Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dix morts dans l'incendie d'un immeuble à Paris

Les premiers éléments de l’enquête privilégient la piste criminelle




Dix morts dans l'incendie d'un immeuble à Paris
Au moins dix personnes sont mortes et trente ont été blessées dans le violent incendie d'un immeuble à Paris, survenu dans un quartier huppé au cœur de la nuit de mardi, probablement d'origine criminelle, selon les premiers éléments d'enquête.
"Paris est en deuil ce matin", "le bilan est terrible", a réagi dans un tweet la maire de Paris Anne Hidalgo sur place.
Les pompiers, dont six ont été blessés au cours de l'intervention, ont souligné qu'il ne s'agit que d'un bilan "provisoire. La reconnaissance est toujours en cours".
Il leur a fallu plus de cinq heures pour maîtriser le feu. Plus d'une cinquantaine de personnes ont dû être évacuées en urgence, parfois à l'aide de grandes échelles.
"La France se réveille dans l'émotion après l'incendie rue Erlanger à Paris cette nuit. Pensées pour les victimes" a tweeté le président Emmanuel Macron. "Merci aux pompiers dont le courage a permis de sauver de nombreuses vies".
Une femme, habitante de l'immeuble des années 1970, a été interpellée et placée en garde à vue, a indiqué le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, arrivé sur place au petit matin moins de deux heures après l'extinction des dernières flammes par les pompiers.
"Cette femme a été interpellée dans la rue immédiatement après l'incendie. Elle se trouve en garde à vue", a-t-il déclaré, précisant par la suite qu'elle avait des "antécédents psychiatriques".
Selon le parquet de Paris, les premiers éléments de l'enquête tendent à privilégier la piste criminelle, la police judiciaire s'est vu d'ailleurs confier une enquête pour "destruction volontaire par incendie ayant entraîné la mort".
Le "bilan pourrait encore s'alourdir car les opérations de reconnaissance ne sont pas encore terminées dans les derniers étages de l'immeuble, là où le feu était le plus violent", a expliqué à l'AFP le capitaine et porte-parole des pompiers, Clément Cognon.
"Les pompiers venaient d'arriver et ce qui était dingue, c'était leur impuissance. Ils avaient les camions, les grandes échelles, mais ils ne pouvaient rien en faire. Après, ils ont mis des rallonges, des rallonges, des tuyaux, des tuyaux, que des petits moyens", a rapporté Nicolas, qui habite en face de l'immeuble ravagé.
"Au début on a cru à une dispute, on entendait une femme crier très fort. C'était vers 01H00 (00H00 GMT). Elle criait, elle criait. Là, on est sortis et l'immeuble était déjà très en feu (...) Nous, on voyait les gens sur les balcons crier sans pouvoir rien faire", raconte-t-il encore.
Le feu a démarré vers 01H00 du matin dans ce quartier chic de l'ouest parisien, selon les pompiers qui évoquent une "scène d'une incroyable violence". Certains habitants de cet immeuble de huit étages se sont réfugiés sur le toit pour échapper aux flammes, alors que de nombreux résidents appelaient au secours depuis leurs fenêtres.
"Nous avons dû procéder à de nombreux sauvetages, notamment pour une dizaine de personnes qui s'étaient réfugiées sur les toits", a précisé le capitaine Cognon.
"Je voyais les pompiers qui montaient et qui descendaient et l'enfer de ce feu qui ne se calmait pas, jamais. Ils éteignaient, ça se rallumait", raconte une habitante d'un immeuble adjacent. "Choquée", elle se souvient des gens qui "criaient, +sauvez-moi, aidez-moi+ !".
Deux immeubles adjacents ont également été évacués par mesure de précaution.
Avant 10H00 (9H00 GMT), les pompiers qui craignent une reprise de feu et un effondrement des derniers étages continuaient à inspecter l'immeuble.
Au total, quelque 200 pompiers sur place ont participé aux opérations.
Cet incendie est le plus meurtrier à Paris depuis 2015 quand un feu d'origine criminelle avait provoqué la mort de huit personnes dont deux enfants dans un immeuble de la rue Myrha, dans un quartier très populaire, qui abritait des familles immigrées.
Le 12 janvier dernier, une explosion au gaz suivie d'un incendie avait fait quatre morts, dans le 9e arrondissement de Paris.

Mercredi 6 Février 2019

Lu 531 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com