Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
Khouribga

La brigade de la police judiciaire a ouvert une enquête mercredi, sous la supervision du parquet compétent, à l'encontre d'un brigadier de police, suspendu de ses fonctions, qui exerçait dans le district provincial de sûreté de Khouribga, pour son implication présumée dans plusieurs opérations d'escroquerie liées au recrutement fictif, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).
Dans un communiqué, la DGSN souligne que les investigations menées à ce sujet ont révélé que le prévenu, en suspension de travail depuis mai, a réalisé des opérations d'escroquerie dont ont été victimes 19 personnes prétendant être un intermédiaire dans des opérations de recrutement au sein des rangs de la sûreté nationale, en contrepartie d'une somme d'argent. Le mis en cause a été placé en garde à vue.

"Radicalisme,
non merci"  


Le projet "Radicalisme, non merci" lancé pour lutter contre la radicalisation des jeunes a permis le développement et l'expérimentation du parcours éducatif innovant en faveur de 200 opérateurs socioéducatifs, a indiqué, mercredi à Rabat, le représentant de l’ONG italienne Progetto MondoMlal, Richard Grieco. Cofinancé par l'Union européenne et mis en œuvre par l’ONG italienne, en partenariat notamment avec les académies régionales de l’éducation et de la formation de la région Béni Mellal-Khénifra et de Rabat-Salé-Kenitra, et l'Association Al Intilaka pour le développement, l'environnement et la culture, ce projet vise à promouvoir les capacités des acteurs dans les domaines éducatif et social pour mieux encadrer les jeunes entre 15 et 29 ans dont le parcours les rend vulnérables aux discours extrémistes et de radicalisation. Il s'agit également de promouvoir le développement social inclusif des nouvelles générations selon une approche qui prévoit de soutenir les jeunes dans leur développement personnel, la formation d’un esprit critique, la valorisation de la pluralité et la recherche du bien-être individuel et collectif.

Agadir

Les eaux au large d'Imi Ouaddar, à 25 km d'Agadir, ont été le théâtre ce mercredi d'un exercice de simulation de la lutte contre la pollution marine accidentelle par les hydrocarbures.
Dans ce scénario, «Simulex 2018», une explosion d’une citerne à bord d’un pétrolier a provoqué un déversement du fuel lourd de 6000 tonnes. Face au lourd challenge, d’importants moyens maritimes, terrestres et aériens sont déployés. Objectif: mener les opérations d'assistance au navire en difficulté et lutter en mer et à terre contre la pollution par les hydrocarbures.
L'exercice s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions du Plan d'urgence national relatif à la préparation et la lutte contre la pollution marine accidentelle.

Vendredi 29 Juin 2018

Lu 245 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés