules, elles ont fait plus de 280 morts depuis 2015.Ouagadougou, la capitale, a été frappée à trois reprises, avec un bilan total de près de 60 morts. La dernière attaque, en mars 2018, avait dévasté l'état-major général des armées, en plein centre-ville.
Depuis le 1er janvier, l'état d'urgence a été décrété dans 14 provinces (sur 45), réparties sur six régions ayant enregistré des actes terroristes.
Face à la multiplication des attaques jihadistes que les forces de défense et de sécurité semblent incapables d'enrayer, le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré a limogé début janvier le chef d'état-major des armées, puis remplacé les ministres de la Défense et de la Sécurité lors d'un remaniement dévoilé jeudi.

 

Mardi 29 Janvier 2019

Lu 182 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com